À la une En ville

La question de la semaine
/ « Faut-il changer le modèle du JSD ? »

© Yann Mambert
© Yann Mambert

Alors que le premier tour du scrutin approche à grands pas, il nous restait une question à poser aux différents candidats. Une question sans doute moins déterminante que les précédentes pour l’avenir de Saint-Denis et de ses habitants, mais une question pas complètement anecdotique non plus pour qui lit ce journal chaque semaine et qui le fabrique évidemment.

Faut-il remettre en cause l’existence du JSD sous sa forme actuelle ? La question est légitime à plus d’un titre. D’abord parce que l’association Communiquer à Saint-Denis, avec 770 000€ de subvention pour 2020, est l’une des plus généreusement subventionnée par la Ville de Saint-Denis. Ensuite parce que la convention triennale qui engage la Ville et l’association arrive à échéance à la fin de l’année et devra être reconduite… et donc peut-être renégociée. Enfin, parce que plus que jamais, après vingt-huit ans d’existence, le JSD est singulier dans le paysage médiatique francilien. Une singularité qui tient à son autonomie éditoriale qui en fait un journal d’information locale produit par des journalistes, plutôt qu’un bulletin municipal réalisé par des communicants, comme on en trouve dans toutes les autres boîtes aux lettres de la région.

LIRE AUSSI : L'info locale, c'est le JSD

« Je continue de penser qu’on a besoin d’un journal d’information locale, soutient le maire actuel Laurent Russier (PCF). Même si ça peut faire rager de temps en temps, c’est un véritable outil de démocratie. Nous sommes une des dernières villes à faire ce choix.» Et la tête de liste Vivons Saint-Denis en grand d’ajouter : « Maintenant, on peut sans doute apporter des améliorations en relayant mieux l’information locale dans les quartiers et en faisant moins de place à la politique hors période électorale par exemple. Enfin, il faut continuer l’effort en matière d’éducation aux médias en direction de la jeunesse et peut-être s’ouvrir à des partenariats avec les radios locales. »

La raison d’être du support est partagée par Mathieu Hanotin (PS) : « Je trouve que le JSD est un outil assez unique qui permet de faire du lien au sein de la communauté. Nous avons besoin de journalistes locaux pour raconter ce qui se passe et faire vivre la démocratie. » Mais la feuille de route dressée par le principal opposant diffère nettement : « La question du coût doit nous interroger. Il faut aussi appréhender le virage du numérique. Certains sujets ne peuvent plus attendre le mercredi suivant. Beaucoup d’exemplaires sont jetés sans être ouverts. La distribution doit être questionnée pour des raisons écologiques. Enfin, le JSD doit donner plus de garanties sur son indépendance politique. Il y a trop de doutes sur sa partialité. Je ne voudrais pas qu’on me fasse les mêmes reproches qu’au maire actuel. Et si l’association Communiquer à Saint-Denis refuse d’évoluer vers plus de transparence, nous pourrions réinterroger la subvention. »

Comment traiter de la politique ? 

Si Bally Bagayoko (LFI) va moins loin dans la remise en cause du modèle, il le questionne également. « Avant, le JSD avait un très fort accent municipal. Il y a une nette évolution depuis quelques années et j’y ai participé en plaidant notamment pour sortir les représentants de la Ville du conseil d’administration de l’association, rappelle la tête de liste Faire Saint-Denis en commun. Si la question du modèle économique se posera, je reste favorable à un journal d’information locale qui détermine sa propre ligne éditoriale. En revanche, il faut un pacte sur la manière de traiter la politique. Enfin, le JSD doit promouvoir une autre manière de faire du journalisme pour être en cohérence avec ce que l’on dénonce chez d’autres médias. »

Comme ses concurrents, Alexandre Aïdara (LREM) tient à apporter quelques gages au JSD : « Il faut le conserver et lui donner plus de moyens. Il est très utile et répond à une nécessité. Remunicipaliser le rendrait moins crédible. C’est bien de garder ses distances. » Pour autant, la tête de liste Changeons Saint-Denis ne laisserait pas les choses en l’état : « Il faut atténuer la place prise par l’actualité nationale pour se recentrer sur le municipal. J’attends aussi plus de pédagogie concernant le fonctionnement des institutions. » Pour les autres candidats, mis à part Fetta Mellas, tête de liste Saint-Denis éco-citoyenne qui juge que « le JSD n’écoute pas assez les minorités politiques et devrait être ouvert à toutes les sensibilités », le modèle actuel est plutôt satisfaisant.

« Le JSD nous convient, témoigne Philippe Julien, tête de liste Lutte ouvrière. Il participe à la démocratie de la ville, même si nous ne sommes pas toujours d’accord avec le traitement de l’info. » « Je le trouve plus indépendant que bien des journaux, lance Cathy Billard, tête de liste Saint-Denis anticapitaliste. On sait qu’on peut y trouver un relais en cas de mobilisation. »

LIRE AUSSI : L'Humanité n'échappe pas au plan social

Pour Houari Guermat, tête de liste Saint-Denis autrement, « le JSD est un journal bien fait, qui a évolué positivement vers plus de neutralité ». Le candidat du centre-droit s’interroge cependant sur son coût et par conséquent sa fréquence de parution. Et de proposer : « Pourquoi, sur la base de l’expérience du JSD, ne pas faire un hebdo de ce type à l’échelle de Plaine Commune, pour mutualiser les coûts ? » Même Georges Sali (PSG), dont le groupe au conseil municipal vote régulièrement contre la subvention à l’association Communiquer à Saint-Denis, se fait magnanime avec le JSD. « Pour moi, un journal c’est bien, lâche la tête de liste Décidons le changement. Il faudrait par contre garantir son indépendance et sa déontologie en créant une sorte de CSA (conseil supérieur de l’audiovisuel) local. » Nous aussi, au JSD, on a bien une petite idée sur la question. Mais puisqu’on ne peut pas être juge et partie, on la gardera pour nous, pour le moment.

Yann Lalande

Réactions

Une phrase juste.... "Avant, le JSD avait un très fort accent municipal"... Dominique Sanchez avait, pour ne pas dire plus, la déontologie à géométrie variable. Tout allait bien dans les meilleurs des mondes et surtout, aucune question gênante aux élus. Surtout pas. Quand à ma vision, il doit être plus prés du quotidien des habitants et s'appuyer sur eux. Saint Denis est vaste et les journalistes du JSD ne peuvent pas être partout. Aussi, pour plus de visibilité, la digitalisation serait un plus. Personnellement, je n'ouvre plus la version papier.
La version numérique du JSD est nulle. L'agenda est vide d'informations. La plupart - voire l'ensemble de vos interviewé.e. s souligne que l'hebdomadaire papier est un bon outil au service des dyonisien.ne.s = c'est le cas aujourd'hui en 2020 !
C'est clair, les contenus du JSD ne font pas l'unanimité, ce qui en soit, n'a rien que de très normal, mais aucun des candidats n'ose évoquer sa disparition. Certains parlent de revoir son financement, d'autres interrogent la distribution, et enfin les candidats de la droite et du centre se proposent d'en contrôler les contenus. Le maire sortant souhaite continuer en proposant de le rapprocher des quartiers et d'en accroitre le rôle éducatif. Pour certains ,même à mots couverts, le changement d'exécutif sonnera le glas de cette aventure
@démocratie : bonjour. Je n'ai pas parlé de contenu, je trouve que le jsd est beaucoup plus neutre. J'ai surtout insisté sur le coût financier du journal et j'ai expliqué qu'il serait bien et naturel que le jsd "fusionne" avec le journal de la mairie, des journaux municipaux de villes de Plaine commune où avec le journal de Plaine commune.
@Démocratie. J'ai entendu un maire dire qu'il fallait être une ville écologique et le meilleur déchet et celui qu'on ne crée pas. Alors, je vous rappelle les différents contributions papiers qu'on reçoit à différentes fréquences sous format papier... (donc bcp de déchet). Donc, le JSD, le journal de la Mairie, le journal de plaine commune, le journal de la Seine Saint Denis... plus les différentes flyers reçu pour communiquer de façon ponctuelle. Je pense qu'on pourrait sauver qques arbres et repenser la façon de communiquer entre élus, administration et la populations.
Ce serait bien d'avoir un comparatif avec des villes de même importance ... le coût "JSD" par an et par habitant est de 7 euros environ. Ensuite le critère "qualité" est bien entendu à prendre en compte.
Je trouve aussi que le JSD évolue vers plus d'objectivité même si pour moi, ce n'est pas un défaut d'être un journal engagé... car engagé ne signifie pas aveugle ;-) Moi aussi je ne lit plus la version papier. J'apprécie d'autant plus la version en ligne qu'elle contient des archives monumentales et c'est parfois très intéressant de s'y replonger. Après, il faudrait peut-être tout simplement demander aux lecteurs qui souhaitent recevoir la version papier de s'abonner pour éviter que le journal papier ne finisse directement dans la corbeille dans 80% (?) des exemplaires...

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur