Tribunes

Ce que disent Messieurs Cissé et Coulibaly…

Je souhaite vous écrire mes sentiments et mes pensées quant à la grève de la faim que Monsieur Coulibaly de Franc-Moisin a mené durant quelques jours, puis stoppé. Il me semble, après en avoir discuté avec lui, qu’il
ne s’agit pas d’une lutte personnelle. C’est la seconde fois, depuis que je suis au Réseau solidarité logement, que je ressens ce je ne sais quoi de colère et de désespoir mélangés. La première fois, cela concernait
la décision de Monsieur Cissé qui a décidé, au terme d’un an de lutte dans des conditions extrêmes que représente un campement, au terme d’un ressenti d’humiliation d’être traité comme un chien comme il le disait, de quitter la France et de retourner en Afrique, parce que c’était, soit ça, soit le suicide ou la folie qui le guettaient. Cet homme m’a marquée parce que c’est une décision extrême qu’il a prise.
Et je me réjouis qu’il n’ait pas mis fin à ses jours et qu’il ait trouvé la force de retourner dans son pays avant de se laisser emporter
par la folie. Je me désespère que des richesses pareilles puissent être gâchées par la société dans laquelle nous vivons. Et il en est de même de mes pensées en ce qui concerne Monsieur Coulibaly.
Monsieur Cissé m’a dit un jour que, pour lui, rien n’avait changé pour les Noirs?: il y a eu l’esclavage, puis la colonisation et enfin l’immigration choisie et la misère dans laquelle il voyait son peuple vivre aujourd’hui. J’imagine que Monsieur Cissé dans son campement
ne se percevait plus comme une personne en lutte pour ses droits, puisqu’il disait être traité comme un animal exposé au regard des autres. Et je me dis que ce n’est pas loin de faire penser à l’exposition universelle dont nous sommes censés être loin maintenant. Monsieur Coulibaly a exprimé à plusieurs reprises son incapacité à regarder ses enfants dans les yeux, car être père c’est normalement pouvoir répondre aux besoins de ses enfants, c’est normalement pouvoir protéger ses enfants du froid. Monsieur Coulibaly a exprimé à plusieurs reprises son souhait de ne pas voir ses enfants, enfants de la République, brûler des voitures ou squatter des halls d’immeubles ou siffler La Marseillaise, mais que pour cela il faudrait qu’ils voient moins de Noirs dans les squats et plus dans des appartements normaux.
Monsieur Coulibaly a aussi dit à plusieurs reprises que les valeurs de la République française, née de la Révolution française, avaient tout son soutien à condition qu’elles aient, ne serait-ce qu’un semblant de réalité dans la vie de tous les jours de ses enfants. Monsieur Coulibaly déplore aussi que l’intérêt porté aux Noirs ne se manifeste qu’envers les champions de football.
Ce qui m’attriste, c’est que des personnes qui ont plein de compétences, plein de richesses, plein de rêves d’humanité soient affaiblis, voire anéantis, par les conditions de vie que leur impose cette société, ce gouvernement. C’est pour toutes ces raisons que je souhaite remercier tous les militants des différents immeubles qui se mobilisent pour une vie digne et à tous les autres militants qui
se mobilisent pour les droits de tous. Merci de m’avoir lue. Nouria Ouedda

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur