À la une En ville

Au coin de la Une
/ Arrêtés, saison 2

 Depuis le 7 juin et jusqu’au 30 novembre, les salons de coiffure qui donnaient lieu à des tapages nocturnes doivent fermer à 20 heures  © Yann Mambert
Depuis le 7 juin et jusqu’au 30 novembre, les salons de coiffure qui donnaient lieu à des tapages nocturnes doivent fermer à 20 heures © Yann Mambert

Pour préserver l’espace public des rassemblements bruyants, alcoolisés, qui indisposaient les riverains jusqu’à une heure avancée de la nuit, le maire avait pris l’an dernier plusieurs arrêtés. Ces mesures décidées pour une durée de huit mois sur le périmètre du centre-ville allaient-elles aider à infléchir les comportements vers plus de civilité ? Passé la saison hivernale, il a fallu se rendre à l’évidence. Les arrêtés ont dû être renouvelés, voir étendus. Depuis le 7 juin et jusqu’au 30 novembre, les salons de coiffure qui donnaient lieu à des tapages nocturnes doivent fermer à 20 h, comme tout commerce régulier. Les épiceries qui suscitaient des attroupements d’hommes éméchés devront cesser toute vente de boissons alcoolisées du 3e au 5e groupe, de 21 h à 6 h. La mesure a même été étendue cette année à l’avenue du Président-Wilson. Tapage, déjections, déchets, les conséquences valaient aussi pour les barbecues sauvages, désormais interdits jusqu’au 31octobre. Autre arrêté, mais de portée moins typiquement dionysienne celle-là, la vente des pétards et articles pyrotechniques est interdite à l’exception des moins dangereux, du 28 juin au 1er août, et du 13décembre au 6 janvier. 

Réactions

Bonjour. A un moment, ce genre d’arrêté aurait du être pris depuis des années. Mais la municipalité, n'apprends rien de ces mêmes salon à Paris. Ils ont attendu que ce phénomène s'installe, à l'instar des brochettes, et la municipalité est débordé et ne sait pas le gérer. Comme tous les sujets d'ailleurs. Au lieu de prendre ses responsabilités, quit à faire des mécontents, elle laisse faire et en appelle à l'état. Une honte cette ville et Laurent Russier a osé dire que Saint Denis était un phare... On se demande pour qui. D'ailleurs, on entends pas Bally Bagayoko sur ce sujet... Silence assourdissant. Il connait bien ces histoires de cheveux car son groupe a voté les 10 000€ de subventions à R. DIALLO venir nous parler de la problématique des cheveux. Pendant ce temps la, ça pue la pisse en bas des immeubles. Bienvenue à Saint Denis Laurent et Bally, cette situation vous en êtes comptable.
Mesures mesquines et insuffisantes, pourquoi faire porter les mesures uniquement sur les commerçants, comme si c'était de leur seule responsabilité ? Tous les jours les abords de la gare (partie devant le tram T8) et les bords du canal sont squattés par les branleurs, les poivrots et les toxicos. Les lieux sont repoussants de saleté du matin au soir. À la décharge des squatteurs, les poubelles sont trop petites mais est-ce une raison pour laisser ses ordures sur place et se comporter comme des porcs ? Tous les jours je croise des hommes en train de pisser dans les coins et les haies, tout le monde crache partout, on se croirait dans un bidonville du tiers-monde. Quelle municipalité francilienne laisse faire ça sans broncher ??? Où sont la dignité, le respect ? Où sont l'hygiène et la sécurité ?
100% d'accord avec Palette. Je la rejoins sur l'état lamentable des abords de la gare et notamment celui du quai du port ! J'ajoute à cela les stationnements abusifs de véhicules et la circulation à toute blinde de 2 roues sans casque. J'ai manqué de me faire renverser il y a quelques jours à cet endroit là. Pourquoi la mairie ne fait rien à cet endroit qui est d'une saleté incroyable et puante d'urine en part couleur par ces chaleurs. C'est infernal ! Que fait la police que je vois parfois les bras croisés sur le parvis ?

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur