Côté commerce / Food truck Big Apple

Le Food truck Big Apple est deux fois semaine devant la gare de Saint-Denis
Le Food truck Big Apple est deux fois semaine devant la gare de Saint-Denis


Une certaine idée de l’Amérique flotte trois fois par semaine place des Victimes-du-17-Octobre-1961. Depuis près de deux mois, les lundis, mercredis et vendredis, de 10h à 21h, Michaël Gervais stationne devant la gare son food truck baptisé Big Apple. 


Comprendre un camion dans lequel il propose, avec son cuisinier Roland, des burgers, frites et desserts faits maison. Michaël, le jeune (33 ans) créateur de l’entreprise, est fan des États-Unis. « J’ai vécu huit mois à New York dans une famille américaine. Là-bas, la mère m’a appris à revisiter le burger », raconte-t-il.


Du marketing à la cuisine

En 2012, après onze ans passés dans le marketing et l’événementiel, il a envie de faire autre chose. Il en a surtout assez du rythme infernal de ce travail. « Je n’avais pas de vie, confie-t-il. Mais là, comme c’est le démarrage, je n’ai pas de vie non plus… » Pas de quoi entamer son enthousiasme, ni celui de Roland. « Ce que j’adore, c’est cette impression de faire la cuisine avec les gens, explique le cuisinier. Ça m’inspire. »


Ainsi, parce que les clients lui réclamaient de la harissa, ingrédient hors concept du « tout américain », il a passé cinq jours à élaborer une sauce à la fois parfumée et piquante. Le goût réunit les deux compères. Il n’y a qu’à voir les garnitures des petits pains ronds : cheddar, confit d’oignons, mayonnaise au pesto, crème de chèvre… Et haché de rumsteck d’origine française.


Une sauce inventée spécialement pour piquer

Tout ça à des tarifs à peine plus élevés que dans les chaînes de fastfood (burger 6€, menu complet 11€), pour une qualité supérieure : fruits frais dans la compote de pomme et la soupe de fruits rouges. Quant aux frites… Succulentes ! http://www.bigapplefoodtruck.com/

P.D.S.C.


Le plus

De la restauration rapide de qualité et inventive. Commande au07 81 90 33 33.

Le moins

Ni table ni siège pour se poser. « Pour des raisons de sécurité dictées par la SNCF. Mais c’est autorisé si le mobilier est fixé au camion. J’y réfléchis », promet Michaël.