À la une Cultures

Festival
/ 3e édition de Maths en ville

La compagnie Terraquée organise la 3e édition de Maths en ville du 10 au 19 octobre. © DR
La compagnie Terraquée organise la 3e édition de Maths en ville du 10 au 19 octobre. © DR

« Je rêve de Saint-Denis ville mathématique. » Le projet est ambitieux et le moins que l’on puisse dire c’est que Meriem Zoghlami y met du cœur à l’ouvrage. Avec sa compagnie Terraquée, elle organise du 10 au 19 octobre à Saint-Denis la 3e édition du festival Maths en ville. Que les « arithmétiquophobes » se rassurent, il ne s’agit pas de se replonger dans les manuels scolaires ou de faire joujou avec sa calculette. L’approche que propose la compagnie Terraquée est bien plus ludique qu’un exo tiré d’un Annabac.

Jeudi 10 octobre, une soirée ciné-jeu en partenariat avec le cinéma l’Écran ouvrira les festivités avec la projection du film Crimes à Oxford suivie d’une séance de jeux inspirés par le film et animée par Joël Cohen, enseignant-chercheur à l’université Paris-Sud. Samedi 12 octobre, les médiathèques prendront part à l’événement avec, à Ulysse à 10h, une séance d’analyse judiciaire ludique et participative autour du livre de Leila Schneps Les maths au tribunal. À Centre-ville à 16h, se tiendra une lecture mathématique autour de Léonard de Vinci avant que ne déboule la Fanfare à Marteaux du Conservatoire de Saint-Denis.

LIRE AUSSI /  Festival : pas réservé aux boss des maths
 

Vin, Rap, Mentalisme…

Cette journée préfigure la suite du festival Maths en ville qui reprendra mercredi 16 octobre avec, à 15h, le musée d’art d’histoire Paul-Éluard qui accueillera la directrice de recherches au laboratoire SPHERE, Christine Proust, pour un atelier gravure cunéiforme sur argile pour se mettre ainsi dans la peau d’un écolier d’il y a 4000 ans en Mésopotamie (à partir de 10 ans/ sur réservation) avant une conférence donnée sur le sujet vendredi 18octobre au bar Le Pavillon. Le 16 octobre sera l’occasion d’assister à l’intervention de la mathématicienne américaine et directrice de recherche CNRS à l’Institut de mathématiques de Jussieu, Leila Schneps.

Cette rencontre prévue à 19h à la librairie Folies d’Encre reviendra sur les erreurs de calcul qui ont entraîné des erreurs judiciaires, sujet du livre Les maths au tribunal. Le festival Maths en ville entend également prouver que l’algèbre peut s’accorder avec un grand cru. Jeudi 17 octobre, la Vinothèque accueillera Jean-Christophe Deledicq, organisateur de La nuit des Maths au cours de laquelle bruits de bouchons et théorèmes se confondront sans modération. Vendredi 18 octobre, à 17h45 à l’école Jean-Vilar, aura lieu une restitution du spectacle C’est pas par hasard créé et présenté par les enfants de l’atelier Mathéâtre dirigé par le mathématicien François Perrin et la comédienne Sandrine Baumajs (sur réservation).

LIRE AUSSI / Maths en ville : pour ne plus se prendre la tête avec les maths
 

Enfin, samedi 19 octobre sera une journée marathon avec de 11h à 18h des animations sur le parvis de la basilique assurées par les structures et associations partenaires (Science Ouverte, Math’gic, les ludothèques municipales…). À 20h, aura lieu le clou du festival, le cabaret mathématique au théâtre de la Belle Étoile. Les festivaliers retrouveront Great Teacher Issaba (en photo), le professeur qui rappe les maths mieux que personne avant le spectacle de mentalisme Will et Walt auréolé du trophée Robert Houdin (l’équivalent des Molières de la magie). Les deux frères tenteront dans l’après-midi de s’immiscer dans l’esprit des Dionysiens lors d’une balade mentaliste unique (15h-17h, en centre-ville).

Pour sa créatrice, le festival n’est pas un one shot, et c’est là l’essentiel. « Tout notre travail réalisé durant l’année nourrit chaque édition. Les mathématiques sont des outils qui permettent aux enfants comme aux adultes de développer leur esprit critique. » Et de fil en aiguille, l’engouement renaissant pour les maths pourrait aboutir à « une Maison des mathématiques, comme c’est le cas dans la ville d’Eaubonne », se prend à rêver Meriem. C’est une équation à plusieurs inconnues, mais elle a une solution. « Il faudra une volonté politique pour appuyer un tel projet », conclut-elle.

Maxime Longuet

Maths en ville du 10 au 19 octobre. www.mathsenville.com