Portrait

Chercheur en écriture

« Je suis né en 1981. Grande année, avec l’arrivée de la gauche au pouvoir et l’abolition de la peine de mort. Mais grand malheur aussi : en septembre, Brassens s’en va… » Loubaki sourit, souvent ; parle, bien ; et aime les mots, toujours. Jusqu’à les écrire, puis les dire. Passé par les ateliers d’écriture de Grand Corps Malade, par les Slam’aleikoum du Café culturel, par la Fabrique de Macadam, il sème aujourd’hui pour son Jardin des poètes, qu’il présentera avec ses acolytes (Sophia, Sabrina Valdée, Salä, Scor-p, et d’autres encore) à la Ligne 13 les 21 et 27 novembre. Ses textes sont finement ciselés, évocateurs avec un sens certain de la formule qui fait mouche, de l’association d’idée qui touche, du jeu de mot brillant et léger. Il parle de la vie, du monde qui l’entoure, s’adresse aussi bien à son voisin qu’à l’humanité, dénonce avec intelligence et humour, « pas pour fustiger, mais pour tenter de changer les choses », souligne-t-il de sa voix douce et claire.
À la manière d’un artisan, il travaille les mots comme un orfèvre travaille le métal. « C’est quelque chose de minutieux », précise-t-il. S’il écrit au gré de l’inspiration, qui va, qui vient, « comme le soleil ou la pluie », Loubaki travaille ensuite son texte durant plusieurs mois s’il le faut, le fait mûrir avec patience, comme on le fait d’un bon vin. « Nous sommes des chercheurs en écriture », dit-il, toujours souriant. Né à Paris (« on ne peut pas être parfait ! »), il a grandi à Franc-Moisin, où il vit toujours, et est tombé dans la poésie très jeune. Initié par sa maman, aujourd’hui encore sa première lectrice, il reçoit à l’école sa première « claque poétique » avec Le cancre, de Prévert. Il y eut aussi Liberté, d’Eluard, puis Hugo, Baudelaire… Après le bac, il étudie le Droit à la Sorbonne. « Là, j’ai pris conscience d’une ouverture, on m’a montré l’engagement, la volonté d’aller de l’avant. En banlieue, on décourage trop souvent les élèves. Alors qu’on peut et doit se poser des questions, trouver des réponses. »
L’écriture devient alors une nécessité. Il commence un polar, mâtiné de mythologie (et qu’il compte bien terminer !), mais cherche quelque chose de plus spontané. La poésie s’impose, comme une évidence. Mais avec Loubaki, on est loin de l’image du poète solitaire, enfermé dans son univers. Non : ce qu’il aime, c’est travailler collectivement, échanger. « C’était le principe des ateliers : on cherchait ensemble, c’était une sorte de laboratoire. » C’est aussi celui de son Jardin des poètes. « Être entouré, travailler en équipe, m’apporte de grands moments de bonheur, un plaisir partagé. » Surtout ici, à Saint-Denis, « qui est une ville extraordinaire, que l’on ne quitte jamais vraiment, qui souffre de son image médiatique, mais où l’histoire, la vie culturelle, l’expression artistique, témoignent d’un dynamisme et d’un engagement forts ». Un terrain fertile sur lequel Loubaki et ses complices entendent bien cultiver leur jardin de lettres et de mots, de phrases et de vers.
Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur