En ville

PCH
/ Émotion après la violente agression d’un agent

Une centaine de personnes s'est rassemblée en soutien à l'agression d'un directeur d'une agence de PCH. © Olivia Kouassi
Une centaine de personnes s'est rassemblée en soutien à l'agression d'un directeur d'une agence de PCH. © Olivia Kouassi

Plus d’une centaine de personnes s’est rassemblée mardi 29 septembre devant les portes closes de l’agence Nord-Est de PCH. C’est là qu’Éric Gauthier, directeur des agences de l’office, a été agressé vendredi 25 septembre. Un locataire, après avoir dégradé du matériel, s’en est pris verbalement au personnel présent et a agressé physiquement le directeur. Le fils du locataire, venu avec son chien, aurait lâché le berger allemand sur l’agent PCH. 15 jours d’incapacité totale de travail (ITT) ont été donnés à M. Gauthier.

LIRE AUSSI / Gardienne agressée, avec PCH, le quartier Neruda mobilisé

« Une nouvelle fois, des personnels de l’office ont été pris pour cible dans l’exercice de leurs fonctions », détaille le communiqué de presse paru le 28 septembre, neuf mois après l’agression d’une gardienne de la cité Pablo-Neruda qui avait déjà entraîné la mobilisation d’une centaine d’agents PCH. Toutes les loges et les agences de la Ville sont restées fermées mardi jusqu’à 14h30 en soutien à l’agent agressé.

« Le monde réuni aujourd’hui témoigne de votre solidarité envers l’agent blessé. Nous ne pouvons tolérer que de tels comportements se reproduisent », a averti le tout nouveau président de l’office Adrien Delacroix, accompagné du maire et président de Plaine Commune Mathieu Hanotin. Une plainte a été déposée par PCH et le locataire a été jugé en comparution immédiate le 29 septembre. Une demande de résiliation du bail du locataire violent a également été déposée, « pour montrer que l’on ne peut pas s’en prendre aux agents ».

Réactions

Les messages de soutiens de l'ancienne majorité sont lamentables. Ils ont contribuer à cette situation intenable et ils osent venir dénoncer une situation qu'ils ont contribué à mettre en place. C'est toujours les autres qui prennent des coups, des insultes et les élus pavanent en centre ville avec des pseudo philosophes qui "pensent" la ville. Les traumatismes ne sont pas pour eux....
Merci à Messieurs Braouzec, Paillard et Russier d'avoir transformé la ville de Saint-Denis en la ville la plus criminogène de France !!! Malheureusement cela ne leur a pas permis de garder le pouvoir à Saint-Denis. Les dionysiens les ont balayés et ils n'ont toujours pas encaissé à voir leurs réactions. Des larmes de crocodiles d'un côté et un soutien aux délinquants pour qu'ils puissent continuer leur implantation à Saint-Denis sans être embêtés par la police municipale.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur