À la une En ville

Brigade verte
/ Attention aux prunes !

Sept agents assermentés pour veiller à la propreté de l’espace public, c’est la Brigade verte qui était présentée le 19 juin par Laurent Russier.
Sept agents assermentés composent la Brigade verte.
Sept agents assermentés composent la Brigade verte.

C’était l’une des principales mesures annoncées lors de sa prise de fonction au début décembre. La mise en place d’une Brigade verte de la propreté. Laurent Russier l’a présentée le 19 juin, en accompagnant les 7 agents municipaux qui la composent auprès des commerçants du marché, de gardiens d’immeubles, des policiers du commissariat central… Et pour finir auprès de Dionysiens, militants associatifs, parmi les plus investis dans cette cause ô combien sensible d’un espace public en partage, qui serait préservé des déjections, ordures, etc.

« Il faut verbaliser ! »

Dans le square Condroyer, où rendez-vous était donné (1), le sentiment d’exaspération a beau culminer avec la vindicte d’un homme en furie, la constitution de la brigade est surtout accueillie comme le témoignage d’une volonté qu’il convient d’appuyer. En l’aidant d’abord à dresser l’état des lieux. « Quand les gens vont au marché le dimanche matin, ils doivent marcher dans la crasse. C’est indigne ! », s’exclame-t-on en pointant les « cafetiers qui déversent leurs balayures sur le trottoir », et les commerçants qui y abandonnent des cartons bientôt recyclés par les vendeurs à la sauvette.

« Il faut verbaliser ! » C’est aussi l’avis du maire, avec cette brigade d’agents assermentés qui pourront sanctionner jet de mégot (68 €), de déchets (jusqu’à 450 €), dépôt sauvage (jusqu’à 3 500 €). Et les containers à « poubelles qui restent dehors toute la journée. On a beaucoup travaillé là-dessus il y a vingt ans », rappelle un ancien militant de Saint-Denis & Environnement.

«  Il faut insuffler de la citoyenneté  »

Adresser un PV au bailleur ou au syndic, rien de plus simple, si ce n’est, relativise le maire, que certains immeubles sont dépourvus de locaux de stockage. Mais pour identifier les auteurs de dépôts sauvages, dont des artisans du bâtiment, Laurent Russier n’exclut pas de recourir à la vidéosurveillance. Dans cet inépuisable inventaire, on s’exaspère aussi des sacs d’ordures ménagères déposées dans les corbeilles publiques. « Il faut insuffler de la citoyenneté », préconise-t-on en réclamant « une éducation à la propreté de l’espace public dès la petite enfance ».

Quant aux immondices du parvis de la gare et de ses abords, « c’est un autre souci, ça touche à un trafic et à ses enjeux financiers », signale M. Russier, qui y mentionne les « trois ou quatre interventions par semaine » des polices municipale et nationale. Et insiste : « Il faut que l’antenne de police rouvre » sur ce parvis, qu’elle a depuis longtemps déserté. Bien que prévues dans ce secteur, les interventions des agents de la Brigade verte sont circonscrites pour l’essentiel au périmètre historique délimité par les boulevards. Et ils ne viendront pas se substituer à Allo Agglo, service de Plaine Commune dont la réactivité pour remédier aux dysfonctionnements de l’espace public est volontiers critiquée.

«  Ils nettoient. Une heure après, c’est aussi sale !  »

Quoi qu’il en soit, nul ce jour-là ne met en cause le travail des agents de propreté. « Ils nettoient. Une heure après, c’est aussi sale ! Ils finissent par se démotiver », compatit une Dionysienne de longue date, surtout ulcérée par « les types qui s’alcoolisent » en souillant copieusement les bouts de trottoir ou square où ils se réunissent en fin de journée. S’ils ne relèvent pas de la tranquillité publique, ces comportements échapperont de facto à la vigilance des agents de la Brigade verte. Leur temps de service étant fixé du lundi au samedi, de 9 h à 17 h. « On est en phase expérimentale, souligne le maire. On s’adaptera suivant les besoins. »

Les agents peuvent être contactés par mail : brigade.verte@ville-saint-denis.fr
(1) Laurent Russier était accompagné de Delphine Helle, conseillère municipale à la propreté et au cadre de vie.

Réactions

Quelqu'un peut m'expliquer comment ils vont verbaliser un homme qui pisse ou qui jette un mégot ou une canette ?? Je vous laisse 4 h pour rendre une copie... On aurait du augmenter les effectifs de la police municipale à 200 agents et les assermenter...
Bon courage pour la cité Gabriel Péri hahaha
Il y aura trois obstacles à résoudre pour rendre efficace cette mesure municipale: 1) la solvabilité des verbalisés. 90% des verbalisés seront des gens précaires déconnectés de la responsabilité de se prendre en charge dans la société et parmi eux des gens de passage à ST DENIS. 2) Majoritairement on ne circule plus avec des pieces d'identité sur soi, par peur des vols à la sauvette, 3) que faire si un individu refuse de donner son identité et là bonjour les emmerdes avec une certaine faune environnante qui s'attroupera pour défendre cette personne, comme c'est le cas avec les contrôles de la police municipale. Ce genre de contrôle se réduira alors à un contrôle au faciès où des gens socialement correctes visuellement auront cent fois plus de chance de se faire verbaliser que le précaire du coin. Plus la ville sera pauvre, plus elle sera sale point!!!! D'autant plus qu'ici, la ville devient socio-culturellement une ville du tiers monde avec les csqs qui s'en suit au niveau propreté générale. Il y a des villes en France qui sont gérés par des communistes et qui sont d'une propreté exemplaire. Que les élus aillent les visiter en retirant leurs œillères idéologiques. Brève une mesure municipale qui a plus une portée politique qu'une utilité publique.
@Domsd Vous avez tout dit...une opération de communication comme d'habitude qui ne résoudra aucun problème. Plus les Dyonisiens râlent et plus la mairie investit dans la communication, l'action il ne connaisse pas, à part pour aller sauver leurs amis à Suger car muter dans une autre académie.
Tous les 15 jours le quartier ou je vis (RERD SDF) se transforme en poubelle à ciel ouvert, en prévision des monstres qui passeront 15 jours plus tard. Je doute que cette brigade ne puisse faire quoi que ce soit à ce phénomène qui semble s'être enraciné dans les comportements des occupants de logements de plaine commune habitat...
Vous passez votre temps à critiquer l'action de la ville, l'initiative est bonne et orienter les débats seulement vers la verbalisation est contre productif. Personnellement, j'espère que la brigade verte donnera de bons résultats. La mairie subit des baisses de dotations chaque année du gouvernement, elle fait comme elle peut. Critiquer c'est facile, agir c'est autre chose.
Je suis d'accord avec Mamadou, des initiatives pour une ville plus propre sont prises et systématiquement les gens râlent. La brigade verte n'est pas là pour verbaliser et faire gagner de l'argent à la ville... il faut arrêter de voir le mal partout !! On en reparle d'ici quelques mois, quand les premiers résultats seront visibles !
Premières actions de bon sens à faire pour limiter la saleté dans cette ville: 1) doubler les poubelles sur pied dans les rues à grand traffic piéton (ex: rue de la république) 2) s'assurer que les sacs poubelles pleines sont bien remplacé par la voirie municipale sinon les alerter ou si le malaise persiste prévenir l'élu concerné
En attendant dans mon local poubelle il y a des personnes qui "Chient" (excuser moi l'expression qui font caca). et je ne vous dis pas les mouches et les odeurs dans l'immeuble. dégoûtant. J'en aie honte quand je reçois mes petits enfants qui viennent de suisse. Ils disent mamie c'est sale, ça sent mauvais. Nous vivons dans la saleté perpétuellement que c'est triste
Mamadou, je trouve en effet que l'idée est bonne même si elle vient car la mairie est à l'agonie. Mais pourquoi alors que de nombreux habitants ont proposé ce type d'initiatives et de nombreuses autres possibilités de réguler la saleté, les solutions sont données au compte goutte. Vous parlez de la baisse des dotations, c'est une réalité mais pourquoi alors construire autant de logements sociaux qui empêchent qu'il y ait un équilibre et une population plus aisée.
Bonjour @Mamadou. On critique d'accord. Mais on avance avec de vrais arguments. 7 agents pour une ville de 111 000 habitants et il faut ajouter 200 000 usagers. C'est pas un problème de dotation de l'état qui fait la ville est dégueulasse. La ville est salle depuis 20 ans. Et les responsables sont toujours au conseil municipal de la ville. Ne pas voir que la ville est en situation d'échec, c'est avoir des œillères. Je ne vous pas parle pas de béton, de nouvelles construction. Juste que la situation sociale des habitants s'est dégradé depuis des années. Et les élus font comme si de rien était. Vous le savez aussi bien, les élections se préparent longtemps à l'avance. Ceci n'est qu'une étape. On l'a vu en 2014 ou la rue gabriel péri était nettoyée tous les jours ou presque. Depuis, c'est un dépotoir. Et pour la habitants. Que de la crasse. Et après on parle des dotations publique..? Doit on parler des subventions à la maison de l'artisanat??? On a donné des centaines de milliers d'euros pendant des années pourquoi?? Avant de voir la brindille dans l'oeil de son voisin, il vaut mieux voir la poutre qui est le notre.... Que la municipalité fasse un travail sur son action. Et qu'on nous dise pas, il fait bon vivre. N'est ce pas Didier. PS: bonne chance aux 7 agents, ne démissionnez pas trop vite...
Je note dans l'article "les interventions des agents de la Brigade verte sont circonscrites pour l’essentiel au périmètre historique délimité par les boulevards" Est-ce bien légale de prévoir une brigade uniquement pour le centre ville ? Le reste de la ville est une nouvelle fois mépriser et ignorer.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur