Côté commerce / Poissonnerie Abrantes

Au marché de la Plaine, Joao Abrantes (à droite) et son gendre Jean-Paul
Au marché de la Plaine, Joao Abrantes (à droite) et son gendre Jean-Paul


Il discute volontiers avec ses clients de passage ou ses fidèles dont il connaît les habitudes : qui choisira de nobles filets, qui de généreuses darnes, qui de délicats coquillages… Pour cause : depuis quarante-cinq ans, rien que ça, João Abrantes (en photo à droite) exerce son métier de poissonnier à Saint-Denis, au marché du centre-ville. Et il est présent à la Plaine depuis une vingtaine d’années, quand le marché plainard se tenait avenue du Président-Wilson. 


Ce samedi matin, c’est justement à la Plaine, dans la nouvelle halle Nozal rue de la Métallurgie, qu’il découpe,prépare et emballe rouget, lotte, seiche et autres produits de la mer avec sa fidèle équipe : son gendre Jean-Paul (à gauche sur la photo) le suit depuis plus de vingt ans, Vasco depuis quatorze et Nadira, quinze. « Il y a moins de monde qu’en centre-ville et ce n’est pas la même clientèle, remarque le patron. Ici, je vends davantage de poissons fins. Mais je fais les mêmes prix dans les deux marchés », insiste-t-il. 

Sa marchandise qui affiche des tarifs moins élevés que dans la capitale attire ainsi des Parisiens du 18e, de la Porte de La Chapelle ou de la Porte d’Orléans. En bon commerçant, M. Abrantes ne manque pas de conseiller sur la préparation de la morue ou du poulpe, produits typiques de son pays d’origine, le Portugal. « C’est ma femme qui me donne les photocopies des recettes. » Au marché de la Plaine le samedi de 8 h à 13 h. Mardi, vendredi et dimanche au marché du centre-ville. 

P.D.S.C.

Le plus 
Le bel étal de M. Abrantes est tout particulièrement mis en valeur dans la calme et lumineuse halle Nozal, rue de la Métallurgie, à la Plaine.

Le moins
Rejoindre la halle Nozal le samedi matin peut relever de l’effort quand on n’est pas plainard… Mais elle vaut le détour.