En ville

Manifestation SEDIF
/ Éric Coquerel : « L'eau, un bien commun qui devrait être inaliénable»

Mardi 8 septembre à la veille du vote à Plaine Commune au sujet de la ré-adhésion au Sedif plus d’une centaine de personnes ont manifesté en faveur d’une gestion publique de l’eau, dont le député de la première circonscription Éric Coquerel (LFI).
Éric Coquerel, député de la 1ère circonscription de la Seine-Saint-Denis était présent au rassemblement du mardi 8 septembre. © Olivia Kouassi
Éric Coquerel, député de la 1ère circonscription de la Seine-Saint-Denis était présent au rassemblement du mardi 8 septembre. © Olivia Kouassi

Eux veulent voir couler une eau publique de leur robinet le plus vite possible. « Je ne m’arrête pas seulement à l’argument du coût de l’eau qui serait moindre en régie publique, mais le plus important pour moi c’est le retour d’une gestion par les services publiques, lance Madjid assis sur un vélo, drapeau EELV dans les mains. 

On ne peut pas courir après le profit quand il s’agit de la gestion de l’eau ». « L’objectif de ce rassemblement est de mobiliser la population sur la question primordiale de l’eau et de sa gestion mais aussi dénoncer la politique du profit d’entreprises privées comme Veolia, complète l’ancien adjointe au Maire Cécile Ranguin (EELV). Mathieu Hanotin précipite la décision de ré-adhérer au Sedif au lieu d’organiser un débat éclairé par rapport à l’étude de faisabilité qui a été réalisée. Il en ressort pourtant que si ça va couter cher au début, l’objectif final est de baisser le prix de l’eau pour les habitants. »  

LIRE AUSSI : Faut-il une régie publique de l'eau ?

Jean-Marc Baty, responsable du Mouvement nationale de lutte environnementale (MNLE) pour le 93, va plus loin : « Il est important de mettre en place une gestion de l’eau directe et d’y associer les consommateurs. Il est nécessaire d’obtenir une régie publique pour pouvoir mettre en place une tarification sociale où les premiers m3, ceux pour assurer les besoins vitaux de base, seraient gratuits »

Aly Dioura, président d’une amicale de locataires à La Courneuve espère pour sa part « que la mobilisation ne fait que commencer. Et il questionne : comment se fait-il qu’on finance une multinationale comme Veolia grâce à un bien commun ? » Également venu en voisin Jean-Claude Oliva, vice-président d’Est-Ensemble et directeur de la coordination Eau Ile-de-France s’interroge également : « Ça fait trois ans que les territoires d’Est Ensemble, Plaine Commune et Grand Orly Seine-Bièvre ont fait le choix ensemble de sortir du Sedif. Mathieu Hanotin ne nous a pas consulté ni informé de sa décision qu’il a pris seul, pourquoi ce revirement ? » Pour l’élu bagnoletais la question du coût des travaux, avancée par l’étude de faisabilité, n’est pas un sujet car « il existe une possibilité de déconnexion virtuelle qui ne couterait pas des millions. »  Et Adeline, une sympathisante d’ajouter : « À Paris ce ne sont pas révolutionnaires et pourtant ils l’ont fait. »  

La parole la plus attendue était sans doute celle du député Éric Coquerel destinataire dans la journée d’une réponse du président de Plaine Commune suite à sa sollicitation de la veille : « Mathieu Hanotin me renvoie à mon postulat idéologique. Je ne suis pas d’accord. L’eau est  un bien commun fondamental. Le privé s’est emparé depuis des années d’un bien commun qui devrait être inaliénable. Cette décision est anti démocratique et anti écologique. Et puis surtout Mathieu Hanotin veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes en nous faisant croire qu’il pourra faire une régie à l’échelle d’un Sedif pourtant phagocyté par Veolia. » Qui de Coquerel ou d’Hanotin mangera son chapeau ? Verdict dans quelques mois.

YL et OK. 

Réactions

J'ai du mal à entendre et à écouter un homme politique qui s'expose ou se pavane avec des trafiquants de drogue...plutôt qu'avec Didier Daeninckx (Banlieue naufragée le livre de notre ville ! ) je sens pas le discours franc et sincère mais plutôt l'usage de l'émotion. Qu'il se batte donc pour que tous les immeubles et donc ses occupants puissent au 21e siècle, s'abonner individuellement à l'eau avec facilitéS et sans surcoût !!!! Il aura à minima contribué à quelque chose, notamment en matière d'écologie et de consommation responsable. Car aujourd'hui c'est l'immeuble entier qui est abonné et les syndics, ces prestataires de services, chargés d'effectuer les répartitions (la blague) qu'ils ne font pas ou alors aux doigts mouillés et à la tête du client si si !! et quand il y a des impayés ça fragilise et asphyxie encore plus les autres propriétaires ... alors M. Coquerel on veut du réel... Abonnements individualisés à la fourniture d'eau comme pour EDF et la téléphonie et aussi des sanctions exemplaires pour les ouvreurs de bouches à incendie, c'est pas écolo tout ça ni responsable ! Élu depuis juin 2017 !!!!!! 3 ans de vent et aucune mesure d'Intérêt Général concrète et palpable !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur