En ville

Violences faites aux femmes
/ #BalanceTonComico acte II

Une centaine de personnes ont manifesté devant le commissariat central de Saint-Denis le jeudi 3 octobre, pour réclamer plus de moyens pour lutter contre les violences faites aux femmes.
La manifestation féministe de l'inter-collectif les Dionysiennes a commencé devant la mairie. © Yann Mambert
La manifestation féministe de l'inter-collectif les Dionysiennes a commencé devant la mairie. © Yann Mambert

Devant le centre administratif de Saint-Denis, les militantes féministes s’activent au collage. « Leïla, Audrey (1), on n’oublie pas, on pardonne pas. » Peint en lettres noires, ce slogan donne le ton de la manifestation féministe nocturne de ce jeudi 3 octobre, contre les féminicides. « Trop souvent, les femmes assassinées n'ont pas été prises au sérieux et trop souvent dissuadées de porter plainte dans les commissariats mêmes », dénonce leur tract.

Le 11 juillet 2019, un premier rassemblement avait déjà eu lieu pour dénoncer le manque de « mesures concrètes pour protéger les femmes », devant le commissariat central, suite au décès de Leïla, enceinte et victime de violences conjugales. La veille de son assassinat, elle avait pourtant posé une main courante au commissariat de la Plaine. 

L’inter-collectif les Dionysiennes (2) lance une manifestation « Acte II », avec le hashtag « #BalanceTonComico ». « Nous ne voulons plus de “Leïla” à Saint-Denis, ni ailleurs. 113 féminicides [115 désormais], cela suffit ! », affirme au mégaphone Louise, syndiquée CGT. Les interventions se succèdent devant la mairie, dénonçant le manque de moyens et « l’enfumage » du Grenelle contre les violences conjugales. Pour Michèle, il faudrait « plus de logements, des ordonnances de protection pour toutes, car il n’y a pas de femmes moins en danger que d’autres ». Yasmina, militante au collectif pour l’enfance, dénonce, elle, « le fait que l’autorité parentale soit difficilement retirée aux pères aujourd’hui, même lorsqu’ils sont condamnés. Les lois existent mais elles ne sont pas appliquées, il faut encore changer les mentalités ».

LIRE AUSSI : A la Plaine, les femmes à la conquête de leur espace

 

« Rentrez chez vous, c’est votre mari ! »

La manifestation se dirige vers le commissariat central, au rythme des percussions d’une batucada. « Une femme qui porte plainte ça ferme sa gueule, mais que fait la police ? Ça crève des yeux ! », scandent une centaine de personnes. Une vingtaine de policiers se tiennent en rang devant le commissariat. Le rassemblement dure près d’une heure. Plusieurs voix se succèdent au mégaphone et racontent toutes une histoire similaire : comment des policiers de ce commissariat ont dissuadé des femmes de porter plainte.

« Une étudiante de Paris 8 m’a raconté qu’on lui a expliqué que ce n’était pas un viol. On l’a jugée dans le commissariat, elle est ressortie sans avoir pu porter plainte. » « On demande aux femmes de raconter devant le commissariat ce qui leur est arrivé, on les fait répéter, attendre plusieurs heures… L’accueil est différent aussi selon votre profil, votre couleur de peau. “Rentrez chez vous, c’est votre mari”, on le dit aux femmes dont on suppose qu’elles pourraient changer d’avis », témoigne une autre manifestante.

« Avec le centre de santé des Moulins, nous avons orienté une femme ici pour qu’elle porte plainte. On lui a dit : “Bah dis donc, c’est le père de vos enfants, faut rentrer à la maison !”. Moi, j’avais 5 ans quand ma mère est venue au commissariat, on s’est seulement moqué de son accent ! », s’insurge une militante, qui défile devant la rangée de policiers. Certains d’entre eux sourient, se moquent, filment. « La honte ! », sifflent les manifestants. La tension monte. Dans les 15 jours précédents, au moins deux femmes se sont vues refuser le droit de porter plainte. Durant la manifestation, des femmes qui ont reçu les tracts ont aussi confié aux militantes s’être retrouvées dans la même situation.

« Nous avons besoin d’une police à l’écoute, qu’elle soit formée », revendique Zahia, militante au MRAP. « Les moyens, ils les ont quand il s’agit d’armer la police pour réprimer dans les quartiers », ajoute Amel, syndiquée à Sud. Un rendez-vous avec le préfet sera demandé sur cette question des moyens. « On va continuer à mettre la pression, on aimerait aussi que la mobilisation s’étende dans le département, nous allons proposer à d’autres villes de balancer leur comico », annonce Gladys.

À Saint-Denis, une manifestation « Acte III » est déjà programmée pour le vendredi 11 octobre, à 18h30 devant la mairie. « On reviendra quand il le faut », promettent-elles. 
 

Delphine Dauvergne

(1) Audrey a été tuée le 16 septembre 2019 à Saint-Ouen.

(2) L’inter-collectif Les Dionysiennes est composé de femmes et de structures collectives : AFFM/Femmes de Franc-Moisin, MRAP, Sud Mairie de Saint-Denis, UL Sud-Solidaires, CGT, Éduc’action 93, UCL, NPA.

 

Porter plainte à la Maison des femmes

À la Maison des femmes de Saint-Denis (1, chemin du Moulin-Basset, 01 42 35 61 28), un dispositif a été mis en place en mai 2019, pour que les femmes puissent porter plainte dans un cadre bienveillant.

« Une cinquantaine de policiers ont été formés et se relaient pour assurer une permanence tous les mercredis. Nous leur envoyons surtout des personnes qu’on connaît, qu’on pense être prêtes à porter plainte. Les femmes se sentent bien chez nous, le cadre est plus accueillant que dans un commissariat où on manque d’intimité et de confidentialité. Les femmes nous font confiance, et les policiers aussi. Ils se disent que si la personne est suivie ici, c’est qu’elle est une vraie victime », décrit Dr Ghada Hatem, la fondatrice de la Maison des femmes. Le dispositif est cependant victime de son succès. « Il faut parfois attendre une quinzaine de jours pour un rendez-vous. Nous aimerions pouvoir développer plus ce dispositif. »

DDa

Réactions

il faut un vrai débat de société sur la place publique,sur les relations hommes femmes,les règles,les âges,les codes,les différences de confessions(religieuse et autres croyances...)culture et incompréhension qui explosent en violences....et enfin,l'amour l'argent et la sexualité avec des règles honnêtes à ne point transgresser...............pour que les violes n'aient plus lieux ou moins....il s'agit d'éduquer la génération suivante aussi.....................bref,revoir notre société dans le fond...c'est à dire l'image et l'object femme,la plupart du temps,qui accompagne ces phénomènes ou en sont les causes directes,en générale!!!!!!!........bref tout à tas de choses à revoir sur nos relations qui ne vont pas faire plaisir à certains vieux quand il se regarderont(s'ils ont ce courage)dans les yeux.........mais,bon..........je pense,que mon histoire est celui d'une fragilité que l'on a exploité car l'homme(femme y compris) est ainsi fait......on exploite ce qui est possible chez l'autre quand il se prête à cela.............et aussi sans s'y prêter......après une vrai victime oublie bien souvent les faits et ne comprends pas la tête éffarées que font les autres lorsqu'ils vous regardent.......et on est choqué par l'intrusion dans son intimité,à froid,quand les curieux malsains questionnent sans gants sans respect comme si vous étiez un object à réparer.....même un collègue lambda qui vous cherche confidence ou confession,c'est pas son rôle et c'est génant...même si ,l'on comprend cette démarche.........en tout cas pas devant tout le monde pour donner à la populace un fruit empoisonné à se repaitre avec les dents propre d'une conscience en train de digérer dans vos trippes ,un rapport malsain ,à énnoncer vers des inconnus, mais qui ,en tendant l'oreille peuvent jouer de votre souffrance............ou mal comprendre.............une histoire logique!!!!bref..............

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur