À la une Cultures

Fête du Franc
/ « Chaque événement réussi est une victoire »

Samedi 7 septembre, le quartier Franc-Moisin a connu une journée festive avec des jeux pour les petits, une projection en plein air et la venue d’une personnalité du rap.
Samedi 7 septembre, la fête du Franc  © Yann Mambert
Samedi 7 septembre, la fête du Franc © Yann Mambert

« Je suis très fière d’eux. Ce sont des gens qui se bougent pour leur quartier. » Yari, à Franc-Moisin depuis plus de vingt ans, s’émeut de la réussite de l’événement auquel elle est venue assister. Elle dit sa fierté de voir ses « petites sœurs de cœur », entre autres Diangou Traore de l’association Franc-Moisin Citoyenne, monter de A à Z une fête pour les habitants.

Organisée en partie sur l’emplacement du bâtiment 3 détruit en 1995, la 3e édition de la Fête du Franc s’est tenue samedi 7 septembre. En fin de journée était prévue une projection en plein air du film La Cité rose de Julien Abraham.

EN IMAGES : Franc-Moisin, un samedi de fête

Rose, tout ne l’est pas dans le quartier, concèdent les riverains, c’est bien pour cela que « chaque événement réussi est une victoire », insiste Chancel Gatsoni, autre membre de l’association FMC. Lui et Mickael Dyvrande, dit Choco, ont animé le plateau sur lequel ont défilé rappeurs du quartier et contrôlé l’accès à la scène. Car un invité de marque était attendu ce samedi. Le chanteur Vegedream est venu distribuer une centaine de fournitures scolaires aux enfants. 
 

« Nous avons fait jouer nos contacts pour l’avoir »

L’auteur du titre Ramenez la Coupe à la maison a été accueilli chaleureusement par le très jeune public qui trépignait d’impatience et, malgré l’excitation, la distribution s’est déroulée sans anicroches. « Nous avons fait jouer nos contacts pour l’avoir », admet Diangou Traore avec un sourire. Car malgré les barnums, tables, chaises et la sonorisation fournis par la Ville, les organisateurs se sont débrouillés sans budget pour tout organiser. La mère de Diangou a elle aussi mis la main à la pâte en préparant un colossal thiéb’ pour les partenaires. « Vous savez, nous ne demandons pas de subventions, tient à préciser Christel Husson, membre fondateur de FMC qui rappelle les origines de la Fête du Franc. Cette fête est née il y a trois ans autour de la contestation qu’avait suscité le plan de rénovation du quartier. Il fallait également redynamiser le cœur du quartier. Nous voulons créer une courroie de distribution entre toutes les associations », soutient-elle.

« Il y a quelques années de cela, une fête était organisée par la Ville mais sa localisation entre le quartier Bel-Air, le Franc-Moisin et le Stade de France, faisait que très peu de monde s’y rendait », estime quant à elle Gladys Guillaume de l’association des Femmes du Franc-Moisin.

Samedi dernier, les animations sportives, ludiques, les concerts, le village associatif et la projection ont permis aux habitants de se retrouver le temps d’un après-midi ensoleillé. L’événement n’aurait pu se tenir non plus sans l’aide et l’accompagnement de l’Espace Jeunesse Franc-Moisin, indéfectible soutien selon Diangou.

« Nous avons monté des permanences pour régler les litiges entre locataires et bailleurs sociaux et ce, toujours avec l’aide de l’Espace Jeunesse, affirme la co-fondatrice de FMC. Si j’avais un mot pour décrire cette fête ça serait la solidarité. » La quadra, ancienne résidente du B3, entend explorer de nouvelles pistes pour développer les activités dans la cité. « Nous allons mettre en place une soirée conteurs et le FM Show qui accueillera des artistes issus des quartiers populaires, annonce-t-elleen saluant quelques vieilles connaissances. Ce sont des anciens du quartier, ils sont revenus à la cité aujourd’hui juste pour nous donner un coup de main. »

Maxime Longuet 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur