En ville

Parcs et jardins
/ « Ils tuent nos arbres »

Dans certains squares les chiens s’en prennent aux arbres et au mobilier urbain. Des comportements liés à l’incivilité de leur maître et que la collectivité cherche à prévenir.
Molosse ou Vélociraptor? Impressionnante balafre sur cet arbre du square Daniel-Ferry, rue Calon
Molosse ou Vélociraptor? Impressionnante balafre sur cet arbre du square Daniel-Ferry, rue Calon

En principe, leur présence est formellement interdite par un règlement intérieur. Matérialisé par un panneau à l’entrée des parcs et jardins publics de la ville, un logo sans équivoque bannit leur présence. Dans les faits, la réalité est autre.... Les chiens investissent bel et bien ces espaces. La faute à qui ? Des propriétaires peu scrupuleux qui font fi des règles (1) en leur laissant le champ libre. Les déjections canines pullulent, donnant des sueurs froides aux agents qui tondent les pelouses. Pire, un phénomène inquiétant prend de l’ampleur, celui de la dégradation des lieux par ces animaux. Premières victimes directes : les arbres;  traces de morsures et griffures les envahissent. 

Véritable cauchemar pour la direction des Parcs et Jardins, les dégâts occasionnés ont des conséquences environnementales et économiques. « On remplace huit à dix arbres par an, 1 500 à 2 000 euros chacun, c’est conséquent ! Les squares les plus touchés sont Diderot, Ferry et De Geyter. Les propriétaires viennent y entrainer leurs chiens. Ils tuent nos arbres en rongeant les branches du bas en abimant la cépée, ou alors en s’attaquant à l’écorce; qui ne va plus pouvoir faire circuler la sève normalement. Les blessures sont fatales. C’est dommage, surtout que certains arbres âgés ont une valeur patrimoniale, » s’alarme Véronique Guyard, directrice de l’unité territoriale parcs et jardins. Egalement dans le collimateur des canidés, le mobilier urbain. Sièges de balançoire et autres jeux pour enfants portent les stigmates du passage des molosses.

La recrudescence de ces actes malveillants pousse la direction des parcs et jardins à réfléchir à de nouveaux modes de prévention plus efficaces : une meilleure communication autour des règles civiques, un travail renforcé des gardes de l’environnement auprès des propriétaires pour les responsabiliser, une information plus fluide sur le coût des dégradations pour la collectivité. Enfin, des campagnes de sensibilisation avec des affichages plus explicites sont à venir. Les toutous n’ont qu’à bien se tenir ! 

Wanice Kouri

(1) A noter que les règles en vigueur obligent à tenir en laisse les chiens dans l'espace public et à museler ceux de 1ère et 2e catégorie.

Réactions

Malheureusement, la prévention sera sans effet sur de tels personnages qui se fichent de tout. Ce ne sera qu'une dépense inutile de fonds publics. Répression sévère, en tapant au porte monnaie, en confisquant (pour euthanasie pourquoi pas ?) le molosse qui n'a pas sa muselière ou qui est détenu sans le respect de la législation... Bref, ces types, ce ne sont que des sauvages, qui donnent des coups de canifs à la communauté, ne comprennent que les coups de massue.
Je rappelle qu'un certain Didier P avait fait une campagne de sensibilisation lorsqu'un gamin s'était fait renversé sur la rue de la république par un scoot... C'est comme le feu rouge à Saint Denis, globalement pas respecté... Sauf pour laisser le tram (la peur du choc surement. J'appelle donc le chantre du bon vivre à Saint Denis d'aller expliquer aux propriétaire de chien dangereux d'expliquer qu'il ne faut plus saccager les squares. Ah non, il s'occupe du commerce et de la MCA maintenant... Il n'y a que les militants purs et durs qui estiment encore l'action municipale... Et les obligés bien sur.
Je réside à côté du square de geyter (qui ressemble à une déchetterie parfois) et les chiens sont présents quotidiennement malgré le panneau rappelant l'interdiction. La police municipale ne verbalisant pas, le problème subsiste. J'avais alerté à mon arrivée à st Denis l'élu en charge de la propreté mais sans suite .

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur