Cultures

Expo-vente à Saint-Ouen
/ « Mains d’Œuvres » dionysienne

Des artistes de l’association dionysienne MUR 93 participent à l’exposition-vente organisée à Mains d’Œuvres, pour soutenir l’espace culturel audonien, fermé un temps suite à l’action de l’ancien maire UDI.
Les artistes reverseront 50 à 70 % de la vente de leurs œuvres à Mains d’Œuvres. © Yann Mambert
Les artistes reverseront 50 à 70 % de la vente de leurs œuvres à Mains d’Œuvres. © Yann Mambert

L’espace culturel Mains d’Œuvres, lieu indépendant de création et de diffusion artistique opérant à Saint-Ouen depuis 2001, est devenu en 2017 un terrain de friction entre l’association en charge de sa gestion et le maire William Delannoy (UDI).

Frappés d’une fermeture administrative par arrêté préfectoral le 8 octobre 2019, les artistes n’avaient pu réintégrer l’endroit qu’après la décision de justice rendue en leur faveur le 15 janvier 2020. Mais le retour ne s’est pas fait sans encombre, des scellés sous forme de plaques de fer placées sur les fenêtres y demeuraient fixés. Enlevés par l’association Mains d’Œuvres et des voisins bénévoles, ceux-ci servent aujourd’hui de pièces maîtresses au sein de l’exposition-vente Destin Scellé, organisée du 10 au 20 septembre avec l’association dionysienne MUR 93, invitée en résidence en février.

Invitant des artistes à venir s’exprimer sur les scellés, ce partenariat est vu par Nicolas Obadia comme un symbole fort de la solidarité artistique en Seine-Saint-Denis. Casquette « Saint-Denis » vissée sur la tête, le médiateur de l’exposition et fondateur de MUR 93, qualifie volontiers les membres de Mains d’Œuvres de « frères audoniens », tout en évoquant une initiative très naturelle qui permet de rassembler des artistes d’un « même territoire » et de « revitaliser les liens » entre eux.

LIRE AUSSI : Nouvelle fresque du mur 93, une création engagée

MUR 93, habitué à s’exprimer sur la fresque de la rue Pierre-Dupont à Saint-Denis, sera aux côtés d’artistes dionysiens et originaires de la banlieue nord dans cette expo engagée où seront vendues les œuvres réalisées. Cette vente sur place, tout comme la cagnotte en ligne (1), participera au financement de la remise en l’état des lieux (qui se chiffre à 110 000€ pour des vitres brisées, des portes fracturées et des dégâts des eaux dus à la fermeture). Le prix des 40 œuvres exposées correspondra à celui du marché et le pourcentage reversé en soutien à Mains d’Œuvres sera librement fixé par l’artiste (entre 50 et 70%).

Les scellés pour support créatif

Le résultat de l’expo laisse à voir une unité de matériau – les plaques de fer des scellés – et une grande diversité d’œuvres. Les artistes ont choisi des techniques d’expression différentes : graff, pochoir, ils ont notamment travaillé sur la matière, avec du collage, et même du découpage directement sur le métal. Ce travail sur les scellés, c’est une « revanche un peu ironique » pour Thomasine Zoler, co-commissaire de l’exposition. « Laissés par la mairie à la restitution des clefs, c’est un support gratuit pour les artistes. »

Parmi eux on retrouvera les Dionysiens Delphine et Élodie Chevalme, Lady K, et des membres fondateurs du MUR 93, comme EvazéSir, Rebus, ou encore Carolalune. Destin Scellé rendra aussi hommage aux mobilisations citoyennes survenues pendant la fermeture au travers d’une série de 33 photos noir et blanc. Elles prendront place au cœur d’une scénographie signée Black Lines, collectif de graffeurs qui réalisera une fresque sur laquelle une vidéo des mobilisations sera projetée. Des éclats de verre occasionnés par l’enlèvement des scellés devraient aussi prendre part à cette installation.

Des tables rondes mêlant artistes et acteurs du monde culturel auront lieu, ainsi que des ateliers permettant de s’essayer au pochoir sur scellés. Les organisateurs, qui espèrent que les habitants de Saint-Ouen et Saint-Denis répondront à l’appel, voient déjà l’horizon s’éclaircir pour Mains d’Œuvres depuis l’élection du nouveau maire Karim Bouamrane (PS). Familier des lieux, l’édile se serait exclamé lors de sa victoire : « Tous à Mains d’Œuvres ! », une invitation qui résonne aujourd’hui jusqu’à Saint-Denis.

Mona Guichard (stagiaire)
 

Destin Scellé, exposition-vente à Mains d’Œuvres (1, rue Charles-Garnier à Saint-Ouen), du 10 au 20 septembre. www.mainsdoeuvres.org (1) Cagnotte en ligne sur www.helloasso.com

Réactions

Bravo à l'ancien maire de Saint-Ouen-sur-Seine William Delannoy d'avoir désendetté cette ville, d'y avoir restauré la tranquillité publique, d'avoir obtenu une amélioration architecturale des nouvelles constructions et d'avoir réclamé le paiement de 237000 euros d'impayés de loyer à l'association Mains d'Oeuvres. Être un lieu de «création et de diffusion, de recherche et d'expérience» ne justifie pas de ne pas payer son loyer.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur