En ville

Interview croisée
/ « Les aménageurs ont longtemps vu les pistes cyclables comme une contrainte »

Avant la Fête du vélo organisée par Plaine Commune samedi 26 septembre à Épinay-sur-Seine, le JSD a souhaité confronter les points de vue de Maxime Gadreau, membre dionysien de l’association Paris en selle - Plaine Commune, et de Christophe Piercy, conseiller municipal délégué à la ville cyclable.
© Yann Lalande
© Yann Lalande

Le JSD : Quand on fait du vélo à Saint-Denis on se dit parfois que le terme de mobilité douce est assez mal adapté. Il semble ainsi exclu de voir des seniors ou des enfants sur les pistes cyclables dionysiennes. Quel constat faites-vous aujourd’hui en tant que cyclistes, alors qu’avec la crise sanitaire de plus en plus de personnes se lancent à deux-roues ?

Christophe Piercy : Le problème, c’est que le réseau est en pointillés. Certaines sections sont convenables ou pas loin de l’être, mais elles ne sont pas toujours correctement reliées entre elles. Il y a eu un sursaut en 2020 sous la pression, mais le rythme de travail a été insuffisant ces dernières années. Le résultat est que notre réseau n’a pas autant progressé que ceux de nos voisins. Dans le même temps, l’usage du vélo s’est fortement développé mais tout n’a pas suivi. Il n’y a qu’à voir comment les cyclistes garent leurs vélos devant la basilique le soir.

Maxime Gadreau : Le terme de mobilité douce est en effet un terme fourre-tout. Par ailleurs, on observe, aménagement ou non, une augmentation du nombre de cyclistes sur les routes. La présence d’enfants sur les pistes cyclables dans certaines villes voisines est un bon signal pour la qualité du réseau. Cela veut dire que le vélo est devenu une évidence pour toutes et tous à tout âge. Si des personnes vulnérables circulent sur la voirie, c’est qu’ils s’y sentent en sécurité. Il est urgent d’adapter les installations et les services.

LIRE AUSSI : Le vélo trace difficilement sa route dans les villes

Le JSD : Sur la hausse de l’usage du vélo, avez-vous des chiffres ?

MG : À Plaine Commune, nous ne disposons pas de chiffres, mais à Paris l’usage du vélo est en hausse de 72%.

ChP : À Plaine Commune, c’est simple, il n’y a pas de système de comptage. Il y a dix ans, les systèmes de comptage ont été supprimés pour faire des économies. Ça n’a pas manqué de nous étonner. On va devoir réinvestir dans ces outils. Difficile aujourd’hui de savoir combien de cyclistes empruntent les pistes dionysiennes. Par contre, on a les chiffres de Velib’. On constate un vrai boom depuis décembre 2019 qui s’amplifie.

JSD : On prend souvent le problème de la place du vélo en ville sous l’angle des aménagements. Mais temporaires ou pérennes, ils existent malgré tout. Le problème ne se situe-t-il pas en partie au niveau des comportements des automobilistes, des piétons ou des cyclistes eux-mêmes ?

ChP : Les villes qui ont des chiffres, comme Paris, constatent un usage du vélo qui a doublé et un nombre d’accidents qui lui n’augmente que de 30% dans le même temps. Plus on circule à vélo, moins il y a d’accidents au final. Plus ils sont nombreux, plus les cyclistes sont pris en compte par les automobilistes. Il n’empêche, quand il y a des problèmes de cohabitation c’est souvent que les infrastructures sont à retravailler.

MG : Je suis tout à fait d’accord. D’une part les aménagements sont souvent récents et il y a des habitudes à prendre, d’autre part on observe la plupart des accidents au niveau des carrefours. Quand il y a un problème sur un aménagement linéaire, comme dans l’avenue Wilson, c’est qu’il y a des améliorations à faire pour mieux considérer le cycliste.

LIRE AUSSI : Connaissez-vous le paradoxe du cycliste dionysien 

ChP : Au dernier conseil municipal, j’ai évoqué la vidéo verbalisation et le cas de la rue Péri où les vélos empruntent la piste du tramway parce que la piste cyclable est rendue inutilisable. Le problème c’est que des voitures aussi empruntent les voies du tramway et je m’étonne presque qu’il n’y ait pas plus d’accidents. Il faut faire évoluer les comportements de tout le monde en même temps. Ce n’est pas si simple.

MG : Plus le vélo sera présent dans l’espace public, plus on le respectera. Si le domaine du vélo est inscrit sur la chaussée, il va s’imposer aux automobilistes. D’autre part, au niveau des comportements de cyclistes, il faut mettre en place des formations pour conduire à vélo. Il manque un vrai code de conduite vélo.

ChP : Par ailleurs, il y a un besoin de formation continue important des techniciens de voirie afin d’améliorer la prise en compte du vélo dans les aménagements.

MG : Aujourd’hui, le réseau routier est parfaitement pensé et calibré pour les automobiles. L’idée ce serait d’avoir le même niveau de service pour le vélo.

« On veut un vrai tracé clair »

JSD : Pour revenir aux aménagements donc, quelle est l’urgence à Saint-Denis ?

ChP : Achever la ligne 13 du vélopolitain est la priorité. Elle existe aujourd’hui entre Invalides et Porte de Saint-Ouen. Il y a une continuité à Saint-Ouen et à Pleyel. Ensuite, à Porte de Paris, elle s’interrompt. On veut un vrai tracé clair. L’idée est qu’elle soit opérationnelle au plus tard au printemps 2021. Ce sera un axe majeur, simple à visualiser, qui traversera tout Saint-Denis et sera connecté à d’autres grands axes cyclables.

MG : Nous sommes à l’origine du vélopolitain ligne 13. Une majorité des candidats ont ensuite repris ce projet dans leurs programmes. Globalement l’idée est de combler les discontinuités du réseau en prenant exemple sur ce qui se fait de mieux aujourd’hui, à savoir Paris ou Montreuil. On ne veut pas rester sur un standard de piste étriquée.

JSD : On a été capable d’aménager des kilomètres de piste cyclable en un temps record ces derniers mois. Ce n’était donc qu’un problème de volonté politique ?

MG : La réglementation a surtout été simplifiée pour faciliter l’aménagement de la voirie.

ChP : Certes, il y a eu une souplesse règlementaire pendant la période du confinement et une bienveillance des préfets, mais c’est aussi parce que la politique vélo parisienne fonctionnait. Ça a fait réfléchir. Certains maires comme à Drancy freinent encore malgré tout.

LIRE AUSSI : Réparer son vélo en solo

JSD : Àl’horizon 2024, comment imaginez-vous le Saint-Denis des cyclistes ?

MG : Nous venons justement de répondre à l’enquête publique sur le village olympique et aucun aménagement lié au RER Vélo n’y est mentionné. La question du stationnement des bicyclettes n’est pas prise en compte non plus. On réduit encore trop le vélo à du loisir.

ChP : J’ai l’impression que les aménageurs ont longtemps vu les pistes cyclables comme une contrainte, un espace perdu. Je pense qu’en 2024 on aura beaucoup progressé sur la question des intersections. Les carrefours structurants doivent être beaucoup plus aisément franchissables. Enfin, ycompris ceux qui ne font pas de vélo peuvent gagner en qualité de vie avec le développement de trajets à bicyclette.

MG : Avec la crise sanitaire, on a peut-être gagné dix ans d’action militante. Peut-être qu’en 2024 il y aura plus de cyclistes que d’automobilistes. On espère au passage voir plus de mixité sur la route avec plus de femmes, d’enfants et de seniors, au côté des cyclistes hommes suréquipés qui sont encore majoritaires aujourd’hui. Les stationnements en gare doivent aussi être réévalués à la hausse. Par exemple, du côté de la future gare Pleyel du Grand Paris express, seuls 400 places sont prévues pour 250 000 voyageurs quotidiens. À Strasbourg, pour 50 000 voyageurs/jour, les cyclistes disposent de 3 000 stationnements.

Propos recueillis par Yann Lalande

Réactions

des bobos extrémistes qui se croient à Paris, qui ne représentent personne et qui creent uniquement des embouteillages dans la ville.
@Damien Ah oui c'est étonnant ces "bobos" qui ne veulent pas mourir d'un cancer à 40 ans !
C'est bien de penser désormais à inclure tous les types de mobilités. Bicyclettes; fauteuils roulants à moteur; trottinettes, patins et planches à roulettes,gyropodes mais si les aménageurs(exécutants) et Elus (donneurs d'ordre) ne pensent la place du "vélo" que comme une contrainte et bien ; sachez que les aménagements pensés AVEC et POUR les FEMMES sont inexistants !!! l'hiver lorsque la nuit tombe vite? emprunter les berges du CANAL Saint-Denis c'est y risquer fort pour son corps et son équipement ...Où sont les femmes ; les handicapés et les adolescents dans vos aménagements ? Où sont les boutiques de réparations et d'équipements pour cyclistes aux abords de la Gare et du Métro ? il n'y a aucun vélocistes en Centre-ville de Saint-Denis !!!!! bref. les lobbies associatifs ne devraient pas être seuls dans les concertations pour ce qui concerne la vie et les besoins de notre Cité, car les associations restent des groupes de pression et non des représentants élus.
J'ai un véritable problème avec les associations de vélos. qui représentent ils? Combien sont-ils ? Sont-ce des associations ou des lobbies? Le vélo est devenu à la mode. Bravo. Il faut amplifier et promouvoir l'utilisation du vélo. Pour réduire l'utilisation de la voiture, il faut augmenter , ENTRE AUTRE, l'utilisation du vélo ( ainsi que le covoiturage, les transports en commun etc.). Il faut également former les cyclistes: cette semaine, une cycliste a failli m'écraser et écraser ma petite car elle roulait sur le trottoir alors qu'une piste cyclable existait à côté. Le code la la route est fait pour les voitures mais également pour les cyclistes. Moi, ce que je n'arrive toujours pas à comprendre, c'est la multiplication des pistes cyclables sans études et sans concertation. Beaucoup de pistes sont vides et creent de véritables bouchons qui polluent. D'autres pistes sont vides ( entre place de la résistance et porte de Paris). Les pouvoirs publics se félicitent de dialoguer avec les associations de vélos ( qui sont-ils, qui représentent ils?). Dialoguer avec ces associations pour parler de pistes cyclables n'est pas de la concertation car les pouvoirs publics sont face à un LOBBY. Il faut dialoguer avec tout le monde ( habitants, commerçants, mamans avec poussettes, handicapés etc.). En résumé, pour avoir "une ville cyclable", il faut une véritable concertation avec TOUT LE MONDE et surtout il faut arrêter de construire des pistes cyclables sans cyclistes, il faut plutôt FORMER LES DIONYSIENS AU VÉLO.
Que ce soit Paris ou Saint Denis, le plus gros problème reste la sécurité des biens (vélo) et des personnes. Vu l'impossible cohabitation des véhicules et des vélos car les villes n'ont pas été conçus pour cela, il faut des dizaines d'années pour déconstruire des villes qui ont été construites pour la voiture. Un peu à la manière danoise... qui ont construit de véritables pistes cyclables larges qui sont comme des autoroutes.
Si les finances de la ville de Saint-Denis le permettent il faudrait une station Vélib au croisement rue du Landy/boulevard Anatole France pour la continuité avec Paris (il faut avoir les jambes d'Alaphilippe pour arriver à Pleyel sans dépasser les trente minutes de gratuité et se faire taxer par Smovengo).

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur