À la une Cultures

Archives nationales
/ « Arrêter l’hémorragie ! »

Face au désengagement de l’État de ses missions, les Archives nationales sont menacées. Une conférence de presse tenue par la CGT Archives le 12 novembre tire une nouvelle fois le signal d’alarme et alerte l’opinion.
Face au désengagement de l’État de ses missions, les Archives nationales sont menacées.
Face au désengagement de l’État de ses missions, les Archives nationales sont menacées.

L’ouverture en 2013 du nouveau site des Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine devait donner un nouveau souffle à l’institution en lui permettant de répondre à tous ses besoins pendant une trentaine d’années. Ce nouvel équipement complétait le réseau formé du site historique des Archives nationales à Paris, et celui de Fontainebleau. Quelques ministres de la Culture plus tard, il est annoncé en 2016, dans le cadre de la réduction du patrimoine immobilier de l’État, une vaste opération de vente à la découpe. Ce projet prévoit de passer de 7 à 3 implantations avec l’amputation de 11 000 m2 de magasins, dépôts et ateliers sur le site parisien. Outre cette annonce, une autre décision jugée tout aussi dangereuse par le syndicat CGT Archives, est la fermeture définitive puis la démolition du site de Fontainebleau, en raison de fissures apparues « pouvant porter atteinte à la sécurité des personnes ».

Pour Wladimir Susanj, responsable syndical, « la rénovation de toutes les structures et des magasins du site de Fontainebleau est évaluée à 53 M€ quand leur démolition coûterait 36 M€. » Cela aurait des conséquences désastreuses pour le site de Pierrefitte… Alors qu’il était prévu pour couvrir les besoins pendant trente ans, il se retrouve du coup déjà saturé et asphyxié. En effet, tous les documents déménagés de Paris et de Fontainebleau rejoindraient Pierrefitte. Il est d’ores et déjà prévu de préempter la réserve foncière du site pierrefittois 25 ans avant la date calculée et de faire construire à partir de 2025 un nouveau bâtiment pour un montant de 170 M€.

Au total, la démolition de Fontainebleau ajoutée à l’amputation du site de Paris et à la construction d’un nouvel équipement à Pierrefitte représenteraient une facture de 200 M€ d’euros soit à peu près ce qu’a représenté la construction du nouveau site de Pierrefitte.

Un budget en baisse de 17,8%

« Il faut arrêter l’hémorragie ! s’indigne le responsable syndical. Le seul moyen de le faire est de poser un garrot, c’est-à-dire retirer toutes ces politiques. » Rappelons qu’en 2017, un rapport présenté à la ministre d’alors préconisait de réduire la collecte aux « archives essentielles », concept complètement étranger aux missions confiées par la loi aux Archives nationales. Et pour faire bonne mesure, des estimations ont été réalisées : « Une réduction en flux de 10 à 20% de la collecte annuelle et une réévaluation en stock d’au moins 15 km d’archives dégageraient 7 M€ d’économie en 5 ans. Enfin, il ne faut pas oublier que pour 2019 le budget des Archives sera en baisse de 17,8%. » 

Pour l’historien Gilles Manceron, signataire de l’appel pour sauver les Archives, « la question de l’accessibilité des archives, de la conservation, des moyens que cela suppose, de la possibilité pour les citoyens de les consulter, devrait devenir un enjeu majeur de société ». 

Claude Bardavid

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur