À la une Sports

Tennis de table
/ Cassin, joueur de caractère

Il est arrivé cette saison au Sdus avec un palmarès déjà record. Alexandre Cassin, 20 ans, est l’un des grands espoirs du tennis de table français. Un as de la raquette qui aurait pu se destiner au football et continue de forger son talent brut malgré des écarts de conduite.
Compétiteur dans l'âme, Alexandre Cassin avoue « être hanté » par une envie de victoire « irrationnelle » depuis tout petit.
Compétiteur dans l'âme, Alexandre Cassin avoue « être hanté » par une envie de victoire « irrationnelle » depuis tout petit.

Une raquette jetée au sol, des mots d’énervement… et un carton rouge. En pleine saison 2016-2017 de Pro B, le public dionysien vient de faire connaissance avec Alexandre Cassin, alors joueur d’Issy-les Moulineaux. À l’époque, il a 18 ans à peine, mais n’est pourtant pas un inconnu sur le circuit. Champion d’Europe cadet en 2012 puis champion de France junior, trois fois champion d’Europe juniors en simple, deux fois par équipes… Il est même devenu en 2016 le pongiste junior le plus médaillé de l’histoire.

Mais à l’image de cette saute d’humeur passagère, le talent précoce traîne la réputation, tenace et un brin surfaite, de perturbateur. « Alexandre c’est la pépite du tennis de table français, mais il était très peu demandé cet été à cause de ses problèmes de comportement. J’ai dû faire le forcing pour qu’il vienne à Saint-Denis », confie Sébastien Jover, son entraîneur au Sdus, qui l’a côtoyé plusieurs années à l’Insep. Je l’ai toujours trouvé monstrueux et dans une salle de ping il est irréprochable. C’est un garçon très attachant. Quand il fait une connerie, on n’arrive pas à lui en vouloir. » Car ces « conneries » semblent davantage le fruit d’une candide insouciance que d’une volonté de jouer les mauvais garçons. 
 


Quand la sanction tombe

Les premières minutes passées avec lui suffisent pour s’en convaincre. Le match contre Istres vient de s’achever et Alexandre s’est mis cette fois le public dans la poche grâce à une jolie « remontada » dans le premier set et quelques échanges épiques. Doudoune bleue sur les épaules et pair de Vans grises aux pieds, le joueur affiche d’emblée un sourire généreux teinté d’espièglerie. « Ce jour-là c’était la première fois, j’ai pété un plomb et franchement j’avais honte », rembobine-t-il au sujet du carton rouge. Mais cet écart de conduite n’est pas isolé. Preuve que ses démons ne cessent de le poursuivre, il a en 2018 payé cher ses dérapages : « J’ai mal parlé à un encadrant de l’Insep. Là-bas, ils m’ont dit “c’est bien parce qu’on te connaît depuis des années et qu’on a confiance en toi.” » Il a été néanmoins exclu pour six mois de l’Insep. Il ne pourra être rappelé en équipe de France qu’à partir du 29 décembre.

Conscient de ses mauvaises habitudes et d’être passé entre les gouttes, Alexandre insiste sur sa préparation mentale et semble déterminé à ne pas gaspiller sa dernière chance. « Le temps que je passe en dehors de la salle avec ma famille, mes amis, est hyper important pour moi. C’est pour ça que j’ai pu faire quelques bêtises. Je sais que je renvoie une mauvaise image, mais je bosse vraiment là-dessus. Arrivé à un certain niveau, on est obligé d’être à 100 % bien dans sa tête. » Un caractère bien trempé qui lui permet aussi de faire la différence sur la table. Compétiteur dans l’âme, il avoue « être hanté » par une envie de victoire « irrationnelle » depuis tout petit. Une force qui lui a souvent permis de prendre le dessus en tournoi et qu’il s’efforce d’entreteniravec les Jeux olympiques de Tokyo 2020 en ligne de mire. 

Presque aux Girondins

Si Alexandre a vite pris goût aux sorties entre amis, c’est peut-être qu’il n’a pas eu la chance de profiter d’un cocon familial à portée de main pendant ses années de formation. Né en Guadeloupe, il arrive en Métropole à 8 ans. Orphelin de mère, décédée lorsqu’il avait 1 an et à qui il dédie ses titres en embrassant le tatouage à son effigie sur son bras, Alexandre noue très vite des liens forts avec son père Dario. Plusieurs fois champion de Guadeloupe, ce dernier lui transmet la passion du ping : « La première fois que j’ai joué c’était avec lui. Je ne dépassai pas la table. » Maisle gamin brille aussi balle au pied. Footeux, il a eu la possibilité à 8 ans d’intégrer le centre de formation des Girondins de Bordeaux. Le tennis de table aura sa préférence. Quand on lui demande s’il regrette son choix, il concède en souriant : « En tout cas, j’aurais pris plus de temps pour réfléchir. » La concurrence d’un certain Kylian Mbappe, né la même année, le fait relativiser dans un éclat de rire : « De toute façon, avec lui, c’était mort pour percer ! »

Corentin Rocher

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur