Cultures

C’est l’histoire d’un petit esclave

L’association Jeunes espoir de paix présentera aux élèves et à leur famille, le samedi 22 novembre, son diaporama autour de la vie du jeune garçon pakistanais, dont l’établissement scolaire de la Plaine porte le nom, symbole de la lutte contre le travail des enfants.

Comment célébrer de manière originale la Journée des droits de l’enfant, le 20 novembre?? L’association Jeunes espoir de paix y répond à sa manière en travaillant depuis la rentrée sur ce thème. Profitant de sa proximité avec le collège Iqbal-Masih, cette association basée à la Plaine a eu l’idée de raconter la vie de ce jeune garçon pakistanais, vendu par ses parents et mis au travail forcé dès l’âge de 4 ans. À 10 ans, Iqbal est arraché à son esclavage par Eshan Khan, président de la ligue contre le travail des enfants, et devient le symbole de la lutte contre le travail des enfants. Porte-parole des droits de l’enfant, il est assassiné à l’âge de 12 ans.
« Samedi 22 novembre de 9?h à 11?h, le collège et son principal, Monsieur Pasquier, nous accueillent pour présenter notre travail », se réjouit Geneviève Pélissier, responsable de Jeunes espoir de paix. Celui-ci a pris la forme d’un diaporama, entièrement réalisé par l’association, qui sera présenté aux élèves et aux familles du collège. « Nous avons écrit le scénario à partir de la vie d’Iqbal et nous avons réalisé des marionnettes à partir de matériaux de récupération?: cartons, boîtes à fromage, tissu apporté par un voisin, bâtonnets de glace représentant une arme… » Raksmey a créé les personnages, Catherine Hippocrate les a habillés et les enfants disent à tour de rôle le texte qu’ils ont écrit avec les adultes et qu’ils ont voulu accessible à tous. Il y a Iqbal, bien sûr, ses parents, la scène du mariage, les marchands de tapis qui font travailler le jeune garçon, Eshan Khan, son sauveur, sa nouvelle vie jusqu’à son assassinat.
Reconnu par l’Unesco
Jeunes espoir de paix a été fondé en juin 2006 par un groupe d’amis du quartier de la Plaine et regroupe aujourd’hui une quinzaine de membres, surtout des enfants et des mamans (où sont les papas??), « de 8 mois à la retraite?! », sourient Catherine et Geneviève. « Notre objectif est de faire se rencontrer les générations et les cultures dans une optique de construction de la paix au quotidien. D’ailleurs, nous sommes reconnus par l’Unesco », indique Geneviève Pélissier. Et, puisque le champ d’action de Jeunes espoir de paix porte sur les droits, le respect, la non-violence, il était évident que ce thème des droits de l’enfant retienne son attention. « À travers l’histoire d’Iqbal Masih, nous parlons aussi du travail des enfants de la Plaine, hier… »
Benoît Lagarrigue

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur