En ville

Le chiffre de la semaine
/ 200 euros d’amende pour les usagers de drogue

Depuis le 1er septembre, tout consommateur de drogues, en particulier de cannabis, s’expose à une amende de 200€. Le professeur de sociologie à Paris 8, Michel Kokoreff, rappelle qu’en matière de drogue, la politique française est un échec : l’Hexagone a les plus forts taux de consommation d’Europe, alors qu’elle a l’un des systèmes judiciaires les plus répressifs. Interview.
Michel Kokoreff, sociologue. © DR
Michel Kokoreff, sociologue. © DR

Le gouvernement a décidé de généraliser la forfaitisation des délits de stupéfiants, expérimentée depuis mi-juin à Rennes, Marseille ou Lille. Selon le procureur de Rennes, Philippe Astruc, 545 amendes ont été émises dans ces territoires tests. Au vu de ce maigre bilan, des spécialistes critiquent la mise en œuvre précipitée de cette mesure. Auteur de La Drogue est-elle un problème ?, Michel Kokoreff (1) estime que cette amende « ne sert à rien », si ce n’est à faciliter le travail des policiers pour sanctionner les consommateurs.

LE JSD : Selon vous, l’amende forfaitaire délictuelle de 200€ pour usage de stupéfiants est-elle utile ?

MICHEL KOKOREFF : Premièrement, je dois dire mon étonnement sur l’opportunité de cette annonce, comme si c’était actuellement une priorité. Deuxièmement, la répression de l’usage de stupéfiant est extrêmement chronophage pour les services de police. Avec cette amende, on simplifie les procédures, on diminue la paperasse, on désengorge les tribunaux. Mais sur le fond on ne change rien. On ne se prononce pas sur le caractère excessif ou non de la loi, sur la nécessité de décriminaliser – sans même parler de libéraliser – la consommation de drogues. Non ! L’amende est quand même excessivement élevée. Il y a une inscription au cahier judiciaire, un fichage qui sera conservé pendant dix ans. C’est tout un arsenal répressif. Cette mesure ne sert à rien, sinon à des aménagements pratiques pour les policiers et à remplir les caisses de l’État.

LIRE AUSSI : Faut-il légaliser ou non le cannabis ?

LE JSD : Sur la prévention de la consommation des drogues, cette mesure n’a donc aucune utilité ?

MK : On ne règle pas un problème de santé publique avec des amendes. C’est une politique du siècle dernier. En attaquant l’usager au portefeuille, on ne règle pas les problèmes individuels, qu’il ne faut pas nier, liés à la consommation des drogues, notamment chez les plus jeunes. Cette mesure n’affectera en aucun cas le marché, l’économie, le trafic. Je pense que le trafic, malgré la Covid, se porte plutôt bien. La demande – forte – alimente l’offre. Comme la demande sociale est importante, qu’elle déborde largement les milieux populaires et les jeunes des cités, le marché a de beaux jours devant lui. Les mesurettes du gouvernement sont de la communication. L’exécutif se fout complètement des usagers, de leurs problèmes et de la santé publique. Il veut occuper le terrain de l’insécurité, très prisé depuis le remaniement avec le ministre de l’Intérieur Darmanin qui parle d’« ensauvagement ». C’est stratégique, dans l’optique des présidentielles 2022. Il n’y a rien de nouveau.

En 2003, Nicolas Sarkozy était parti en bataille sur ce thème-là en proposant une contraventionnalisation, mais sans inscription au casier judiciaire, de l’usage. Ça a été oublié. Et hop, 15 ans après, on s’est dit il y a peut-être une idée, on ne sait plus quoi dire ou faire sur le sujet et on ressort cette mesure.

LE JSD : Le Premier ministre Jean Castex a justifié cette décision en disant qu’elle doit permettre de lutter « contre les points de revente qui gangrènent les quartiers ».

MK : Faux ! On ne voit pas comment une amende sur les usages publics impacterait le trafic, c’est-à-dire ferait diminuer le nombre de clients, et donc le chiffre d’affaires. Dire ensuite que les quartiers sont gangrenés, c’est une sinistre métaphore. Cette rhétorique cache surtout l’échec d’une politique strictement répressive en matière de drogue depuis une trentaine d’années. Cela a été le cas pour la politique sécuritaire de Sarkozy, Valls, Castaner et Darmanin aujourd’hui, qui ne s’attaque pas aux causes sociales des usages et trafics.

LE JSD : Le maire Mathieu Hanotin est pour la légalisation du cannabis mais veut dans le même temps verbaliser les consommateurs pour les dissuader de venir s’approvisionner sur le territoire. Est-ce contradictoire ?

MK : Oui, il y a une contradiction. Cette position illustre, à mon sens, l’écart typique dans les discours des élus entre leur responsabilité locale et leur prise de position nationale. D’un côté donner des gages à une partie de son électorat, sensible aux mesures fortes. Et au niveau national, s’afficher comme progressiste. Il est dans un double registre. C’est une manière de ménager la chèvre et le chou, en optant pour une position sécuritaire light. Depuis 30 ou 40 ans, c’est le même discours de la gauche. En privé, les élus reconnaissent que la répression – à l’image de la verbalisation – ne fonctionne pas, mais en public, ils continuent à la soutenir. Ils prendraient le risque de perdre leur électorat, l’opinion ne comprendrait pas, etc. Résultat : c’est la politique du statu quo.

Face à l’absence de majorité politique pour changer la loi et à une opinion plutôt hostile au scénario de la légalisation, maintenir les interdits tient lieu de morale. C’est pour cela que la France reste bloquée, alors que d’autres pays européens – sans parler des États-Unis – avancent sur le sujet.

Propos recueillis par Aziz Oguz

(1) Professeur de sociologie à l’université Paris 8 Saint-Denis. Dernier ouvrage public : Le Vieux. Biographie d’un voyou, Éditions Amsterdam. 
 

LIRE AUSSI : 

> Contre les dealers, ils bloquent l'entrée d'un bâtiment

> Drogues : légalisation du cannabis, le débat relancé 

Réactions

complètement d'accord avec le sociologue Michel Kokoreff. Les "Politiques" manquent de courage. Alors que dans le privé ils sont pour la légalisation, sur le terrain ils préfèrent la répression avec des amendes pour satisfaire leur électorat, alors qu'ils savent très bien que cela ne servira à rien si on ne travaille pas sur le fond. Pourquoi tant de gens ont besoin de ces substances ? Ils devraient exiger un débat national sur le sujet et pourquoi pas un débat local pour faire évoluer les mentalités. On est actuellement dans l'hypocrisie totale. On interdit donc la morale est sauve. La France est toujours en retard sur des grands sujets et en plus elle est machiste. Exemple : en 1922 ; 138 millions de femmes votent dans 24 pays (Allemagne, Angleterre, Etats-Unis ... etc..... etc...) et en France il faudra attendre 1945 !
Une excellent émission, diffusée le 4/8, qui démonte point par point la prétendue efficacité de l'amende forfaitaire : https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/amendes-forfaitaires-une-mesure-efficace-contre-le-trafic-de-drogue

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur