À la une En ville

Portes ouvertes à la Maison des parents
/ « C’est comme une seconde maison »

Cette structure unique – qui vient de fêter ses 7 ans – dédiée à l’échange et la parentalité, proposait des portes ouvertes samedi 19 janvier.

Confiseries et décorations thématiques parsèment les locaux ici et là. Une exposition « photos portraits » de familles dionysiennes orne les murs d’entrée. C’est dans une ambiance joviale qu’une centaine de personnes, mères et enfants pour la plupart, sont accueillies par les personnels éducatifs. Pour Laura Denis, responsable du lieu, cet événement est « l’occasion pour les Dionysiens de rencontrer l’équipe intervenante et de prendre connaissance des activités proposées ». Habitués et novices pressent donc le pas pour s’informer, échanger sur leurs expériences en tant que parents et partager un moment convivial avec leur enfant. Au programme, présentations des nouveautés pour 2019. Dans la salle principale, l’atelier « savant fous » invite à jouer aux apprentis scientifiques et à s’adonner aux joies de la chimie grâce à des expériences toutes plus loufoques et hilarantes les unes que les autres.

Dans une autre pièce, l’animatrice de Veenem, portail des cultures africaines, présente l’atelier « conte et écriture orale » où chacun imagine une histoire commune à raconter. Un atelier éveil musical et corporel est également proposé par la compagnie. Dans la salle du fond, ambiance relaxation avec une initiation à la sophrologie. Lydie, maman trentenaire, ne tarit pas d’éloges sur l’endroit : « On s’amuse, on apprend, on échange avec d’autres mamans dans une bonne ambiance. » « C’est un lieu référence pour les parents qui leur permet de faire des activités avec leur enfant dans un cadre différent. C’est un lieu de partage d’écoute et de chaleur humaine, » détaille le maire. Laurent Russier a tenu à être présent, accompagné d’élus locaux dont Zohra Henni, adjointe à la parentalité. 
 


« On se sent à l’écoute »

Écoute et entraide sont définitivement les maîtres mots dans ce service municipal qui bénéficie du soutien du département et de la Caf (Caisse d’allocations familiales). Loin du tumulte d’autres services publics, l’endroit se veut intimiste pour « favoriser la relation de confiance », explique Wahid Sahli, responsable adjoint. Ce dernier anime les ateliers de paroles « thé ou café » deux fois par semaine autour de sujets variés : éducation des enfants, vie familiale, projets personnels, actualités. La Maison des parents met aussi à disposition du public une assistante maternelle qui veille sur les enfants lors des échanges entre adultes.

Karima, qui vient depuis des années confesse : « C’est comme une seconde maison, on se sent à l’écoute. C’est rassurant. » Najete Zbat, chargée d’accueil et informations, s’efforce en effet de trouver des solutions pour chacun. « Ici, on ne se contente pas d’accueillir, on accompagne », note-t-elle. Femmes en errance, familles monoparentales, couples aux faibles ressources… En fonction de leurs demandes, les parents sont dirigés vers les interlocuteurs et services appropriés. Des initiatives de soutien ont été mis en place, notamment un dispositif d’aide médicale grâce aux partenaires santé ou des projets altruistes tels la « malle solidaire » pour se procurer vêtements et autres nécessités. La Maison des parents met un point d’honneur à « ne pas valoriser un modèle particulier d’éducation, chacun est libre d’apporter sa vision », souligne Laura Denis. Le but in fine est d’échanger ses expériences et d’être épaulé.
 

Wanice Kouri

Maison des parents (29, rue Gabriel-Péri), ouverte mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h à 18het le 1er samedi du mois de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h. Accueil téléphonique du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h et le 1er samedi du mois de 10h à 12h30 et de 13h30 à 17h. Plus d’infos sur le site ville-saint-denis.fr à la page « la maison des parents ».

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur