En ville

Assa Traoré
/ « On se bat pour tous les Adama, pour tous les enfants qui vont grandir »

Début juillet à Franc-Moisin, Assa Traoré a raconté le combat que son collectif mène depuis 2016 pour faire la lumière sur la mort de son frère Adama. Une affaire devenue symbolique des violences policières.
(c) Aziz Oguz
(c) Aziz Oguz

Au fil de son combat, elle est devenue l’une des figures emblématiques de l’antiracisme et de la lutte contre les violences policières. Avant la 4e marche pour Adama ce 18 juillet à Beaumont-sur-Oise, Assa Traoré est venue raconter, le 3 juillet dernier, l’histoire de son frère à la cité Franc-Moisin. Dans l’assistance, quelques 200 personnes, il y a des enfants, des jeunes et des anciens, dont de nombreuses mères de familles, des éducateurs et militants investis et des personnes plus dépolitisées. C’est à eux, surtout aux plus jeunes, qu’Assa Traoré s’adresse.

À lire aussi : La voix d'Assa Traoré a résonné à Franc-Moisin

« Le 19 juillet 2020, cela va faire 4 ans qu’Adama est mort. Cela va faire 4 ans que mon frère s’est fait tuer par trois gendarmes. [C’était] le jour de son anniversaire (...) le jour de ses 24 ans », relate la figure du comité Vérité pour Adama, retraçant cette journée de juillet 2016 où tout a basculé. « Ce jour-là », en fin d’après-midi, son petit frère sort à vélo. Il fait environ 35 degrés. Il a « une chemise à fleurs », un « bermuda » et « son bob sur la tête », raconte-t-elle. Adama Traoré rejoint son frère Bagui dans le centre-ville de Beaumont-surOise (95). Ce dernier est recherché – pour une affaire d’extorsion de fonds sur personne vulnérable - par des gendarmes qui décident de le contrôler. Si Bagui ne bouge pas, son frère, lui, prend la fuite.

« Un plaquage ventral »

Selon sa grande sœur, il a pris la fuite parce qu’il n’avait pas sa pièce d’identité avec lui : la mairie avait appelé le jour même pour dire que sa nouvelle carte était prête. « Ce jour-là, mon frère n’avait pas son bouclier. Il n’avait pas son gilet pare-balles », estime Assa Traoré. Dans les quartiers populaires, « la pièce d’identité, c’est une prolongation de notre vie », alors qu’ailleurs en France « elle reste dans l’armoire ». Pour « un homme noir, arabe, non-blanc », un contrôle et l’absence de justificatif peut entraîner une garde à vue, de la violence, voire la mort, dénonce-t-elle, rappelant au passage que la France a été condamnée par la justice pour « des contrôle au faciès ».

À lire aussi : Témoingages, contrôles au faciès réalité ou fantasme ? 

 Quand Adama Traoré prend la fuite vers 17h10, il est arrêté une première fois. Mais il se libère et s’enfuit à nouveau. Il trouve alors refuge dans un appartement. C’est là qu’aura lieu l’interpellation qui cristallise les débats. Adama Traoré a subi « un plaquage ventral » par les trois gendarmes qui lui ont compressé « la cage thoracique ». Il doit supporter « un poids de plus de 250 kg » sur le dos, ce qui a causé sa mort, défend sa sœur. Version contestée par les gendarmes. Selon eux, Adama Traoré a été victime d’un malaise cardiaque, en raison d’un effort trop important lors de sa fuite. Une seule certitude: Adama Traoré est mort d’un syndrome asphyxique.

« La violence appelle à la révolte »

« Les gendarmes ont eu un droit de mort sur la vie de mon frère », estime sa sœur. Après son interpellation, le jeune homme s’est plaint d’avoir des difficultés à respirer. Au lieu d’aller à l’hôpital, « à 200 mètres », reproche-t-elle, les forces de l’ordre emmènent son frère à la gendarmerie de Persan, à environ un kilomètre. Quand Adama Traoré sort de la voiture, il est inconscient. Et il s’est uriné dessus. Mais pour les gendarmes, il simule. Quand les pompiers arrivent un peu plus tard, ils voient le jeune homme menotté sur le ventre, face contre terre. Il ne respire plus. Les secours ne réussissent pas à le réanimer.

« La mort de mon frère est officiellement déclarée à 19 h 05 », dit précisément Assa Traoré. « Ils l’ont laissé mourir comme un chien dans cette cour de gendarmerie.» Mais à ce moment, la famille n’est pas encore au courant de la mort d’Adama. Ils apprennent son décès dans la soirée. « Le combat de la famille Traoré va commencer à ce moment-là ». Le bruit court à Beaumont-sur-Oise. S’ensuivent quelques nuits d’affrontement entre les jeunes et les forces de l’ordre. Assa Traoré parle de « révoltes » plutôt que « d’émeutes ».

À lire aussi : Relation police-population, une fracture ouverte

« La violence appelle à la révolte. La révolte est un sentiment, un acte légitime », défend-elle. Le « combat » est d’abord « local », insiste-t-elle. Il a réuni dans un premier temps la famille, les amis et les connaissances d’Adama Traoré, comme si tout le quartier Franc-Moisin se mobilisait après la mort de l’un de ses jeunes, compare-t-elle. C’est le début d’un bras de fer judiciaire qui dure depuis près de quatre ans. Pas moins de douze expertises et rapports médicaux ont été réalisés. « Aujourd’hui, on est dans une guerre d’expertise contre l’État. On ne lâchera jamais », assure Assa Traoré.

De victimes à coupables 

Au passage, elle dénonce « l’acharnement » judiciaire contre sa famille et ses petits frères, dont l’un est toujours incarcéré. Elle-même est poursuivie pour diffamation après avoir accusé publiquement les trois gendarmes d’avoir tué son frère. « Nous sommes devenus des soldats malgré nous », décrit-elle. Pour Assa Traoré, comme d’autres hommes vivant dans un quartier populaire, son frère est déshumanisé. « Quand nos frères vont mourir, ils sont les victimes, mais ils vont devenir des coupables. On va inverser les rôles. On va les criminaliser », critique la trentenaire, rappelant que les victimes de violences policières sont régulièrement ramenées à leurs antécédents judiciaires.

À lire aussi : Assa Traoré, "Nos quartiers sont asphyxiés" 

« Nos frères ne sont pas même considérés comme pouvant participer à la construction de la France (…) Ils ont toujours été invisibilisés », «pointés du doigt », estime-t-elle. Or, « ils ont le droit de vivre comme tout le monde ». Assa Traoré espère que le nom de son frère restera dans l’histoire comme celui qui « a renversé un système ». « Mon frère, il ne reviendra plus », rappelle-t-elle. À travers ce combat, « on se bat pour lui, mais on se bat pour tous les Adama Traoré (…) et pour les enfants qui vont grandir ». Elle inscrit cette lutte dans la lignée des combats contre l’esclavage, la colonisation et des luttes dans les quartiers populaires. « On se doit d’être dans la continuité de leur combat parce que sinon on n’avance pas. On ne va pas changer le monde, mais on peut le changer un peu comme les anciens l’ont fait pour nous ».

Aziz Oguz

Réactions

Je reprends votre titre : « On se bat pour tous les Adama, pour tous les enfants qui vont grandir » et pose une question, a-t'elle expliqué aux jeunes comment éviter de se retrouver dans la situation d'Adama (décédé) ou de ses frères (incarcérés), c'est à dire en évitant délinquance et violences ? Et puisqu'elle parle de mobilisation suite à la mort d'un jeune du quartier, quelqu'un lui a t'il expliqué que cela se fait malheureusement régulièrement à St Denis, à chaque fois que nous perdons un jeune à cause des violences inter-quartiers ? Le dernier avait 18 ans, il s'appelait Mohamed et il est mort de la violence et l'absence de valeurs de deux frères bien de chez nous. Ni racisme, ni violence policière, juste une profonde bêtise qui tue nos jeunes.
A quoi vous jouez le JSD ? On en remet une couche avec l'affaire Traoré. Cette semaine, DEUX articles sur la méchante police et en prime, sans doute pour faire bonne mesure, un petit coup de revenez y sur les résultats électoraux. C'est quoi votre problème ? L'amertume de la défaite ? Une petite vengeance ? Plus Pravda que jamais !?
@laurent. Plutôt que l'amertume de la défaite ... j'y vois plutôt les spasmes phraséologiques des derniers disciples de la Messaoudene Team ... qui brûlent leurs dernières cartouches avant leur tournée d'adieux !
y en a marre des que les salariés des sioniste Rotchilds viennent nous faire la leçon ds les quartiers, il serait temps de virer l'association des Brafman des francs-moisins, on sait pour qui il roule..
En lisant vos articles sur la police et sur l'affaire Traoré , des images me viennent à l'esprit ! des images de braises que l'on entretient inlassablement afin qu'elles deviennent flammes ! faites attention que ces flammes ne finissent pas par brûler la maison! Comme le dit St Denis dans son post , ne serait il pas plus important d'expliquer ces malheurs très objectivement sans en prendre parti il me semble que c'est cela le rôle d'un journal communal !!! Toute cette propagande doit cesser !!!! un journal consacré à la ville doit etre un minimum objecif . Il y a assez de journaux d'opinions pour ceux qui le souhaitent ! le JSD doit remplir sa mission celle d'informations impartiales . Cela va être difficile sans doute ! après tant d'années , mais il faut un début à tout. Ce sont les Dyonisiens qui participent à vos subventions , alors respectez les .
Stop à la stigmatisation des forces de l'ordre. Il n'existe pas de système organisé de violences policières en France contrairement à ce que laisse croire LE JSD.
Pour bien comprendre l'objectif de ce type d'article ... il faut lire le tweet d'un ancien journaliste du JSD, Sébastien BANSE / · "3 juin 2020- Les élus de @VilleSaintDenis et du @pcfsaintdenis sont de médiocres politiciens et de toute évidence des imbéciles. Des gens de gauche intelligents s'honoreraient d'avoir @MadjidFalastine à leur côté. Bravo à @BallyBagayoko et @StDenisEnCommun qui sont restés fidèles et intègres.". Voilà ... Messaoudene a encore des courroies de transmission au sein du JSD comme il a des courroies de transmission au sein des services administratifs et techniques de la Mairie. Il faut le savoir ...
Monsieur le journaliste, pouvez vous changer de sujet. Vos sujets sont toujours dans le sens de la violence policière qui ne font pas bon ménage avec une ville comme la notre, dont une majorité de délinquants et de l'extrême gauche se réjouissent. il y a d'autres sujet plus intéressant et sérieux.
@Merci MOURAD ! ha ha moi j'ai lu sur recommandation, Municipales, Banlieue naufragée de Didier Daeninckx car ce livre parle de notre ville ! et ça m'a suffi pour comprendre avec quelle type de mafia politique nauséabonde (et ses collabos) nous étions ghettoïsés et par quelle Haine nous étions manipulée. Au royaume des aveugles et des collabos fachos, les borgnes sont Rois et Reines dirait-on ! Que cette jeune femme s'occupe un peu mieux de son frère Baguy qui est jugé pour tentative d'assassinat ! et de tous les autres au palmarès inaudible. Elle galvaude salement une lutte noble. Elle n'est pas aux USA et encore moins un Nelson Mandela pacifiste et brillant ou une Angela Davis audible ou une Hannah Arendt éclairante. https://www.decitre.fr/livres/sur-la-violence-gratuite-en-france-9782810009237.html# https://www.arte.tv/fr/videos/085431-000-A/policiers-et-citoyens-une-relation-sous-tension/ Tout n'est que Haine...
« La violence appelle à la révolte. La révolte est un sentiment, un acte légitime ». C'est ce qui me vient à l'esprit quand je pense aux coquelets criminels des ensembles immobiliers staliniens. Étrangement les femmes issues de l'immigration ne rencontrent pas les mêmes problèmes avec la police! Oui Assa, vos frères ont choisi le petit banditisme qui mène aux grand sans prendre en compte l'espérance de vie très faible qui en découle. Maintenant je pense que les politiciens de ces cinquante dernières années sont les uniques coupables de l'émergence du sentiment d'impunité qui berce les petites frappes sur coussins d'air.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur