À la une Portrait

Olivier Till
/ De planches et de fil

Comédien couturier. « Dans intermittent, il y a temps, plaisante-t-il. Il faut s’occuper la tête et les mains. Alors je couds. » Une passion contractée tout jeune, qui lui permet aujourd’hui de participer à Cousu main, l’émission de M6.

« Mon père, comment il vous déteste ! » Son rôle de Guilain Lucard, un recouvreur de dettes dans Plus belle la vie, a valu à Olivier Till cette apostrophe d’un jeune, un jour, dans la rue. Il en rigole encore. Comme de cette fois où, au centre administratif de Saint-Denis pour refaire ses papiers d’identité, il a déclenché un mini attroupement parmi les employées de l’état civil. Elles avaient reconnu le super méchant de la saison 8 de la série phénomène de France 3. C’était il y a cinq ans et demi. Juste après que ce Parisien né dans le 3e se soit installé dans le quartier Gare. Et avant qu’il ne se marie il y a deux ans à la mairie de sa ville. « Je rêvais d’une maison en briques avec des fleurs. Je l’ai trouvée à côté du RER. C’est petit, mais très joli. »

Aujourd’hui, on le reconnaît pour sa participation à Cousu main, émission de M6 animée par Cristina Cordula (1). Car Olivier, en plus de son métier de comédien – « et chanteur » – pratique la couture. « J’avais monté une troupe de théâtre au lycée avec des potes. J’ai commencé à faire des costumes vers 14-15 ans. Ça ne ressemblait à rien. Un baril de lessive avec des manches. Et ça s’est affiné. »

À 49 ans – « je suis né un 4 juillet. C’est mon côté Tom Cruise » – il a eu tout le loisir de se perfectionner. Au point de postuler à Cousu main. « Je suis tombé sur une redif de la saison 1. On y confectionnait des chemises et des déguisements pour enfants. Pile poil ce que je faisais. » Il est retenu parmi quelque 2 500 candidats. Mais Olivier joue au théâtre, et ne peut faire l’émission. « Mais ils m’ont rappelé pour la saison 3 ! », se réjouit-il.

« Front de libération de la garde-robe masculine »

Le tournage a eu lieu en octobre 2016, a duré deux semaines et demie. De 7 h à 20 h ou 22 h, logé à l’hôtel près des studios. « C’était crevant, stressant… Et rigolo, rigolo, rigolo. » Il insiste, tant l’expérience lui a plu. « L’équipe était très sympa et on s’est bien entendu entre les candidats. » Dix fondus de surpiqûre et de passepoil qui n’ont cessé depuis de communiquer par WhatsApp. « On échange de 100 à 150 messages par jour. » Il a aussi énormément progressé. « Quand tu es un garçon, tu couds tout seul. Quand tu es à dix, tu apprends. Tu couds de tout, des trucs pas possibles ! C’était magique. Dès le matin, on parlait couture. Et personne ne nous faisait ch… »

De ces rencontres est née une collaboration qui devrait aboutir cet automne. Avec David del Corso, l’un des participants couturiers, père de famille et prof de gym, il lance une ligne de patrons de couture de vêtements pour hommes, Les Beaux Gosses (2). Un projet qui l’enthousiasme, dans le droit fil du « Front de libération de la garde-robe masculine » qu’il prône. Froissé par les teintes ternes et le conformisme régnant sur les rayons pour hommes, il défend la couleur et la fantaisie. Mais avec goût. « Il faut oser sans se casser la gueule. » Des manteaux à doublure ornée de papillons multicolores, des chemises en wax, des sweats – Olivier travaille le jersey depuis peu – aux motifs de mini-bicyclettes… Si sa mère lui a transmis l’amour du vêtement – « elle tenait un salon de coiffure et c’est une très belle femme. J’ai chopé le virus… Malheureusement ! Je n’ai plus de place dans mes placards » – Olivier est formel : c’est Peau d’âne, le film chanté haut en couleur de Jacques Demy, qui a déterminé sa vie. « Je l’ai vu à 4 ans. Je suis resté bloqué. » Bien heureusement, serait-on tenté d’ajouter.

 

(1) Diffusé le samedi à 13 h 10. (2) # patronslesbg ; www.patronslesbg.com Pour suivre l’actu d’Olivier : Instagram @oliviercoud_cousumain3. À partir du 5 octobre, il jouera Coup de feu avec David Martin à L’Archipel (Paris 10e).


Réactions

J' aime beaucoup et je suis d' accord sur tout !

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur