En ville

6b : un incendie et des questions

Dans l’après-midi du mardi 31 décembre, un feu s’est déclaré au 6b à l’intérieur d’un atelier situé au 5e étage de la structure culturelle. Aucune victime ou blessé n’a heureusement été à déplorer.
Mardi 31 décembre dans l'après-midi, un atelier situé au 5e étage du 6b a pris feu.
Mardi 31 décembre dans l'après-midi, un atelier situé au 5e étage du 6b a pris feu.

« J’ai cru à une panne d’électricité au départ. J’écoutais la radio et tout à coup elle s’est coupée. Puis après, c’est la lumière qui s’est éteinte. » Mardi 31 décembre dans l’après-midi, Galatée, résidente au 6b, se trouvait dans son atelier au 5e étage lorsqu’un incendie s’est déclaré dans un autre espace situé au même étage, dans l’aile sud du bâtiment. « J’ai mis le nez dehors, j’ai vu de la fumée dans le couloir, ça progressait très vite. » Avec Julien, un autre résident, elle se rapproche de la « zone de fumée ». Ils entendent des « claquements ». Vers 14h30, la jeune femme appelle les pompiers qui arrivent sur les lieux « très vite ».

Les résidents présents dans le bâtiment sont évacués. « Le premier constat des pompiers et de la police, c’est que c’est accidentel. Ils ont écarté la possibilité d’un acte de malveillance », a expliqué Serge Glissant, président du conseil d’administration et trésorier du 6b. L’atelier d’où est parti le feu a été totalement détruit. « L’atelier voisin a été endommagé, plusieurs portes d’autres ateliers ont dû être ouvertes par les pompiers pour vérifier et sécuriser la zone », a précisé le 6b dans un communiqué publié sur sa page Facebook vendredi 3 janvier.

LIRE AUSSI / 6b : Quartus quitte le quartier
 

Problèmes de sécurité

Alors que depuis le printemps 2019,le 6b, qui fête ses dix ans cette année, œuvre pour l’acquisition de cet ancien bâtiment industriel – occupé par plus de 150 résidents – à travers notamment la mise sur pied d’un projet de société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) visant à transformer et pérenniser le complexe culturel (1), des questions se posent sur la sécurité de l’immeuble de six étages.

D’aucuns ont longtemps alerté sur les problèmes relatifs aux issues de secours, pannes électriques et caméras de surveillance. Notamment, l’ancien adjoint à la tranquillité publique, Slimane Rabahallah, aujourd’hui en charge de la politique de la ville ainsi que les conseillers municipaux Ferdinand Nino (maj. PSG) et Philippe Caro (opp. FDG-non inscrit). Lors du conseil municipal du 21 novembre 2019, Slimane Rabahallah avait notamment pointé du doigt les problèmes liés à la sécurité incendie et avait parlé de « traitement pas équitable » en comparaison avec les mosquées de Saint-Denis, dont certaines ont été fermées en raison de problèmes de sécurité.  « Le commandant des pompiers de l’époque me disait qu’il y aurait beaucoup de dégâts, notamment humain, s’il y avait un incendie car les issues de secours ne sont pas du tout présentes, pas du tout aux normes », avançait l’élu.

LIRE AUSSI / Centre Tawhid : pour une réouverture partielle de la mosquée
 

Jeudi 19 décembre, lors du conseil municipal, Philippe Caro, conseiller municipal (opp. FDG-non inscrit) a souhaité un vote séparé pour l’association le 6b. « Je me contente de toucher du bois pour qu’il n’y ait jamais d’incendie là-dedans avec du public là-dedans », avait-il alors exprimé. À plusieurs reprises, le conseiller municipal a refusé de payer les subventions allouées aux 6b par la Ville pour ces questions de sécurité.

Pour Serge Glissant, « il y a des fantasmes sur pas mal de sujets concernant le 6b. Le bâtiment n’est pas insalubre, il tient debout. » L’incendie aurait-il pu être causé par un problème électrique ?

Cette question, Serge Glissant l’a posée à un responsable électricité, présent sur place avec la police et les pompiers mardi 31 décembre. « Il m’a confirmé que non, ça ne vient pas d’un problème électrique. Les tableaux sont conformes », a-t-il commenté. Puis, de préciser que « 200 000 euros de travaux de mise en sécurité » avaient été effectués courant 2018. Pourtant, c’est « un vieux système qui ne marchait plus très bien » selon les termes de Serge Glissant, qui faisait office d’alerte incendie… « Dès lundi (6 janvier, ndlr), plusieurs détecteurs de fumée seront installés dans le bâtiment. On va aussi mettre en place plus de responsabilité individuelle. J’ai demandé aux gardiens d’être attentifs. ».

Yslande Bossé
 

(1) Nous le précisions dans un article du JSD publié en février 2019. La Ville de Saint-Denis et Plaine Commune devraient intégrer la SCIC. La municipalité compte y investir 200 000 euros.

Réactions

Bonjour Qui est Serge Glissant et quel est son rôle et sa responsabilité dans la gestion du 6B? C'est dingue cette malchance des élus de la ville qui ont sans cesse défendu le 6b alors que fondamentalement, il ne fonctionne grâce à la générosité municipale... On se demande ou vont les finances de cet organisme. Comme la MCA... On ne sait pas très ce qui est fait de l'argent publique. Je ramènerais bien Elise Lucet à Saint Denis pour enquêter... Il y aurait de quoi faire.
A propos de l'incendie du 6B : http://copros-libres-saint-denis.over-blog.com/2020/01/incendie-au-6b-le-communique-du-6b-31-decembre-2019-a-saint-denis.html http://copros-libres-saint-denis.over-blog.com/2020/01/incendie-au-6b-31-decembre-2019-saint-denis.html
Quand j'entends le mot culture, je dégaine mes fake news… Propager des rumeurs, des contre-vérités, instrumentaliser un début d'incendie dans un atelier de 12 m2 d'un bâtiment qui en fait 7000… Pourquoi ? Faire des parallèles avec la fermeture temporaire de lieux de culte qui ont fait l'objet de décision de la préfecture et non de la ville…? Où s'arrêtera l'exploitation de cet incident ? A quel fin ? Pour quoi faire ? Dans quel but ? Allez rencontrer les gens du 6B, visitez les ateliers, regardez la programmation au lieu d'en faire un espace de fantasmes. Pour en revenir aux faits, ni plus ni moins : http://www.le6b.fr/2020/01/communique-suite-a-lincendie-accidentel-dun-atelier-de-12m2-au-5e/ http://www.le6b.fr/ Cordialement, Michel Ribay maire-adjoint en charge du quartier Pleyel-Confluence et Porte de Paris.
@Michel Ribay. Forcément, tous ce qui n'est pas issue du 6B est forcément une fake news. C'est comme l'insalubrité des immeubles de la ville.... elle n'existe pas jusqu'au jour ou il y a des morts. Et des élus lachent des larmes de crocodiles. On dirait qu'à Saint Denis, les règles républicaines ne s'appliquent pas sous prétexte de culture alternative... Vous pourrez dire ce que vous voulez. Mais qu'on est copain avec les élus, les subventions tombent et on vous embête pas trop avec les règles. Comme le 6B, la MCA (qui n'a pas une gestion saine), comme l'association Babel sur seine dont personne ne sait ce qu'elle fait exactement... et on doit vous croire...?? La on parle de culture... Mais on pourrait ajouter d'autres défaillances graves... comme le CTM par exemple... Mais chut.. c'est les élections, on ne dit rien. Qui est Serge Glissant au fait?
J'ai failli l'étouffer @michelribay. C est vous êtes bien l'élu, vous sortez au conseil municipal? On dirait que non. Vos collègues sont des menteurs? Sympa pour eux, il fallait être présents aux séances pour leur dire. Soyez transparents et publiez le rapport de la préfecture et des sapeurs pompiers validant la conformité. On vous attend. Ps: j espère que personne dort sur place.
Je n'ai pas de leçon à recevoir d'un pseudo écologiste qui n'a cessé de voter et faire la promotion de projets de bétonisation tout au long du mandat. Ma préoccupation principale est de pouvoir accueillir le public en garantissant au maximum les conditions d'accueil et de sécurité. Ce qui n'est toujours pas le cas à l'heure actuelle. Heureusement que lors de l'incident, il n'y avait pas de public présent!
@Michel Ribay. Quel naufrage intellectuel !
Depuis près de 2 ans (et encore lors des deux derniers conseil municipaux de 2019) j'alerte le conseil municipal de Saint-Denis sur les risques de ce lieu qui reçoit du public, pour ses usagers, artistes ou visiteurs. Pour comprendre pourquoi, je mets à dispo en vidéo mon intervention au conseil du 29 mars 2018, ici : https://youtu.be/wAZosOTOIOY

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur