Sports

Football
/ Chekkal, le virtuose

© Yann Mambert (Archives)
© Yann Mambert (Archives)

C’est un match à oublier pour Mohamed Chekkal et ses coéquipiers. Samedi 1er février, les Dionysiens se sont pris les pieds dans le terrain boueux, ou plutôt le champ de patates du stade Auguste-Delaune, perdant logiquement (0-2) contre Saint-Ouen-l’Aumône, 10e du championnat après cette 13e journée.

C’est un accro pour Saint-Denis, qui reste leader (1er, 27 pts) de Régional 1 (R1), sous la menace de Meaux (2e, 24 pts, un match en moins). « On ne peut pas toujours gagner. Il faut savoir perdre [et] se remobiliser », relativise Mohamed Chekkal, sorti à l’heure de jeu, après une rencontre insipide. Âgé de 31 ans, le meneur de jeu dionysien à la mince silhouette est l’un des hommes forts du Sdus. C’est même l’un des meilleurs joueurs du championnat. Pas très rapide, il compense par sa technique et sa vision du jeu. Un numéro10 à l’ancienne. S’il sait marquer, le milieu de terrain distille surtout du caviar à ses partenaires. 

LIRE AUSSI : Football : Saint-Denis en patron

Mohamed Chekkal a été formé au Sdus, où il a fait toutes ses classes en jeune. Né à Saint-Denis, il est parti du club à ses 18 ans alors en Division d’honneur (DH renommé Régional 1 aujourd’hui). Il a d’abord rejoint Les Lilas (DH) pendant deux années. Puis il a été recruté en 2010 par l’Entente Sannois-Saint-Gratien, qui évoluait alors en championnat de France amateur (CFA), l’actuel National 2. Des moyens et des installations qui « n’ont rien à voir avec Saint-Denis ».

Il boucle la boucle au Sdus

Le milieu de terrain se fait repérer. Une année plus tard, par l’intermédiaire du Dionysien Reda Hammache, alors recruteur à Lens et aujourd’hui directeur sportif de Nîmes en Ligue 1, il part à Wasquehal. Ce qui marque le début de son aventure dans le Nord. Le club est en CFA 2 (actuel National 3), un niveau en dessous de Sannois, mais il lui propose un contrat à 1800 euros nets par mois, sans compter les primes de matches. Une offre qui ne se refuse pas. « C’était ma meilleure année », dit le Dionysien, qui passe ses journées à jouer au foot. « C’est un rêve d’enfant. Même si je ne passais pas à la télé, j’étais payé pour jouer au foot. Franchement, c’était top », confie le Dionysien. Après une bonne saison, il est recruté par Feignies, près de Valenciennes, toujours en CFA 2. Mais au bout de deux saisons, son entraîneur ne compte plus sur lui.

Le Dionysien quitte le Nord en 2014. Il ne retrouve pas de club avec un salaire équivalent, raconte-t-il. Le virtuose joue alors une saison à Garges-lès-Gonesse en futsal, puis rempile aux Lilas (DH) avant de partir en Suisse, où il met sa carrière de footballeur en stand-by pendant un an. Début 2017, il revient chez ses parents à Saint-Denis, qui vivent cité Gabriel-Péri, là où il a grandi. À 28 ans, Mohamed Chekkal en a marre de vadrouiller. Il revient au bercail. « Le Sdus, c’est mon club réaliste », plaisante celui qui rêvait petit de jouer à l’Olympique de Marseille, son équipe de cœur.

En 2017-2018, il participe à la montée du Sdus en Régional 1. Et cette saison, son club joue la montée en N3. « Nous, on ne vit pas du foot, raconte le numéro10, agent de sécurité dans la vraie vie. Quasiment tous les joueurs de l’équipe travaillent. On vient pour kiffer, se dépenser. Le foot, c’est un plus », relativise le Dionysien, qui a perdu brusquement son père en mars 2018, son premier supporter, qui venait à chacun de ses matches, même dans le Nord. Mohamed Chekkal ne veut plus se prendre la tête. « Tant que je peux, tant que mon corps le permet, je continuerai à jouer au foot. »
 

Aziz Oguz 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur