En ville

#Municipales
/ Au local de campagne du PCF, des militants KO debout

Le 28 juin 2020 a vu la fin de 76 ans de communisme à Saint-Denis. Une date à marquer d’une pierre noire pour les soutiens du PCF, partagés entre une immense déception et l’envie de regagner du terrain.
Dimanche 28 juin, les militants PCF assistent en direct du local de campagne de Laurent Russier à l'annonce des résultats de l'élection. (c) Maxime Longuet
Dimanche 28 juin, les militants PCF assistent en direct du local de campagne de Laurent Russier à l'annonce des résultats de l'élection. (c) Maxime Longuet

Boulevard Jules-Guesde, le local de campagne de Laurent Russier accueille les militants qui arrivent au compte-gouttes. Et à en juger les mines abattues, nous sommes loin de la fièvre des grands soirs. Anouar Benichou s’active dans le local. Arrivé du Maroc en France à ses 18 ans, il a milité à l’UNEF avant d’adhérer au PCF en 2016. Alors que la municipale touche à sa fin, il regarde dans le rétroviseur avec un peu d’amertume. 

« Hanotin a rompu très tôt avec la gauche sur la question du logement et de la sécurité, il a mené une campagne très démagogique alors que nous, nous défendions notre bilan. Près de 90% des éléments de programme de 2014 ont été réalisés, affirme le militant. Il faut aussi s’interroger sur l’abstention, c’est un manque de confiance qui s’exprime. Et Hanotin a joué là-dessus, c’est évident. » À 21h, les premières estimations affluent. Pour les assesseurs revenus des bureaux de vote, il reste peu de place à l’espoir quant à une victoire de la liste Vivons Saint-Denis en grand. « Les deux listes à gauche dès le premier tour et l’échec de la fusion nous ont fait du mal », entend-on. Sur les coups de 22h30, à l’annonce officielle des résultats, le silence règne dans le local. 

Les militants semblent se recueillir une dernière fois alors que Laurent Russier s’exprime depuis l’hôtel de ville. Le couperet tombe et met fin au supplice : Hanotin remporte l’élection avec 59% des suffrages exprimés. Choqués par ce score sans appel, certains accusent le coup, d’autres parlent « d’ingratitude » de la part des électeurs « anti-mairie » de la Plaine. Dans le marasme ambiant, quelques voix regrettent aussi le manque de réaction du « Parti » après les municipales de 2014, quand d’autres déplorent la faible mobilisation des électeurs.

« Ce résultat, c’est plus du dégagisme »

Touchée par cette défaite, Danielle Ludon se confie. « J’ai 75 ans, je me suis battue jusqu’au bout. C’est un long chapitre de ma vie qui se tourne, témoigne la militante associative bien connue à Franc-Moisin, grand ensemble qui va rester sa priorité. Dès demain je vais m’asseoir avec les jeunes de mon quartier et continuer à leur montrer qu’ils ont un avenir. »

Simon, 27 ans, enseignant arrivé à Saint-Denis il y a quatre ans n’en démord pas : « On n’a rien lâché et on va continuer à construire et défendre notre programme sur les questions des loyers, des HLM, des violences policières… Nous devrons travailler encore avec les associations et reconstruire une présence dans les quartiers qui se sentent déjà rejetés. Un rejet qui va se renforcer sous le mandat de Hanotin. D’ailleurs, je n’ai pas l’impression qu’il a convaincu les électeurs, ce résultat, c’est plus du dégagisme. » Un sentiment que partage la majorité des militants rencontrés sur place. Julien Attal, secrétaire de la section PCF de Saint-Denis analyse la situation.

« Ce dégagisme correspond à une colère parfois légitime mais qui est mal orientée, une envie de changement qui ne vise pas les bonnes cibles, estime-t-il. Il y a eu des reproches envers le maire car sa personne est identifiable, mais il paie des choses dont il n’est pas responsable. » Quand en fin de soirée, Laurent Russier, visiblement très ému, rejoint les militants, ces derniers lui réservent des applaudissements nourris. Durant de longues minutes, l’émotion et la tristesse de la défaite se manifestent par des étreintes, des larmes, des encouragements, aussi. Prenant place sur l’estrade, le maire sortant endosse une dernière fois son costume de tête de liste, adresse aux militants de longs remerciements, fait part de sa déception et, la gorge serrée, donne un cap pour les années à venir : « Face au programme de Hanotin, il faudra être fort car les habitants auront besoin de nous, et ce, dès septembre ! »

LIRE AUSSI / Résultats du second tour : les réactions politiques fusent

Au lendemain du second tour, Julien Attal croit toujours en la capacité des partis de gauche à se rassembler autour de luttes communes. « Le premier défi est de rassembler ceux pour qui les politiques de solidarité, la lutte contre les discriminations ou l’accès au logement font écho. Il faut que la gauche populaire puisse se retrouver car le programme de Mathieu Hanotin, maire le plus mal élu de l’histoire de Saint-Denis, est violent pour la ville. » Quitte à poursuivre le combat aux côtés de La France Insoumise, ce que certains militants avaient du mal à concevoir le soir des résultats ?

« Depuis le début de la campagne électorale, nous n’avons jamais cessé de jouer le rassemblement, et cela doit continuer malgré les fractures », balaie le responsable de la section PCF de Saint-Denis pour qui de nouvelles constructions sont à imaginer. Adhérent depuis 2005, Julien est convaincu qu’une nouvelle vague de militants peut faire la différence lors des futures échéances électorales. « Le résultat nous donne envie d’en découdre grâce à l’énergie insufflée par notre jeunesse. D’ailleurs, les jeunes n’ont pas attendu pour se faire une place. Il y a de vraies aspirations, on l’a bien vu avec les manifestations autour du climat, pour Adama Traore, etc. La question, c’est comment faire pour remobiliser alors que le pays traverse une crise politique comme en témoigne le taux d’abstention ? »

Les communistes et leurs potentiels alliés disposent de six ans pour trouver la réponse à cette question. 

Maxime Longuet

Réactions

Mais de quel bilan parlent-ils ? La vraie raison de leurs échec est justement l'absence de bilan, et leur incapacité à s'occuper des véritables problèmes des habitants. Les problèmes du quotidien non gérés, la saleté ambiante, les attroupements, les sauvettes, les scandales MCA, CTM... C'est ça qui a fait perdre les communistes. Et leur programme, quand on le lit bien, ne prévoyait en rien un changement de ligne. Cette ville a toujours été populaire, ils en ont fait une ville paupérisée en trois mandats. J'ai voté Hanotin par pragmatisme. Il a ses défauts, son programme a des défaillances mais on peut lui laisser le bénéfice du doute ! S'il parvient à gérer le quotidien, ce que l'on attend d'un maire...les dionysiens retrouveront leur fierté.
Bonjour. Je suis effaré par le manque de réalisme des militants du PCF à Saint Denis. Je cite : "d’autres parlent « d’ingratitude » de la part des électeurs « anti-mairie » de la Plaine." C'est limite on doit dire merci à des élus qui ont de Saint Denis une poubelle à ciel ouvert. C'était à eux qui avaient tous les pouvoirs depuis Patrick Braouezec d’améliorer le quotidien. Quand Didier Paillard est passé en force sur le camp Voltaire et les autres bidonvilles. C'était pas en bas de chez lui. Les habitants doivent être reconnaissant de cette situation? Le stationnement payant pareil. Laurent Russier a préféré se barricader et se faire protéger par la mairie. Quand les habitants se plaignaient des colonnes enterrés??? Aucune réponse de la municipalité ni de plaine commune ou il y avait des élus de la municipalité. Pour compléter, Julien Attal est encore dans le déni ". e dégagisme correspond à une colère parfois légitime mais qui est mal orientée, une envie de changement qui ne vise pas les bonnes cibles,". Mais Monsieur Attal. C'est quand même les mêmes élus aux responsabilités qui ont failli??? Et pour terminer, je vous le repète, c'est Laurent Russier le maire le plus mal élu. Car élu par aucun habitants. Arrêter de vous dédouaner de vos responsabilités. Il y a quand même un moment de lucidité "Nous devrons travailler encore avec les associations et reconstruire une présence". C'est cela. Vous avez déserté les quartiers pour pavaner en centre ville au khédive ou l'escargot... alors que la vrai souffrance dans les quartiers, qui sont des prisons à ciel ouvert, est très présente. Des que vous avez accepter des personnes qui ne vivaient plus sur la ville ou dans le quartiers, vous avez perdu les élections. Cette défaite est la votre. Même Didier Paillard a eu ce moment de lucidité pour l'admettre. Je reprends l'exemple de Malakoff (même si c'est deux villes différentes) mais la maire PCF a été réélue au premier tour. Posez lui la question et apprenez.
M. Attal pouvez vous nous dire comment avez vous obtenu votre logement ? Merci
Paupérisée ? une ville dans laquelle en 10 la part des cadres supérieurs est passée de 13% à 18% alors que dans le même temps celles des employés et ouvriers diminuait de 8% ?
J'ai été élu d'opposition à Saint-Denis lors du mandat 2008-2014..Seuls 3 à 6 membres de la majorité pseudo communiste avaient accès à l'entièreté des dossiers impliquant les dépenses de la commune.. Les mêmes possédaient le réel pouvoir de décision. Hanotin pourra s'il en a l'envergure mettre à jour et poursuivre en justice les responsables d'actes qui auront des conséquences telles que Balkany à Levallois passera, en comparaison, pour un petit voleur de poules.. Je lui ai déjà offert mon aide.
Bonjour. @Christophe. Cadre n'est qu'un statu social. Rien de plus. On peut être cadre et gagner 2000€ par mois voir moins. Bon, une fois qu'on a dit cela. La part des cadres augmentent. Mais quid de ceux qu'on ne compte pas. Les clandestins, les squatteurs, les toxicos qui errent, les dealers... parfois sans papiers aussi. On les compte pas. Mais on les vois. Je vous conseille l'article du bondy blog (plutôt complaisant avec l'ancienne majorité) ou un habitants refusait la bledarisation de Saint Denis... je suis plutôt d'accord avec ce constat. On ramène toujours ce fantasme de 130 nationalité en oubliant que la majorité des habitants sont d'abord français. Et ça les types comme Laurent Russier l'ont oublié.
Bonjour. Je reprends une partie de l'article du Bondy blog qui m'a fait hurler. C'est la réaction de David Proult. Je cite "David Proult est là, lui aussi déçu. Adjoint à l’aménagement et à l’urbanisme, Proult était pressenti pour prendre la présidence de Plaine Commune en cas de victoire de Russier. « Lors des précédentes élections, en 2014, on est passé de peu de voix (181, ndlr). Cette image de bastion qui s’effondre, on n’a pas su la corriger ». L’homme reste toutefois persuadé que la ligne était la bonne : « Pour nous, il y a un sentiment d’injustice parce que nos choix, c’était une vraie prise de risque, on a eu raison de faire ses paris sur la ville, avec le tramway, le grand Paris, les JO, et un candidat arrive et s’empare de ça… Notre projet pour Saint-Denis, c’était de ne pas être un ghetto de pauvres" Non mais c'est dingue ce déni. Il ose parler d'injustice. Carrément. Le choix des urnes est injuste selon lui. C'est avec des comportements comme celui la complètement anti démocratique que Saint Denis est devenu, comme il refuse de le reconnaître, un ghetto de pauvre. Complètement dépassé, cet homme refuse de voir la réalité des habitants et il ose dire que la ligne était bonne. Pour lui sans doute, indemnités et futur président de plaine commune. Les habitants sont injustes, ils l'ont privé de de 6 ans de bétonnage intensif. Que va t il faire désormais...? Trouver un vrai travail d'abord. Et se se rendre compte que son aménagement à Saint Denis est dégueulasse (minéral pardon... J'ai pas encore les éléments de la novlangue).
La réaction des jeunes militants PCF est a pleurer...... Langue de bois + coller au buzz du moment..... Soyez plus inventif et audacieux si vous voulez remonter la pente, reparlez aux ouvriers.....car coller aux basque de l’extrême gauche type extinctionrebelion ou le comité Adama c vraiment voué à l'echec.....vous ne toucherez que les communautaristes et leurs alliés bobo avec ce discourt..... Comme l'a dit A Aidara "L. Russier est tombé les armes à la main en refusant le communautarisme".....Votre honneur passe par là, pas par de la politicaillerie victimaire à la madjid ou Bally......
Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. Saint Denis avec ses "Richesses" était dirigé par des rois fainéants, qui ont dilapidé le potentiel de cette ville. Quand je regarde ailleurs, je me dis que Saint-Denis est un gâchis. Une ville c'est une agrégation de population socialement différentes, mais qui se retrouve vivre ensemble, aucune ville ne devrait être celle des riches ou des pauvres. Je mets au défi quiconque de dire qu'il est fier d'être dyonisien, la preuve on ne dit pas "je suis dyonisien" mais "j'habite à Saint-Denis". Ceux qui ont dirigé cette ville n'ont dans le fond jamais voulu que les habitants s'approprient cette ville, ils l'ont dirigé comme si elle était leur objet la confisquant de fait. Un voile a depuis été levé sur cette anomalie qui ne pouvait durer. Les conclusions de ce weekend électorale c'est qu'une ville appartient à tous ses habitants quelque soit les différences sociales, ethnique, religieuse, partisanes... Les élus doivent être aux services de toute la population nul ne doit être exclus, ils sont ceux à qui on accorde notre confiance en échange certes promesses, mais aussi et surtout de l'attention qu'il porte à toute la population. Ce sera 6 ans sans vous et je crains bien qu'il sera difficile pour vous d'effacer plusieurs décennies de mépris et d'arrogance. Vous avez détruit ce qui a été construit par certains de vos prédécesseurs, vous avez échangé des idéaux pour des mandats et nous avons été là pour vous le rappeler.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur