Côté jardin / Garder une poire pour la soif

Il existe de nombreuses variétés de poires
Il existe de nombreuses variétés de poires


Beaucoup de termes pour ce fruit merveilleux, « entre la poire et le fromage » ou une « bonne poire » pour qualifier un imbécile heureux. La poire nous vient de loin, elle était cultivée en Chine 4 000 ans avant notre ère. Les Romains en recensent plus de 40 variétés. En léger déclin au Moyen-Âge, elle devient le fruit royal sous Louis XIV qui en ordonne la culture à Jean de la Quintinie, créateur du potager et donc verger du roi. Pas moins de 600 variétés seront cultivées à Versailles.


La poire est un fruit des plus délicats qui doit être traité comme « une belle demoiselle » selon les dire de la Quintinie. Avez-vous remarqué que beaucoup portent des noms de femmes en raison de leurs courbes généreuses, de leur fondant, de leur parfum envoûtant quand elles sont mûres à point. Pour exemple la « Louise Bonne », « Cuisse madame », « Bonne Jeanne », « Toute bonne », « Belle Angevine »…


Les meilleures variétés : Guyot, crée en 1870 à chair fondante et juteuse, récolte de juillet à octobre ; Williams, créée en 1796 en Angleterre, à chair fondante avec des arômes musqués, récolte d’août à octobre ; Beurre Hardy, créée en 1820, tendre sucrée, très parfumé, récolte de septembre à novembre ; Louise Bonne, créée en 1870, chaire ferme, acidulée et juteuse, récolte de septembre à décembre ; Comice, créée en 1849, chair fondante, convient pour la cuisine, récolte d’octobre à décembre ; Conférence, créée en 1885 en Angleterre, juteuse et sucrée, idéale pour les tartes et les confitures, récolte en octobre et se conserve jusqu’en mars.


Vous pouvez les conserver dans des cagettes en bois dans un local aéré et sec pendant 1 à 2 mois, selon les variétés. Pour les consommer, laissez-les murir à température ambiante pendant quelques jours. Faites vous plaisir et dégustez ce fruit royal pour son parfum et sa saveur particulière.


Jean-Claude Segonnes, Saint-Denis ville verte, ville fleurie