À la une En ville

Municipales 2020
/ Aïdara prend le défi de la droiture

En 1h30 de meeting (1), Alexandre Aïdara (LREM), qui devait présenter jeudi 6 février à l’école Jean-Vilar son projet pour protéger Saint-Denis en présence de la secrétaire d’État auprès de la ministre en charge de la Transition écologique Emmanuelle Wargon, empêchée, a rappelé devant une soixantaine de personnes les grandes lignes de son ambition politique.
Alexandre Aïdara en meeting à l'école Jean-Vilar jeudi 6 février a présenté les grandes lignes de son projet politique pour Saint-Denis. © Yslande Bossé
Alexandre Aïdara en meeting à l'école Jean-Vilar jeudi 6 février a présenté les grandes lignes de son projet politique pour Saint-Denis. © Yslande Bossé

« Transparence » et « probité ». Ces mots, Alexandre Aïdara (LREM), meneur de la liste du collectif Changeons Saint-Denis, les a prononcés à plusieurs reprises jeudi 6 février lors de son deuxième meeting à l’école Jean-Vilar. Le candidat En Marche a dû vraisemblablement revoir le déroulé de son discours tant en raison de la perturbation de sa réunion publique par des manifestants que par l’absence d’Emmanuelle Wargon, la secrétaire d’État auprès de la ministre en charge de la Transition écologique et solidaire. Sa présence n’a pu être honorée en raison du « risque » encouru selon Alexandre Aïdara.

LIRE AUSSI : Portrait de Alexandre Aïdara, 52 ans

Une soixantaine de personnes ont pu assister à son meeting. D’autres arrivaient au compte-gouttes par une porte arrière. « On ne cédera pas. Saint-Denis doit être un territoire libre où les gens se sentent bien », a-t-il asséné après l’irruption dans la salle de trois manifestants qui ont rapidement été escortés vers la sortie. Jusqu’au bout, l’ambiance aura été tendue mais le candidat aux municipales des 15 et 22 mars est resté stoïque. Il a rappelé ses propositions pour les Dionysiens – projet Genume (2), accès à la cantine « pour des familles qui n’ont en pas les moyens », « lancement du plan de rénovation des bâtiments » – et évoqué trois « défis » qui attendent Saint-Denis : le repli identitaire, les inégalités et le défi climatique.

Alexandre Aïdara n’a pas manqué de lancer des piques envers « ceux qui se disent communistes mais qui n’en ont que la casquette » et à l’encontre de « Jean-Luc Mélenchon qui n’a pas appelé à voter Macron face à Lepen lors du second tour des présidentielles en 2017 ». « Saint-Denis est un territoire qui a une chance extraordinaire, c’est le plus jeune de France. Si nous mettons nos énergies ensemble, nous pouvons réussir à relever les défis et gagner des batailles », a continué Alexandre Aïdara, comme pour légitimer sa volonté de briguer le siège de maire, ici à Saint-Denis.

Pacte et engagements

Anaïs Brood, chef de file du Modem à Saint-Denis - qui a rejoint la liste menée par Aïdara -  s’est adressée au public pour faire la synthèse de la Charte en 12 points des élus Changeons Saint-Denis. « Cette charte répond à cinq exigences : accepter le pluralisme et respecter l’opposition, avoir des élus exemplaires, lutter contre les conflits d’intérêts » mais aussi la transparence et la lutte contre le clientélisme. « Tous les candidats vont la signer et l’article 1er s’applique au candidat maire. Je m’engage à ne pas exercer plus de deux mandats alors que la loi dit trois. Je m’engage aussi à ne cumuler dans le pacte aucun mandat avec celui de maire », a promis le candidat LREM. 

Yslande Bossé

(1) L’auteure de ses lignes a pu accéder au meeting (début 19h30), à 20h15.

(2) Grande école du numérique et des métiers de l’environnement.

Réactions

La journaliste du JSD n'a pu accéder à la salle que 45 minutes après le début du meeting ! Instructif ... on imagine ce que serait la liberté de la presse ou de se réunir si par malheur l'extrême gauche proche du candidat Bagayoko prenait les rênes de la ville ...
Le contraste était fort entre la violence exercée toute la soirée à l'extérieur par une bande en partie éméchée et l'assemblée concentrée bien qu'angoissée à l'intérieur. Parler de probité et d'honnêteté des élus avait un sens particulier quand certains des élus actuels empêchaient le meeting au lieu d'assister au CM. Si beaucoup des Dionysiens venus assister au meeting sont repartis devant le blocus, ils ont au moins été convaincus devant le spectacle de "ces révolutionnaires censeurs" peu représentatifs de la population dionysienne de la nécessité de tourner la page de l'extrême gauche à St Denis.
Je n'aime pas sa campagne, elle est très sale. Ses soutiens sont immatures, de véritables poisons sur le terrain et les réseaux sociaux. Il est toujours dans la bataille des personnes, surtout hanotin et jamais dans les propositions
@Dionysien. Déjà sur le candidat Aïdara lui-même la réflexion qui revient le plus souvent est "je m'attendais à autre chose ". Sur son entourage, c'est le contraire d'Hanotin. Hanotin on aime ou on n'aime pas (personnellement je n'apprécie pas) mais il faut reconnaître que son équipe est prête. Chez Aïdara son équipe c'est pour le moment une inconnue. Enfin, et là c'est une approche personnelle, je ne me vois pas en tant qu'enseignant voter pour un candidat qui approuve la réforme Retraites.
@mourad. :Je m'attendais à autre chose" est également ce que je ressens. J'ai été très attiré au début par son profil d'homme nouveau et de self made man. Le CV est super mais il ne faut pas qu'il parle. Des qu'il a commencé à s'exprimer, c'était creux, vide, inconsistant. Il utilise des phrases types du style " il faut rétablir la république ", des territoires abandonnés etc... Son programme n'est pas ficelé, il n y a que des incohérences. L'article du jsd a bien pointé les incohérences de son programme. Je préfère le programme d'Hanotin, Guermat ou... Russier. Même Russier fait des propositions concrètes ( mais je ne le crois plus). Ce qui me déçoit le plus chez aidara, ce sont les personnes de son entourage, quand ils s'expriment sur les réseaux et sur le marché, ils nous prennent de haut. On dirait qu'ils nous expliquent comment on doit faire. C'est très humiliant. 2 de ses soutiens sont particulièrement insupportables, ce sont Denis et Viviane. En les lisant, on a envie de faire campagne contre Aidara. Ils arrivent à rendre leur candidat impopulaire. Je préfère les colistiers de Hanotin qui sont plus attentifs à ce qu'on dit et nous écoutent. Le 13 février, je sais que Je ne voterai ni bally ni Russier ni aidara.
C'est marrant tous ces commentaires qui sont tous écrit par des soutiens de tel ou tel candidat. C'est la même chose sur l'article du meeting de Hanotin ou Russier soit très négatifs, soit très positifs. En plus ce sont toujours les mêmes qui commentent. Laissons les dionysiens choisirent par eux même.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur