Côté commerce / Twirling Milan Gramantik


Un concours de circonstances a scellé l’orientation professionnelle de Danielle Gramantik. En 1973, un disque de musique pour parades de son mari Milan, accordéoniste de renom, arrive sur le bureau du fabricant de bâtons de majorette Star Line. À l’époque, l’Américain cherche un distributeur en France. Les époux ont déjà leur magasin de musique à Saint-Denis et décident de se lancer.


« Au départ, je ne connaissais rien, mais ça m’a passionnée tout de suite », se souvient Madame. Au début des années 80, le twirling fait son apparition. Si ses pratiquantes et les majorettes utilisent le même bâton, les deux disciplines revendiquent leur spécificité. La commerçante explique : « Pour simplifier, les majorettes défilent dans la rue. Les twirleuses sont des gymnastes : elles font des figures similaires à la GRS (gymnastique rythmique sportive). »


Au magasin, 5, rue Viollet-le-Duc, derrière l’Église neuve et au premier étage de la librairie musicale, on trouve tout pour l’une ou l’autre pratiques : bâtons, bien sûr, chaussons de danse, demi-pointes, pom’s – ces gros pompons des girls – collants et guêtres, bottes, bijoux… « Sauf les tenues », précise Mme Gramantik. Mais le gros des ventes se fait par Internet. Et la boutique expose lors de rencontres sportives. « Depuis 40 ans, avec Roger, mon vendeur, nous avons parcouru toute la France. » Ils étaient d’ailleurs présents aux derniers championnats du monde. « J’ai toujours aimé ça. »

P.D.S.C.


Le plus

Unique distributeur français des bâtons de la marque américaine Star Line. Vente en ligne. Toutes les infos sur : http://www.twirling.fr/

Le moins

Pas du fait du commerce, mais il n’existe plus de formations de majorettes ou de twirling à Saint-Denis. Alentours, on trouve encore les Tip Top de Drancy, « un club très sérieux », recommande Mme Gramantik.