À la une Sports

Athlétisme
/ « Génération Olympique » : future génération dorée ?

Le futur de l’athlétisme français est possiblement en train de s’écrire sur les pistes du stade annexe, en contrebas du Stade de France, théâtre des JOP 2024. Les jeunes athlètes de Saint-Denis Émotion empilent les médailles nationales avant, peut-être, de monter sur les plus hautes marches du podium olympique dans quatre ans.
De gauche à droite : Thierry Dagbetin, Whitney Tié, Mallory Leconte, Jerry Leconte et Dylan Vermont, les cinq de la « Team Zonards », comme ils se sont baptisés. © Yann Mambert
De gauche à droite : Thierry Dagbetin, Whitney Tié, Mallory Leconte, Jerry Leconte et Dylan Vermont, les cinq de la « Team Zonards », comme ils se sont baptisés. © Yann Mambert

Le stade annexe grouille de monde. Une partie des athlètes de Saint-Denis Émotion s’affaire à répéter au mieux ses gammes à l’approche de la fin de saison en plein air. « Il reste des rendez-vous régionaux mais aussi les championnats de France juniors et masters (ndlr : catégorie vétérans) où on a encore des chances de médailles », espère Kévin Sylvestre, responsable administratif et financier du club. Habituellement, cette période prépare la Voie Royale, dont l’édition 2020 a été annulée.

LIRE AUSSI / Athlétisme : Saint-Denis Emotion ambitieux

« C’est un gros manque à gagner pour le club. Cela représente 30 000 € de pertes soit environ 30% de notre budget », explique-t-il. Malgré tout, la structure s’apprête à accueillir prochainement Timothée Adolphe, un athlète handisport multiple champion du monde et d’Europe handisport en 100, 200, 400 et 800 m T11 (course pour malvoyants avec guide). Un champion qui va se greffer à cinq athlètes, membres d’un groupe qu’on appelle au club la « Génération Olympique ». Whitney Tié (21 ans), les jumeaux Mallory et Jerry Leconte (19 ans), Dylan Vermont (21 ans) et Thierry Dagbetin (22 ans) sont des noms à retenir. Cette année, ils ont ajouté à leurs collections de médailles respectives, déjà bien fournies, quelques nouvelles breloques en or.

Une saison de rêve

C’est avec un grand sourire que les cinq de la « Team Zonards » comme ils se sont baptisés, listent leurs médailles remportées. En 2020, le premier à être monté sur la plus haute marche d’un podium national, c’est Thierry Dagbetin. Après un long passage à vide, il a intégré Saint-Denis Émotion en 2019. En quelques mois à peine, le voici champion de France espoir en salle du 800m. « C’était une excellente revanche ! Je n’avais pas fait de podium depuis 2016 ni de finale nationale depuis 2017. Donc, pour moi, c’était incroyable, la renaissance du phénix en quelque sorte », se félicite-t-il. Quelques mois plus tard, le relais 4x100m mixte de Saint-Denis Émotion se rend à Vénissieux (Rhône) pour la Coupe de France début septembre. Favoris, Mallory, Whitney, Dylan et Jerry arrivent confiants sur le tartan. Mais, en séries, tout ne se passe pas comme prévu. « Je tombe juste après avoir transmis le témoin à Dylan. Malgré tout, je savais que ça n’allait pas m’arrêter car je suis une guerrière avec du mental », confie Mallory.

Rassurés par l’état de santé de leur coéquipière, les sprinteurs restent mobilisés pour la finale qu’ils remportent haut la main en 43’’08 secondes. L’apogée est atteint, une semaine plus tard, le 12 septembre à Albi (Tarn). Dylan Vermont, 4e de la finale Élite, s’adjuge le titre national de la catégorie espoirs en 100m.

« En séries, j’ai battu mon record personnel (10”39), ce qui m’a surpris. Du coup, je n’avais plus qu’à rééditer la même performance en finale. Au début, je n’ai pas réalisé que j’étais devenu champion de France, ne connaissant pas ma place. Ça a pris du temps », détaille le jeune sprinteur. Mallory Leconte, quant à elle, obtient le bronze sur 100m également chez les espoirs, malgré « un départ raté » et « les bandages » liés à sa blessure comme elle tient à le rappeler. Jerry, lui, a remporté la finale B du 100m ce qui lui a permis de terminer tout proche du podium espoirs (4e). « J’étais un peu déçu mais j’ai essayé de retenir le positif de la saison avec des records pulvérisés sur 100 et 200m et une sélection en équipe de France de relais U23 », indique-t-il.

Briller à domicile

Si le présent est radieux, l’avenir ne s’annonce pas moins prometteur pour la « Génération Olympique ». Chaque jour, ils ont la chance de s’entraîner en contrebas du Stade de France, lieu des épreuves d’athlétisme lors des JOP 2024. « C’est motivant. J’imagine parfois l’enceinte pleine à craquer avec les lumières braquées sur nous. J’ai des étoiles plein les yeux, c’est mon moteur ! », s’enthousiasme Jerry Leconte. « Se dire que notre lieu d’entraînement est la piste d’échauffement des athlètes de Paris 2024, c’est incroyable », explique Mallory Leconte. Thierry Dagbetin abonde en son sens, lui qui, comme Dylan Vermont, a déjà couru dans l’antre dionysien lors d’un meeting Areva : « En résumé, on est en train de s’échauffer pour aller au Stade de France ! »

Comme ses camarades, Whitney Tié n’oublie pas le lien familial : « Courir devant ses proches, qu’ils soient avec nous dans les tribunes, ça me stimule ! » Et si ce but est atteint, il ne faudra pas exclure la grande participation d’Alioune « Junior » N’Diaye, leur entraîneur, roi de la mise en confiance selon ses athlètes. « J’étais à deux doigts d’arrêter l’athlétisme, mais il a cru en moi et m’a dit qu’il ferait de moi un champion de France si je venais à Saint-Denis. C’est ce qui s’est produit », reconnaît Thierry. Faut-il qu’il les pousse davantage pour qu’ils puissent performer ? « Pour lui, aucune course ne doit être prise à la légère », estime Whitney. Mais avant d’atteindre le Stade de France, une longue déviation vers les championnats d’Europe en salle de mars et les JOP de Tokyo à l’été 2021 est fortement envisageable.

Christopher Dyvrande

Réactions

Pour s'entraîner Alain Mimoun choisissait des parcours vallonnés avec du dénivelé. Le vainqueur du marathon 1956 de Melbourne ne s'entraînait jamais sur du plat. Pour devenir champion olympique d'athlétisme il faut travailler dur.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur