En ville

Enseignement supérieur
/ Campus Condorcet : « Pas une entité close »

Vendredi 18 septembre, la conférence de rentrée du campus Condorcet, cité des Humanités et des sciences sociales s’est tenue « en mode hybride », selon l’expression utilisée par son président Jean-François Balaudé, qui a tenu ce point presse au centre des colloques.
Jean-François Balaudé, président du Campus Condorcet. © Yslande Bossé
Jean-François Balaudé, président du Campus Condorcet. © Yslande Bossé

Élu au début de l’année 2020 à la tête de l’établissement public situé en lisière de Saint-Denis et d’Aubervilliers, Jean-François Balaudé (ancien président de l’université de Nanterre) a d’abord rappelé le projet que représente le campus Condorcet – « groupement » de 11 établissements - dont la première rentrée s’est faite en septembre dernier. « Le campus Condorcet est un projet scientifique qui va se déployer à travers le programme immobilier, ses locaux, ses équipements ».

LIRE AUSSI / Enseignement supérieur : une rentrée sans promiscuité 

4000 usagers– étudiants en masters et doctorat, enseignants-chercheurs, personnel administratif - sur les 12 000 attendus avaient été accueillis en octobre dernier, sur le site encore en chantier. Au total, neuf bâtiments avaient été ouverts, dont les bâtiments de recherche Nord et Sud. Deux autres encore en construction seront livrés à la fin janvier et en avril 2021 a annoncé Jean-François Balaudé. « Ils marqueront la fin de la Phase 1 pour le site d’Aubervilliers ». Il s’agit du grand équipement documentaire (GED) et du bâtiment « dit EHESS ». Autre chantier en cours : celui du site Campus Condorcet de la porte de la Chapelle, qui devrait être livré en 2023. Le chantier du bâtiment de l’école Pratique des hautes études (EPHE) est quant à lui « sur orbite ». « Il marque la Phase 2 du programme immobilier du Campus Condorcet », a souligné le président de l’établissement public.

Sur la vocation du Campus Condorcet, son président a tenu à faire taire les idées reçues : « Le campus n’est pas une entité close ». Et d’insister sur le « principe de collaboration » et « d’interdisciplinarité » qui coexistent entre les établissements-membres. Appels à projets, journées doctorales, ouverture sur le territoire, qualifié de « laboratoire social », organisation d’événements avec les écoles alentours font partie des initiatives qui ont été mises en place ou qui sont en cours.  

« Une année chaotique »

Sur « l’an 1 du Campus Condorcet, « les plâtres ont été essuyés, c’est le cas de le dire », concède Jean-François Balaudé. « Une grande partie de l’année a été consacré aux détails qui devaient être réglés. Les premiers séminaires ont été tenus et les équipes installées ont fait vivre le campus », poursuit-il. Le mouvement de grève et de protestation contre la réforme de retraite de décembre dernier puis la crise sanitaire, ont rendu « l’année chaotique », souligne Jean-François Balaudé. Par conséquent, difficile de « tirer le bilan » de l’activité du campus.

En cette rentrée, à l’instar des universités Paris 8 et l’Institut universitaire technologique, le Campus Condorcet va privilégier l’enseignement à distance. « Pour nous préparer à cette rentrée sous contrainte, les 40 salles du campus vont être équipées avec des systèmes de vidéo-conférence qui seront disponibles dès la première semaine d’octobre ». Concernant les effectifs d’usagers attendus, et du nombre d’étudiants qui feront leur rentrée au Campus, il a été difficile pour le président de donner un nombre précis. Compte tenu du contexte sanitaire, la présence des étudiants sur le site est « compliquée », a-t-il exprimé. Selon son cabinet, les 451 logements étudiants du campus sont actuellement pleins.

Yslande Bossé

Réactions

'' privilégier l'enseignement à distance '' : dixit le 'patron' du campus Condorcet. Un enseignement de Savoirs de manière virtuelle , ce qu'en pensent des concerné e s : étudiant.e.s de Paris 8 + un enseignant en Géographie : https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-23h
Le président du campus Condorcet vient de Nanterre (ex Paris10). S'il était en fonction l'an dernier , à l'Université de Nanterre (?) alors , c'est probablement lui qui a fait venir les flics A L'INTÉRIEUR du Campus pour que les étudiant.e.s opposé.e.s au projet de réforme des retraites n'aient pas leur.s mot.s à dire dans un dossier 'tout chaud' pour elles eux puisqu'il concerne leur avenir . À suivre ,dans tous les cas !