En ville

Voeux de Stephane Peu
/ «Pertinent de garder un ancrage local »

Le député de la 2e circonscription avait vu trop petit pour ses vœux samedi 25 janvier. Le préau de l’école Jean-Vilar n’était pas assez grand pour accueillir tout le monde. Le JSD a profité de l’occasion pour faire le point avec Stéphane Peu (PCF).
Cérémonie de voeux de Stéphane Peu, samedi 25 janvier à l'école Jean-Vilar. © DR
Cérémonie de voeux de Stéphane Peu, samedi 25 janvier à l'école Jean-Vilar. © DR

LE JSD : Que retenez-vous de cette année 2019 ?

STÉPHANE PEU :D’abord, la difficulté d’avoir un gouvernement qui n’aime pas beaucoup la concertation, qui nie les corps intermédiaires et souhaite affaiblir le rôle du parlement. La loi sur les retraites en est une bonne illustration. Elle va passer en commission dès le 4 février et sera en séance dès le 17 février, alors que les inconnues sont nombreuses, à commencer par le financement de la réforme. On va nous demander de voter une loi dont on ne connaîtra pas les tenants et les aboutissants.

LE JSD : Quel est votre principal motif de fierté ?

S.P. :Avoir réussi à déclencher avec des parlementaires de droite et de gauche, le premier référendum d’initiative partagée de l’histoire contre la privatisation d’Aéroports de Paris est une des belles victoires. Avoir récolté plus d’un million de signatures est aussi quelque chose d’extrêmement important. Par ailleurs en travaillant sérieusement mes dossiers, et en n’étant pas que dans l’incantatoire, j’ai réussi à faire passer certains de mes amendements, parfois même y compris contre l’avis du gouvernement. Enfin j’ai reçu beaucoup d’habitants de la circonscription à l’Assemblée nationale. J’ai reçu des publics scolaires, des associations, la maison des seniors. Je suis un des principaux « mangeur de créneaux de visite de l’Assemblée. »

LIRE AUSSI : Les « cocos » font de la résistance

Le JSD : Membre d’un petit groupe parlementaire d’opposition, vous êtes très sollicité. Mais le résultat n’est-il pas un peu frustrant ?

SP : Quand on a envie de faire avancer son pays et défendre ce en quoi on croit, il vaut mieux être dans la majorité. Mais les oppositions ont un rôle d’alerte. Étant donné mon passé militant au parti communiste je me retrouve aussi assez bien dans une fonction éminemment politique où il faut répondre à l’évolution de la médiatisation de la fonction. On ne fait rien à l’Assemblée qui ne soit filmé ou enregistré. On voit très vite ceux qui ont travaillé et ceux qui ne l’ont pas fait.

LIRE AUSSI : Elections européennes : l'effet division
 

« La gauche est la perdante des Européennes »

LE JSD : Vous vous intéressez encore évidemment à la politique locale. Serez-vous sur une liste pour les prochaines municipales ?

S.P. : Je serai sur la liste de Laurent Russier. Je me félicite de la loi sur le cumul des mandats qui m’empêche d’être maire, président de Plaine Commune ou président de PCH. Ce serait incompatible avec l’intensité du travail de député. Mais aux vues de ce que j’observe dans l’Hémicycle je trouve pertinent de garder un ancrage local. C’est un appui pour le député, comme pour la municipalité. Certaines de mes interventions ont pu être décisives. Je pense à la police de sécurité du quotidien dont Saint-Denis avait été oublié initialement ou à mon action face au manque d’assistants de vie scolaires constaté à la rentrée 2017.

LE JSD : Vous aviez eu la double investiture PCF-LFI aux législatives. Quel regard portez-vous sur la situation actuelle ?

S.P. :C’est un regret. Déjà aux législatives j’aurais souhaité des accords partout en France entre LFI et le PCF. Je reste persuadé que si on avait su trouver les voix d’un accord nous n’aurions pas au total une petite trentaine de députés mais au moins le double. Ensuite la gauche est apparue dans son ensemble comme la perdante des Européennes alors qu’en cumulé elle était devant tout le monde. Au lieu d’en tirer les conclusions pour ces municipales et de favoriser l’union, on se divise. Ce n’est pas justifié sur le fonds. C’est même une connerie. À Saint-Denis, j’observe quand même que Laurent Russier est le seul candidat à gauche qui a vraiment essayé cette union avec Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) et les Radicaux de Gauche (RDG).

LIRE AUSSI / Municipales 2020 : quel est l'état de l'union ?

Le JSD : Peut-être que chacun s’imagine pouvoir gagner ?

SP : Les acteurs locaux de cette élection ont une vision trop étroite et localiste du scrutin. Quand on est dans une ville qui fait partie des 40 plus grandes, on ne peut s’extraire des enjeux du pays. Tout le monde s’inquiète de voir Emmanuel Macron sortir éreinté de ce quinquennat et être néanmoins qualifié au second tour contre Marine Le Pen, avec la possibilité pour le Rassemblement national d’arriver au pouvoir. Néanmoins personne n’agit en responsabilité au regard de cette situation. Je ne comprends pas qu’on ne puisse pas faire l’unité à gauche en respectant la place de chacun et les résultats électoraux des uns et des autres.

Le JSD : Mais ne peut-on pas considérer que le premier tour fera office de primaire à gauche ?

SP : Attention, c’est avec ce genre de raisonnement qu’en 2014 la gauche a perdu Saint-Ouen ou Bobigny. C’est un jeu dangereux. Je continuerai donc de faire en sorte que l’unité, à défaut de s’être faite au premier tour se fasse au second. Je souhaite au deuxième tour, le rassemblement de toute la gauche et des écologistes. Mon propos s’adresse donc aussi bien à Bally Bagayoko qu’à Mathieu Hanotin.

Propos recueillis par Yann Lalande

La Chaîne parlementaire consacre son émission Emoi et moi à Stéphane Peu. Diffusion jeudi 30 janvier à 10h30 ou sur le web  http://www.lcp.fr/collection/emois-moi/289665

L’année 2019 des députés Peu et Coquerel en chiffres

Des 12 députés du département Stéphane Peu (PCF) est celui qui la plus interpellé le gouvernement avec 58 questions posées, il est aussi celui à être intervenu le plus souvent dans l’Hémicycle (422 fois).

Stéphane Peu a aussi déposé 6 propositions de loi et 333 amendements. Son homologue Eric Coquerel (LFI) de la 1ère circonscription a posé 18 questions au gouvernement, est intervenu 385 fois, a déposé 276 amendements et une proposition de loi. Source Nosdéputés.fr

Réactions

Monsieur Peu craint que la PCF perde ses prérogatives sur notre pauvre ville abimée par 100 ans de petites combines entre "communistes".
"Je continuerai donc de faire en sorte que l’unité, à défaut de s’être faite au premier tour se fasse au second. Je souhaite au deuxième tour, le rassemblement de toute la gauche et des écologistes" Donc Stéphane Peu "impose" le rassemblement pour ne pas perdre les villes. Pas pour le bien être des habitants.... Vu les années d'échec en imposant la lutte pour leitomotiv... La lutte est utile dans un cours moment... Pas pendant 50 ans. Les gens sont usés de lutter. Mais vu les confortables indemnités reçus pendant des années pour un résultat plus que médiocre. Stéphane Peu se bat pour que la ville reste pauvre. Il ne souhaite en aucun cas retirer le caractère "populaire" à la la ville. Il semble oublié que le caractère populaire était surtout mis par des gens qui était communistes et qui travaillaient. Saint Denis, est devenu un réservoir à cas sociaux qui ne travaillent pas. Cette différence est fondamentale et ce qui fait Saint Denis avec les pires résultats sociaux de France. Mais comme d'habitude, on aime se féliciter...
Chiche, Monsieur Peu. Appellerez-vous à vous rassembler derrière Mathieu Hanotin si celui-ci arrive en tête au premier tour ?
Horta Hanotin, le pire produit du PS, qui a abandonné son poste de conseiller à Saint-Denis en 2014 (rémunération insuffisante) , le plus mauvais des députés de 2012 à 2017 .Imbu, nul et prétentieux, il va s'associer avec Aidara pour le second tour. Pas un électeur de gauche ne votera pour lui
Peu, heureusement qu'il a eu le soutien de la MCA et de son vice Président
@solidarité Quel électeur un temps soit peu écologiste pourrait voter pour Saint-Denis en grand et ses fadaises rouge-verte ou Saint-Denis à taille humaine(lol c'est à celui qui aura la plus grosse ou quoi?!) L'enjeu principal des élections en mars est de nettoyer les écuries d'Augias, rien d'autre.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur