En ville

Communiqué de presse
/ Ami(e)s, lecteur(trice) du JSD

© Yann Mambert
© Yann Mambert

Ami(e)s lecteur(trice)s du JSD,

Jeudi 17 décembre, lors du conseil municipal, le maire de Saint-Denis Mathieu Hanotin a annoncé que la subvention du Journal de Saint-Denis ne sera pas reconduite en 2021. Cette décision que nous regrettons signe la fin de votre journal d’information locale, devenu hebdomadaire depuis 1992 et distribué dans 48 000 boîtes aux lettres chaque mercredi. Chers Dionysien(ne)s, vous méritez des éclaircissements sur le contexte dans lequel cette annonce a été faite et qui nous a pris de court.

Depuis plusieurs mois, notre rédacteur en chef Yann Lalande (qui quitte ses fonctions aujourd’hui) avait élaboré un « plan » de subsistance qui nous aurait permis de « tenir » jusqu’à 2023-2024 et ce, malgré les dotations en baisse prévues. Dans cette perspective, le plan de pérennisation du JSD proposé avait reçu l’aval verbal du cabinet du maire ce qui nous rassurait quant à l’avenir du JSD. Jusqu’à hier soir, nous pensions que notre subvention ferait l’objet d’une coupe - significative - à hauteur de 132 200 euros.

Nous avions entamé le processus de recrutement d’un nouveau rédacteur en chef à la suite de la démission de Yann Lalande et lui trouver un remplaçant ou une remplaçante avant la fin novembre : condition sine qua non pour avoir la confiance de la municipalité. Cette confiance se serait traduite par une signature d’une nouvelle convention et l’octroi de subventions. Et justement, nous avions trouvé un remplaçant. Et pourtant. Vendredi 11 décembre, le potentiel successeur de notre rédacteur en chef s’est dédit lors d’un entretien avec la directrice générale des services et le directeur du cabinet du maire, quelques jours seulement avant le conseil municipal.

Notre directeur de la publication et les 13 membres du conseil d’administration ont alors pris l’initiative d’adresser un courrier à M. le maire le matin du jeudi 17 décembre. Dans cette lettre, il avait été demandé à la Ville un délai. En effet, nous avons plaidé auprès du cabinet du maire et de M. Hanotin lui-même, pour que le JSD puisse trouver des solutions d’ici février. Dans ce temps qui nous était imparti, nous souhaitions poursuivre le processus de recrutement, assainir le fonctionnement de l’association « Communiquer à Saint-Denis » dont nous dépendons, peaufiner un modèle économique et éditorial nouveau et viable pensé en amont avec la mairie et réaffirmer l’essence même du journal qui est un pilier dans l’histoire de Saint-Denis.

Mais ce délai ne nous a hélas, pas été accordé. Vous retrouverez tout de même dans vos boîtes aux lettres, le prochain numéro (potentiellement le dernier) du JSD le 13 janvier. Merci pour vos nombreux messages de soutien qui nous rappellent que ce journal était lu et qu’il vous était avant tout destiné.

Rappel historique :
Actuellement, le JSD perçoit 770 000 euros de subventions publiques. Notre budget de fonctionnement annuel avoisine 1 million d'euros. Ce budget nous permet de financer les salaires (9 salariés dont la majorité est dionysienne et un volant de pigistes), les factures, le matériel, le site internet, la distribution et l'impression du journal.

Signataires
Yslande Bossé, chef de rubrique web
Christopher Dyvrande, chef de rubrique sports
Olivia Kouassi, reporter
Maxime Longuet, chef de rubrique cultures
Aziz Oguz, chef de rubrique en ville
Sarah Boumghar, journaliste pigiste
Marine Delatouche, journaliste pigiste
Delphine Dauvergne, journaliste pigiste
Adel Bentaha, journaliste pigiste
Gwenaëlle Fliti, journaliste pigiste

Corentin Rocher, journaliste pigiste

Réactions

Vous êtes notre lien entre tous ici à Saint-Denis, on va vraiment attendre notre journal et il va nous manquer. J'ai toujours trouver formidable de découvrir nos voisins, leurs passions, leurs métiers , leur talent et aussi leurs emmerdes bien sûr hélas. Toute cette information indispensable qui nous permet de faire vivre le mouvement d'ici. C'est triste. Le journal nous a réuni dans une seule communauté et c'était bien le propos. Bravo à vous et un grand merci. Vous avez fait du super boulot. J'espère que vous pourrez tous les 9 rebondir vite. Bon vent les amis. et encore merci.
Vous êtes notre lien entre tous ici à Saint-Denis, on va vraiment attendre notre journal et il va nous manquer. J'ai toujours trouver formidable de découvrir nos voisins, leurs passions, leurs métiers , leur talent et aussi leurs emmerdes bien sûr hélas. Toute cette information indispensable qui nous permet de faire vivre le mouvement d'ici. C'est triste. Le journal nous a réuni dans une seule communauté et c'était bien le propos. Bravo à vous et un grand merci. Vous avez fait du super boulot. J'espère que vous pourrez tous les 9 rebondir vite. Bon vent les amis. et encore merci.
Pourquoi ne pas être que numérique en attendant une solution viable... Enfin bon ainsi soit-il au nouveau seigneur de Saint-Denis Que de gâchis et quelque chômeurs de plus dans une ville déjà bien mal en point
Supprimer la liberté d'expression pour être réélu maire de Saint-Denis en mars 2026. Empêcher les dionysiennes et les dionysiens de s'informer correctement et de s'exprimer librement, ce calcul sera-t-il bon pour provoquer la réélection de Mr Hanotin en mars 2026 ? Partout dans le monde des chefs d'état effectuent le même calcul et ça fonctionne "j'empêche les journaux d'opposition de paraître, je maintiens la population dans l'ignorance, je muséle Internet, je reste au pouvoir et je me fais réélire". Dans ce cas, seule une opposition à l'intérieur du parti au pouvoir peut ramener la démocratie. C'est en train d'arriver en Chine. Mathieu Hanotin finira comme Xi Jiinping, contesté par les jeunes cadres de son parti, et destitué de ses pouvoirs par le Comité Central du Parti Communiste Chinois.
Merci aux militants d'extrême-gauche et pseudo journalistes qui ont réussi à saborder ce si beau journal. J'espère qu'un journal numérique (moins dévastateur pour nos forêts que les journaux papiers qui pour beaucoup d'exemplaires se retrouvaient à la poubelle avant d'être lus) pourra un jour prendre la suite pour faire le lien et informer les dionysiens. Un journal qui pourrait avoir une ligne éditoriale à l'image des dionysiens : diverse !
@Léon: "qui a empêché les dionysiens de s'informer correctement" en censurant l'édito du rédacteur en chef ? Bravo Mr Hanotin, ça nous change des bobos, "communistes", islamogauchistes,... Il faut continuer: dans la commune la plus pauvre de France, chasse au gaspi et au copinage, suppression des subventions aux associations politiques bidon...
Ah Léon, vous êtes un sympathique rêveur et peut être un romancier de science fiction en puissance. Vous vous faites un beau film, comme tous vos "camarades" coreligionnaires. Passez un bon Noël quand même.
Le fait qu'il faille un changement de municipalité pour que le JSD songe à un modèle plus viable est révélateur. Les comptes détaillés de l'association JSD devrait être consultables. 1. Pourquoi avoir maintenu une version papier, qui se retrouve malheureusement très souvent dans les poubelles de mon immeuble ? Quel est le coût que représente l'impression dans le total du budget de fonctionnement ? 2. Pensez-vous qu'il est normal que le JSD ait été utilisé comme véhicule de propagande, si ce n'est pour la mairie Communiste, au moins pour les idées de journalistes qui ne s'appliquaient pas le devoir d'objectivité. 3. 700kx5 cela représente 3,5 M€. Pensez-vous qu'au regard de l'état de la ville, le maintien d'un journal dont l'audience reste limitée à une frange très réduite de la ville est justifié? Cette somme représente le cout d'un immeuble. 4. Le peu de foyers imposables à Saint-Denis font-ils de ce journal une priorité devant les problématiques de sécurité, de combat contre la pauvreté et de salubrité ? Il ne faut pas se voiler la face et vouloir tout et son contraire, les Associations MCA et Compagnie le JSD et j'en passe vivent sur les largesses d'un PC qui achetait la paix municipale. Ils sont donc balayés par le torrent comme l'a été le PC. Les dyonisiens en ont marre de payer des impôts pour une ville qui ne leur ressemble pas. 5. Si les dyonisiens regrettent tant leur journal, il n'est pas trop tard. Que les personnes derrière la levée de boucliers en commentaires se réunissent et sensibilisent les dyonisiens ! Nous sommes 110 000 âmes. Si le journal, comme le disent certains, doit sa force à sa légitimité de terrain, il ne sera pas difficile de convaincre 50% de la population de donner 14€/an. Le modèle serait viable, ET indépendant. Au vu du nombre de journaux jamais ouverts qui remplissent les poubelles, permettez-moi d'émettre qq doutes. Pensée sincère aux petites mains qui, au nom d'une gestion désastreuse, d'un modèle économique qui ne comptait que sur les deniers publics, vont perdre leur emploi. LE JSD se voulait faiseur et défaiseur de roi - je vous renvoie aux articles publiés lors des municipales - il faut croire qu'il a été pris à son propre jeu.
Assassinat programmé d’un journal: une ville qui se tient sage ÉDITER 20 DÉC. 2020 PAR ALAIN BERTHO BLOG : TEMPS ACTUELS Le journal de Saint-Denis était plus qu’une expérience d’authentique information locale. C’était depuis près de 30 ans le lien d’une ville vivante et résistante, un poumon démocratique pour l’une des villes les plus pauvres de France. La nouvelle municipalité a décidé de lui couper les vivres. C’est un coup porté à la ville autant qu’à son journal. https://blogs.mediapart.fr/alain-bertho/blog/201220/assassinat-programme-d-un-journal-une-ville-qui-se-tient-sage
Assassinat programmé d’un journal: une ville qui se tient sage ÉDITER 20 DÉC. 2020 PAR ALAIN BERTHO BLOG : TEMPS ACTUELS Le journal de Saint-Denis était plus qu’une expérience d’authentique information locale. C’était depuis près de 30 ans le lien d’une ville vivante et résistante, un poumon démocratique pour l’une des villes les plus pauvres de France. La nouvelle municipalité a décidé de lui couper les vivres. C’est un coup porté à la ville autant qu’à son journal. https://blogs.mediapart.fr/alain-bertho/blog/201220/assassinat-programme-d-un-journal-une-ville-qui-se-tient-sage
Il m'est arriver de grincher à la lecture de tel ou tel article ou éditorial. Mais c'est l'HONNEUR d'un journal indépendant, une véritable originalité dans le monde de la presse "municipale". Vous nous manquerez beaucoup, car vous avez toujours su nous tenir informés de ce qui se passait dans notre ville. Nous serons un peu plus aveugles ! Est-ce la raison de l'assassinat du JSD? Est-ce pour mieux financer l'achat d'armes et le recrutement de policiers municipaux et la "location" de milices privées de "gardiennage"? Le modèle de M. Hanotin est-il celui des villes états-uniennes où comme à Minneapolis, le budget de la police municipale constitue 30% du budget de la ville ? Le JSD sera sans doute remplacé par une "lettre du maire" ou, au mieux, un bulletin municipal style "la voix de son maître", avec en dernière page quelques lignes de "l'opposition"? Qu'en pensent ceux qui on voté pour la (ultra-minoritaire en nombre de voix) "majorité" actuelle en rêvant d'une ville rééquilibrée, libre et "moderne" ? Au revoir à vous tou-te-s, dans l'espoir de vous retrouver un jour....
Le mieux pour en parler c’est de lire l’ancien rédacteur en chef Yann Lalande ... sur France bleue Paris il annonce "c’est la rédaction qui s’est tirée une balle dans le pied" ! ... la rédaction autrement dit les journalistes ... enfin certains journalistes.
Bonjour à tous. Je suis désolé pour les journalistes qui vont surement perdre leurs emploi... mais le JSD fonctionnait que par les impôts. Ce n'est possible que si l'ensemble de la population se retrouve dans le journal. Mais au final, c'est comme la participation aux élections. Le JSD ne concerne qu'une petite parti de la population. Personnellement, il a manqué le virage du numérique et des réseaux sociaux (avec plus de vidéo... c'est le nouveau format actuel). Pour la majorité des habitants, cela ne changera rien. Pour les lecteurs habituels, c'est dommage mais c'est ainsi. Tout n'est pas éternel. PS: Laurent Russier fait l'étonné mais à force de distribuer les subventions comme les petits pains pour garder le pouvoir et ensuite dire qu'il faut utiliser le levier fiscal. Ce n'est plus possible.
Empêcher la presse de vivre constitue la signature d'un tyran. Contester un tyran avec un parti d'opposition reste une entreprise dangereuse et vouée à l'échec (on le voit à Hong Kong, les étudiants se font arrêter les uns après les autres). Cela ne peut se faire qu'à l'intérieur du Parti Socialiste. Les dionysien-ne-s souhaitent restaurer la démocratie doivent adhérer au Parti Socialiste.
@Michel. Je l'ai dit avant les municipales et après aussi. La victoire de Mathieu Hanotin est surtout la défaite de Laurent Russier qui s'est réveillé bien trop tard. Dés 2014, il aurait fallu changé la donne et se séparant de Patrick Braouezec et qu'il aurait entreprit les réformes nécessaires à la ville. Je vous rappelle qu'il était en charge d'animer la majorité municipale et c'est en ce sens qu'il a repris le poste de Maire. Les habitants ont des aspirations différentes de celles des élus. Le grand soir n'arrivera pas. Ils veulent la sécurité pour leurs enfants, ne pas avoir des camps de roms en bas de chez eux, avoir des rues propres et cela leurs a été reproché par les mêmes membres de cette majorité en disant que c'était des idées de droite. Parce que les pauvres sont déstinés à vivre dans la misère et la crasse ??? La fin du JSD n'est qu'un épiphénomène pour les trop peu nombreux lecteurs. La communication sur Saint Denis sera différente mais de la à voir un totalitarisme... Le PCF avait le JSD... et cela ne l'a pas empêché de perdre les élections. Elles auraient déjà du être perdu en 2014. Cela aurait été salvateur.... Mais bon, le pouvoir est pas facile à lâcher.
Je constate que M. Hanotin n'est pas un homme de parole. Alors qu'il avait annoncé une simple réduction de la subvention et demandé à l'équipe du JSD de faire un projet pour réaliser des économies de fabrication, M. Hanotin annonce en conseil municipal, ce jeudi, la MORT DU JSD. Bravo pour la démocratie. Il aurait dû être plus franc et dire qu'il voulait un journal .... ou plutôt une COMMUNICATION à ses ordres ! Quant à la réaction de BEX : je trouve que dire " bon vent" à des salariés qui vont peut-être se retrouver au chômage est une expression malheureuse !
Arrivée en 2001 à Saint-Denis, j'ai toujours connu le JSD, fidèle dans ma boîte aux lettres... je l'ai toujours lu, plus ou moins attentivement selon les semaines, mon humeur, et mon propre rapport à la ville, mais souvent avec intérêt... j'y ai découvert des centaines d'initiatives réjouissantes, dans cette ville qui fourmille de beaux projets, d'initiatives, de débrouillardise et de solidarités, malgré un contexte toujours plus dur, lui aussi présent dans les pages du journal... Un grand merci pour cette loupe sur notre ville et ses réalités! Une grande sidération aussi de voir que la subvention est supprimée en totalité aussi brutalement... Même si la ville ne souhaitait pas poursuivre le financement, on aurait pu imaginer une subvention réduite cette année et supprimée l'année prochaine, au moins pour pouvoir laisser au journal le temps de préparer sa réadaptation ou à défaut un plan social digne de ce nom... ce mépris pour le journal, ses salariés et ses lecteurs est bien dommage... bon courage à toute l'équipe
Bon Noël et Bonne année. Quelle brutalité pour les travailleurs du JSD. Quelle ignorance de ce qu'est cette ville. On parle d'économie mais que dire de l'augmentation mensuelle substantielle que s'est attribuée le nouveau maire lors du premier CM. Légalité rime-t-elle toujours avec justice et moralité ? Je suis atterrée. ...Bonne chance à toute l'équipe.
C'est assez agaçant de voir certaines réactions, excessives ou aveugles. Non, Saint Denis n'est pas une dictature (pas plus que son maire un dictateur !) et une cause importante de l'arrêt du JSD est une prise de possession "morale" de l'extrême gauche indigéniste, ce qui n'était pas acceptable. Que faisaient les communistes si ce n'est avoir la main mise sur la com de la mairie ? C'est comme ça, c'est le jeu politique. Il faut arrêter le "c'était mieux avant". On ne va pas loin avec ce genre d'argument. Il faut accepter les changements et les défaites, composantes primordiales de l'existence. Un nouveau mode de communication va voir le jour, il sera toujours temps de réagir dessus. Réjouissons nous du changement en général, c'est la promesse du renouveau. Oui, c'est désolant pour celles et ceux qui vont se trouver au chômage, mais hélas, cela fait partie de la vie depuis la nuit des temps, et tous nous avons à un moment ou un autre été confrontés à cela. Ce n'est en tout cas pas un prétexte pour ne jamais rien faire. Enfin, pour toutes celles et ceux qui hurlent à la mort, qu'est ce qui vous empêche de vous lever, vous associer et tenter de faire repartir le journal ? C'est sur, c'est plus facile de crier que d'agir. Les "yakafokon" n'ont jamais fait avancer grand chose .
Mathieu Hanotin est un despote. L'histoire montre que pour affaiblir un tyran il est nécessaire de militer à l'intérieur du parti au pouvoir. Exemple le 29 janvier 2017 la grande participation au second tour de la primaire citoyenne avec 2013743 votes exprimés freina les ambitions de Manuel Valls. Il faut adhérer massivement au Parti Socialiste afin de mettre Mathieu Hanotin en minorité à l'intérieur de son propre parti.
Merci Monsieur Léon (Trotsky ?) pour ce mode d'emploi ... révolutionnaire !
Avant tout, je tenais à remercier l ensemble de l équipe du JSD pour le formidable travail accompli durant toutes ces années. Pour le reste, c est toujours le même argument, il n y a plus d argent dans les caisses. Pourtant, il y en a pour armer la police municipale, pour des caméras qui seront tout aussi inutiles que celles déjà installées, remplacer une maison des arts par un commissariat municipal, pour augmenter les subventions du maire....bref, la ville ne manque pas d argent, simplement, des choix sont faits au détriment du débat d idées. Les dissensions dans les journaux sont heureusement monnaie courante dans le milieu et pour autant, cela ne signe pas leur arrêt de mort. Des journalistes au Monde, à Libe, au Figaro, vont et viennent et le débat d idées continue de vivre dans ces rédactions comme au JSD puisque la tribune est signée par un large collectif de journalistes. Dommage, nous n aurons plus une publication régulière rassemblant les informations sur la créativité des dionysien.ne.s, sur les luttes de solidarité, sur les rdv de la ville, sur les débats en cours dans notre ville...une bien triste nouvelle pour les habitant.e.s et pour le tissu associatif de notre ville.
Lorsque les individus ont désappris à faire société, comment générer la cohésion ? Comment suggérer le sentiment d'appartenance ? Qu'est ce qui fait qu'on se sait, qu'on se sent Dyonisien ? Le JDD était la ressource le plus importante en ce sens. Je suis accablée par le peu d'intelligence politique des responsables publics. Misère à tous les étages.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur