Cultures

Cesbron, quel talent !

Le somptueux palais de Chaillot de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris accueille jusqu’au 22 septembre les sculptures de l’artiste dionysien.
Dans une chapelle des Pyrénées, un visiteur face au Candélabre de Nicolas Cesbron
Dans une chapelle des Pyrénées, un visiteur face au Candélabre de Nicolas Cesbron


Nicolas Cesbron est un grand artiste. S’il lit ces lignes, il va sans doute bougonner en levant un sourcil devant cette affirmation volontairement péremptoire. Mais, et ceux qui connaissent et aiment son travail seront d’accord, juste. Peut-être en fallait-il une preuve manifeste. Celle-ci éclate à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, dans le somptueux palais de Chaillot à Paris, où une grande exposition scénographiée par Fiona Meadows, Haut bois d’amour, lui est consacrée jusqu’au 22 septembre. Elle s’intègre dans la magnifique galerie des peintures murales et des vitraux, qui présente de fidèles reproductions de l’art mural français du XIIe au XVIe siècle.

L’union est plusque réussie : évidente
Dans ce cadre merveilleux et unique, les sculptures en bois rares de Nicolas Cesbron prennent toute leur ampleur, leur majesté aérienne, affirment encore plus leur fluidité et leur limpidité. L’union est plus que réussie : évidente. Il n’est qu’à voir le Lit bibliothèque ou Le Voyageur trônant sous la coupole de la cathédrale Saint-Étienne de Cahors, une superbe boîte à bijoux courbe, sensuelle, voire érotique avec son ouverture en forme de fente sombre nichée dans une chapelle d’une autre cathédrale Saint-Étienne, d’Auxerre celle-ci. Ou encore un meuble cage sous une peinture d’un saint Michel terrassant le dragon venue du Puy-en-Velay.

Au gré du chemin que l’on emprunte à la manière d’un parcours magique, voire initiatique, surgit là un Fauteuil cuiller au milieu du chœur d’un prieuré du XIIe siècle ; ici un Coffret sage dans la crypte d’une petite église d’Indre-et-Loire ; là encore un Candélabre, silhouette féminine élancée qui jaillit d’une chapelle des Pyrénées. Il y a aussi des bancs, tables, chaises, les toujours magiques lampes Fleurs de Morphée que l’on avait admirées en 2007 au musée, puis en 2011 dans le chœur de la basilique de Saint-Denis, un drôle de Tapis volant, un Porte-manteaux, une Boîte coquillage, des coffres, abrités dans ces alcôves chargées d’art et d’histoire…

Et puis, bien sûr les fameux kangourous, qui hantent habituellement l’atelier de l’artiste à la Briche et semblent tout heureux de se montrer ici, en pleine lumière, l’un d’une majesté espiègle à l’entrée de la Cité et l’autre, à bascule, dans une petite église du Loir-et-Cher. Les peintures murales de ces édifices semblent faites pour accueillir les œuvres de Nicolas Cesbron. Ce cadre offre un écrin qui fait jaillir la puissance de son travail sans jamais l’écraser. Il en ressort l’émotion due à la légèreté des lignes, à la pureté des formes, à la sensualité de la matière modelée par le geste de l’artiste. 
B.L.


Haut bois d’amour jusqu’au 22 septembre, tous les jours de 11 hà 19 h sauf mardi, jeudi jusqu’à 21 h. Cité de l’Architecture et du Patrimoine, palais de Chaillot (1, place du Trocadéro, Paris 16e). Tél. : 01 58 51 52 00.Catalogue « Nicolas Cesbron Haut Bois d’amour », aux éditions de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, 15 €.


Télécharger le portfolio de l'exposition de Nicolas Cesbron ci-dessous

Fichiers à télécharger: 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur