Cultures

Théâtre
/ Clyde Chabot collecte vos singularités

Pour beaucoup d'entre nous, le confinement est une bête qu'il a fallu appréhender dans l'improvisation la plus totale, seuls ou entourés. D'aucuns y voient là une parenthèse opportune pour se recentrer sur ce qui nous semble essentiel. Et parfois, les projections que nous avons de nous-mêmes se confondent et s'entrechoquent après avoir trop longtemps macéré dans la caboche. De ces pensées introspectives, on extrait un jus au goût inédit que l'art sait sublimer. C'est dans cet état d'esprit, à l'ère du confinement, que Clyde Chabot et la Communauté Inavouable ont souhaité prolonger leur recherche sur nos singularités. 

Ses Singularités, justement, c'est le nom de la pièce de théâtre créée en 2016 dans lequel un personnage répertorie avec humour ses dysfonctionnements psychologiques, physiologiques et relationnels. Aujourd'hui, la forme de la pièce s'est adaptée à l'actualité. La compagnie de théâtre invite chacun à laisser trace de singularités développées ou apparues en lui dans le cadre du confinement à partir d'un questionnaire disponible ici. Il suffit de le télécharger, de le remplir (si possible à la main) et de le retourner scanné ou pris en photo à communication@inavouable.net. Les réponses seront réunies sur le blog ses-singularités.fr. Clyde Chabot, pour qui le confinement est "un temps particulier d’observation de soi", est coutumière de ces initiatives qui portent l'introspection au rang d'art. La metteuse en scène (en résidence également à Saint-Denis avec sa compagnie) proposera dès que le déconfinement le permettra, des ateliers d'écriture collective autour de la thématique "se raconter" dans la continuité de son projet Récits de vie. A cette occasion, Clyde Chabot tentera de faire communiquer deux horizons différents : la résidence sociale Casanova située rue Pinel et la micro ferme urbaine Chez Basile, rue de la Légion d'Honneur. 

Se recentrer sur l'essentiel

Le confinement redessine, dans l'urgence encore une fois, notre rapport aux autres et à soi-même. La doxa voudrait que nous en sortions grandis, réconciliés avec nous-mêmes comme par magie. Mais rien n’est moins sûr. Une autre initiative à laquelle prend part Clyde Chabot depuis le début du confinement pourrait nous aider à nous recentrer sur l'essentiel le temps d'un appel téléphonique. Avec le projet Artistes au téléphone Clyde Chabot (à l'instar d'autres artistes) proposent de lire 10 minutes de son nouveau texte Amie D'Enfance au téléphone.

« C'est une expérience troublante d'intimité et de poésie entre l'émetteur et l’auditeur que je serais heureuse de partager avec les dionysiens, selon les mots de la metteuse en scène qui a pris part au projet après son retour en catastrophe de Chicago où elle y présentait sa création Sicilia.J’ai trouvé cela troublant d’être la seule auditrice d’une voix plus ou moins anonyme, de redécouvrir des endroits de fragilité, même si cette expérience ne remplace aucunement le théâtre qui est le contraire de tout ça car il n'a pas d'intermédiaire ». 

Le génie d'un artiste réside dans sa capacité à transformer un abri de fortune en théâtre éphémère et spontané, une manière de faire oublier la tempête qui souffle dehors. Encore faut-il lui en donner les moyens. La gestion de la crise par le gouvernement d’Edouard Philippe, et notamment la non-réaction du Ministère de la Culture à de quoi inquiéter le secteur. « Il y a eu des allers-retours vertigineux, estime Clyde Chabot. Au début, les intermittents étaient relativement soutenus avec des indemnités de pôle emploi qui ont été annoncées comme maintenues mais au bout d’une semaine, le décret d’application a donné un autre son de cloche. Il prévoit qu’après le confinement, les intermittents qui n’auront pas complété leur année auront des mois supplémentaires pour rattraper leurs heures mais comment récupérer celles-ci alors que tout est annulé ? ». Et de qualifier l’action du gouvernement de « flou infini ». « On ne mesure pas à quel point c’est impossible de tenir ». Raison de plus pour apporter son soutien aux artistes qui mettent beaucoup d’eux-mêmes dans l’épanouissement de beaucoup d’entre nous.

Maxime Longuet