Cultures

#JCLSD
/ Basilique, les secrets de la sacristie

Une classe de seconde du lycée Paul-Eluard a pu visiter la sacristie, pièce peu connue de la basilique de Saint-Denis qui renferme de nombreux trésors.
Le Centre des monuments nationaux met à disposition de toutes et de tous une visite virtuelle réalisée par Aiman Saad via le site www.basilique360.fr en ligne depuis lundi 4 mai,
Le Centre des monuments nationaux met à disposition de toutes et de tous une visite virtuelle réalisée par Aiman Saad via le site www.basilique360.fr en ligne depuis lundi 4 mai,

Quand il pénètre dans la sacristie, le visiteur est étonné de poser les pieds sur un vieux parquet grinçant et de sentir cette drôle d’odeur de poussière et de renfermé. Cette pièce ne ressemble à aucune autre dans la basilique de Saint-Denis. Qui aurait cru que ce monument visité par des milliers de touristes chaque année détienne encore des secrets ?

L’entrée de la sacristie se trouve dissimulée dans la pénombre, derrière les tombeaux de Marie-Antoinette et de Louis XVI et seuls les membres du clergé peuvent y accéder. Construit au XIXe siècle par Napoléon Ier, cet endroit singulier et méconnu renferme de nombreuses surprises.

« C’est mon vestiaire »

La basilique montre une architecture gothique tandis que la sacristie présente une architecture de style Empire, typique de l’époque napoléonienne et reconnaissable à ses colonnes et moulures. Une fois dans ce lieu, une salle oblongue totalement boisée apparaît. La singularité de la sacristie se remarque au niveau des boiseries et des planchers qui sont des matériaux beaucoup plus modernes que la basilique, bâtiment de pierre et de marbre.

Cet édifice est lié à la cathédrale mais diffère énormément d’elle, sur le plan architectural comme historique. Aujourd’hui, la sacristie est d’abord la loge du curé : « C’est mon vestiaire », précise ainsi le père Phalip, prêtre à la basilique de Saint-Denis. En effet, des portants de vêtements et d’accessoires religieux occupent un petit coin de cette grande pièce. Mais la sacristie sert aussi exceptionnellement pour les célébrations. Le prêtre y organise parfois la messe du dimanche lorsqu’il fait « trop froid dans la nef de la basilique », avoue-t-il. Un petit autel et des rangées de bancs confirment l’utilisation occasionnelle de la sacristie. La pièce plus petite, plus confinée et plus facile à chauffer, rend le lieu plus chaleureux.

À lire aussi : #JCLSD, Parvis de la gare, nos héros face au défi de la propreté

Elle abrite aussi des objets précieux. Certains sont en or, comme des encensoirs ou des crosses d’évêque. D’autres sont très anciens, comme des huiles liturgiques ou des aubes portées par les curés lors des cérémonies royales. Mais le plus original dans ce lieu sont ces immenses tableaux qui tapissent les murs. Tout autour de la pièce trônent dix œuvres commandées par Napoléon Ier qui souhaitait affirmer la présence de l’État dans ce lieu religieux. Saint Louis, Charles Quint ou encore Marie de Médicis.

La majorité de ces tableaux représente des figures royales à la place des sujets religieux. Le tableau de François-Joseph Heim peint en 1817 nous le montre : munis de torches, des soldats cherchent les ossements de la famille royale jetés par les révolutionnaires de 1793. Louis XVIII a rapatrié ces ossements à la basilique de Saint-Denis. Pour les plus curieux, la sacristie peut être visitée lors de les Journées du patrimoine. 

À lire aussi: #JCLSD, ils ont remis ça!

Lou-Anne Chirat, Nassim Bel Mejria, Axel Gnakry, Victorine Mbambe Biack du lycée Paul-Éluard

Le trésor du 93

Beaucoup de Dionysiens l’ignorent, mais pendant longtemps la basilique a gardé un merveilleux trésor. Elle abritait des objets royaux, dont la précieuse couronne de Louis XV, l’aigle de Suger, l’échiquier de Charlemagne ou encore le sceptre de Charles V. Les guerres de religion et les pillages lors de la Révolution française ont détruit une partie de ces objets de valeur. Aujourd’hui, on peut voir une copie de la couronne de Louis XV au Louvre ainsi que quelques bijoux dans le département des monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, à Paris.

Khadija Salmi du lycée Paul-Éluard

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur