Côté association

Cours d’alphabétisation
/ Les assos ne baissent pas les bras

© Bergoda
© Bergoda

Jean Castex, le Premier ministre, déclarait jeudi 29 octobre avant l’entrée de la France dans sa deuxième phase de confinement, qu’il serait possible de continuer à se former. Mais qu’en est-il pour les cours d’alphabétisation délivrés aux migrants ? À Saint-Denis, la mission Padoc (Permanence d’accueil et d’orientation des demandeurs de cours de français), assurée par Raouf Boutbiba, évalue les demandeurs et les répartit dans les différentes structures dispensant des cours (environ une vingtaine) en majorité des associations. Pour elles, le premier confinement a été une épreuve à surmonter.

LIRE AUSSI : L'accès à l'alphabétisation proche de l'impasse

« On a dû tout arrêter. On n’était pas prêt pour des cours à distance », explique Jérôme Calauzenes de Foyer Pinel. Le site de l’association, actuellement en travaux, devrait à terme pouvoir fournir une offre de cours en ligne. « On a orienté notre bénévolat vers la distribution alimentaire », ajoute M. Calauzenes. Il faut dire que les apprenants qui fréquentent les cours d’alphabétisation appartiennent à une population qui a pris la vague Covid de plein fouet. Travaillant majoritairement en dehors des circuits légaux, ils n’ont pas bénéficié des aides de l’État. Quant à Bruno Mercier, d’Alphadep, il confie : « On a essayé de faire cours à distance via Skype ou Zoom ou encore WhatsApp. »

Aucune des deux associations n’a baissé les bras. À Foyer Pinel, des bénévoles se sont relayés pendant l’été pour entraîner les inscrits aux sessions d’examens. Initialement prévues en juin, elles se sont déroulées en septembre. Et il a fallu envisager la rentrée. Les deux structures se sont adaptées. Port du masque, gel hydroalcoolique à disposition et surtout limite du nombre de personnes à chaque cours. Et elles ont dû prospecter pour trouver de nouveaux locaux. PCH a cherché des solutions avec la mise à disposition de LCR (locaux communs résidentiels). Si à Alphadep on est passé de 270 apprenants à 100 cette année, en priorisant les inscrits des années précédentes, Foyer Pinel est passé de 60 à 75 bénévoles pour faire face à la demande.

D’autres associations, comme Abef (Association bienvenu en France) et Africains sans frontière (ASF) ont plus de difficultés. Si ASF prévoit de relancer son activité en janvier prochain, l’Abef ne pense pas reprendre avant la rentrée scolaire de septembre. Ces décisions ne sont pas sans rapport avec le fait que l’apprentissage du français pour adultes repose en majorité sur les épaules des bénévoles. Souvent retraités, ils font partie des catégories vulnérables face l’épidémie de Covid-19. Et pour cette nouvelle phase de confinement, ils exerceront à distance.

Véronique Le Coustumer 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur