Tribunes

À propos de la pièce Procès-spectacle

En lisant le Journal de Saint-Denis n° 764, j’ai appris qu’une pièce de théâtre intitulée Procès spectacle se jouait au théâtre de la Belle étoile, par la compagnie Jolie Môme. Personnellement, j’aime le théâtre d’Ariane Mnouchkine aux matches d’improvisation. J’ai eu l’occasion de pratiquer le théâtre de l’Opprimé, d’Augusto Boal, lors de sessions de formation syndical de la CFDT. La rubrique « théâtre » du journal attire toujours mon attention… Mais il se trouve que l’article de ce numéro, qui présente ce spectacle, ne parle pas que de théâtre (même assez peu), mais surtout du procès réel qui va avoir lieu en décembre, entre la CFDT et des militants qui ont appelé à l’occupation des locaux confédéraux en 2005. Je regrette beaucoup le côté partisan de l’article qui reprend le point de vue de Michel Roger, le directeur de la compagnie Jolie Môme (interview, site Internet…). C’est pourquoi je tiens à donner un autre point de vue, celui d’une militante CFDT. La CFDT siège avec le Medef à l’UNEDIC : dans toutes les structures de dialogue social, patrons, directeurs, représentants du personnel siègent côte à côte. Cela se passe comme cela se passe dans le secteur privé… Mais les intermittents n’en ont peut-être pas l’expérience. L’UNEDIC est alimentée par les cotisations des salariés du privé et des entreprises, sa gestion est partenariale, avant la CFDT, il y a eu FO pour représenter les salariés. OUI la CFDT ose se salir les mains quand il le faut. OUI elle négocie, signe les accords… C’est elle qui a obtenu le statut particulier d’intermittent du spectacle qui n’existait pas. Quant au mode d’action qui est l’occupation des lieux – action qui serait une « pratique politique historique » – pourquoi pas, mais sans violence.
En 2005, il ne s’agissait pas d’obtenir quelque chose, mais bien de faire pression à tout prix. L’intimidation, la violence ne peuvent être acceptées comme moyen d’action, dans des rapports qui se veulent démocratiques. La justice tranchera.
Monique Jeffroy, secrétaire de l’Union locale CFDT de Saint-Denis.
Pour présenter un spectacle aux lecteurs, il est bien d’en connaître la genèse. C’est la raison pour laquelle, que ce soit au TGP ou à la Belle étoile pour ce qui concerne le théâtre, nous nous efforçons de rencontrer l’auteur ou le metteur en scène. Et, puisque vous nous faites le plaisir de lire avec attention la rubrique théâtre du JSD, il ne vous a pas échappé que nous y sommes revenus dans le n° 766 (du 19 novembre) en y publiant une critique positive. Car ce spectacle, à nos yeux, le mérite. Le reste, effectivement, appartient à la justice, et nous en rendrons compte en son temps et dans une autre rubrique.
B.L.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur