À la une En ville

Marche des fiertés en banlieue
/ « Ce qui m’intéresse, c’est l’auto-organisation »

Jean-Victor Rath Vireah, militant queer et étudiant à Paris 8, se réjouissait de participer à la deuxième Marche des fiertés en banlieue (reportée en raison de la Covid-19) organisée par l’association Saint-Denis Ville au Cœur. Le JSD a recueilli ses impressions sur les sens que prennent aujourd’hui les défilés dédiés à la cause LGBT.
Jean-Victor Rath Vireah, militant. © Yslande Bossé
Jean-Victor Rath Vireah, militant. © Yslande Bossé

Son militantisme « queer » d’abord, puis antiraciste plus tard, a pour point d’ancrage Twitter. Sur le bouillonnant réseau social, Jean-Victor Rath Vireah, alors lycéen à Rennes, prend connaissance d’un certain monde militant, de ses sphères, de ses collectifs et figures importantes. Puis, il se fait peu à peu la main sur des sujets aujourd’hui très médiatisés comme les luttes féministes, notamment celles de l’afroféminisme, l’antiracisme et les « questions LGBTQIA + » (1) en se documentant dans des librairies spécialisées.

LIRE AUSSI : LGBT + banlieusard, l'équation impossible ?

« Je me rappelle qu’une librairie indépendante consacrée à toutes ces questions avait ouvert à Rennes. J’ai découvert des ouvrages comme Manifeste contre la normalisation gay d’Alain Naze, De la marge au centre de Bell Hooks, Décoloniser l’esprit de Ngugi Wa Thiong’o ou encore Afrofem du collectif Mwasi, Marianne et le garçon noir de Leonora Miano » Et la liste est encore longue. L’étudiant de 22 ans, inscrit en L1 sociologie à l’université de Paris 8, est curieux. Les figures militantes qui l'inspirent ? « Assa Traoré, Laura Nsafou, Fatima Ouassak, Rokhaya Diallo, Amandine Gay... ». Des femmes essentiellement. Depuis le lycée, Jean-Victor est accompagné par un entourage amical majoritairement féminin. « Le peu de fois où j'ai pu subir du harcèlement en raison de mon homosexualité, j'ai toujours été défendu par mes amies, mes protectrices. »

Lors de son arrivée à Paris (il va s’installer à Épinay-sur-Seine) il y a trois ans, Jean-Victor participe à des conférences, des marches LGBTQIA + ainsi qu’à d’autres événements organisés pour lutter contre toutes les formes de discriminations. « À Rennes, il y avait pas mal de rencontres, de collectifs sur toutes ces questions, il y a même une Pride assez forte. Mais c’est vraiment à Paris que j’ai pu développer mon horizon militant. »

Une Pride « politique, radicale »

9 juin 2019. La première Marche des Fiertés en banlieue se déroule à Saint-Denis. Le défilé réunit un millier de personnes. « L’année dernière, quand j’ai su qu’il y avait une Pride des banlieues qui allait se faire, je me suis dit “Enfin !’’. Enfin, une Pride à revendication politique, radicale portée par les personnes les plus invisibilisées de la communauté LGBTQIA + ». Pour l’étudiant, le fait qu’une Marche des fiertés ne se fasse pas dans le « centre », c’est-à-dire à Paris, a une tout autre portée. Notamment politique.

« Une Pride des banlieues ne touche pas les mêmes publics, développe Jean-Victor. Avec des amies “LGBTQIA +non-blanches”, on se demande par exemple si on va assister à la Pride du 7 novembre à Paris si elle est maintenue. On n’est pas forcément à l’aise parce que nous sommes des minorités et, il faut le dire, c’est une Pride très blanche qui porte des revendications dans lesquelles on ne se reconnaît pas forcément. J’y ai déjà été la cible d’attaques racistes. » Sur ce sujet, l’étudiant développe : « Dès qu’on parle de racisme dans la communauté queer, tout de suite on se prend des réflexions comme “vous divisez la lutte”. On nous fait comprendre que ce n’est pas le problème principal. Mais la communauté LGBTQIA+ n’échappe pas aux dynamismes de discriminations qui existent dans la société en général. Dans la communauté, le racisme est plus insidieux, affirme Jean-Victor.

EN IMAGES : Première marche des fiertés en banlieue, le droit d'être fièr(e)s.

Pour l’étudiant né au Cambodge et adopté à 2 ans, la Marche des fiertés aujourd’hui se doit d’être inclusive et de croiser les luttes : violences policières, antiracisme, droits des femmes et autres minorités, mouvements sociaux… Celui qui aimerait plus tard faire de la recherche autour de l’organisation politique des quartiers populaires précise : « Ce qui m’intéresse aussi en tant que militant, c’est l’auto-organisation, l’autonomie en rupture de l’État. Ça fait écho à la Pride. Je suis pour une Pride indépendante, qui ne soit pas préparée par une association subventionnée, soutenue par l’État ».

(1) LGBTQIA + : Lesbienne, Gay, Bi, Trans, Queer, Intersexe, Asexuel, et +pour « et tous les autres ».

Yslande Bossé

Réactions

"violences policières". Mercredi soir 7 octobre 2020 à Herblay dans le Val d'Oise deux policiers nationaux ont été blessé par balles. Ces deux fonctionnaires se sont faits massacrer. Les trafiquants de drogue ont tiré à sept reprises sur ces policiers. L'un des deux fonctionnaires présentant une fracture à la tête a dû être opéré en urgence à l’hôpital de Clichy. Dans n'importe quel autre pays au monde les policiers auraient fait usage de leurs armes. En octobre 2020 en France toutes les trente minutes il y a un refus d'obtempérer. En dix mois de janvier à octobre 2020 trois policiers ont été tués en mission. C'est le jeu de massacre. En multipliant les articles sur les violences policières (sans s'appuyer sur des données chiffrées) LE JSD participe au rejet de l'ordre et incite la population à ne pas respecter les gardiens de la paix. LE JSD manipule ses lectrices et ses lecteurs. Contrairement à ce que tente de faire croire LE JSD il n'existe pas en France de système généralisé de violences policières.
'' le Jsd ---'inciterait' --- la population ( adulte : elle sait ce qu'elle a à faire dans sa vie ,tous les jours ) à ne pas respecter les gardiens de la paix .'' Oupsssh monsieur - madame Dominique , nous n'avons pas le même Jsd entre les mains. Bonne continuation à vous ! & un bon footing souhaité ,aussi ! Ici ,on a un article Portrait très intéressant de cet Étudiant venu de Rennes . brillant qu'il est ( curieux et impliqué socialement ,Jean.Victor. )
On a autre chose à faire que de s’occuper de cette marche... à Saint-Denis on a d’autres soucis surtout en ce moment. Allez faire cette marche au pied de la Tour Eiffel. Bonne chance

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur