Portrait

Marie-France Santoni-Borne
/ Amicalement vôtre

L’ancienne principale de collège qui a effectué presque toute sa carrière en Seine-Saint-Denis s’est lancée dans un nouveau combat : le soutien des prostituées à l’Amicale du Nid 93 (1).

On l’avait découvert principale de collège battante dans le documentaire Madame la principale, réalisé par Thierry de Lestrade en 2002. Depuis, Marie-France Santoni-Borne n’a pratiquement pas changé : mêmes yeux pétillants, même sourire optimiste. Seule l’apparition d’une canne rouge et fleurie semble trahir le passage des années. La passion, elle, reste intacte. Elle a beau avoir été nommée principale du collège Pierre De Geyter à Saint-Denis il y a presque vingt ans, Marie-France Santoni-Borne en parle comme si c’était hier. L’établissement était alors tristement célèbre, symbole du dysfonctionnement de l’éducation nationale dans les quartiers sensibles. « A mon arrivée, le taux de réussite au brevet est de 36 % », résume-t-elle avec le ton professoral de celle qui a été enseignante pendant 20 ans. « Trois ans plus tard en 2002, le taux était remonté à 75 % ». Une progression exceptionnelle qui lui vaudra la Légion d’Honneur, remise par Jacques Chirac en 2004. « Je suis arrivée à la fin de la rénovation, il n’y avait plus qu’à reconstruire », s’excuse-t-elle presque. « Et puis, j’ai eu la chance de tomber sur des profs extrêmement motivés. ».

Elle se souvient du sentiment « d’injustice qu’[elle] ressentai[t] en voyant arriver au collège des élèves qui ont dormi par terre, qui n’ont pas d’habitation stables… La vie normale, ils ne connaissent pas ». Alors que faire ? « Donner de l’énergie ». Et avoir du culot. Quand le collège De Geyter est invité à accueillir au Stade de France les parlementaires juniors du Parlement mondial des enfants en 1999, la principale décide qu’il n’y a pas de raison que ses élèves se contentent de faire les guides : « Si jamais on participe à cet événement, on participe à tout », répond-elle à l’invitation. Au bluff. Et ça marche. Une classe de 3e est invitée à tous les événements : à l’Assemblée Nationale, à Versailles et même à la soirée de clôture, dans les chics salons de l’hôtel de Lassay. « Un de mes élèves est venu avec un costume, et une cravate même s’il ne savait pas la faire... Ce sont des moments précieux ».

A 150% sur le terrain

Pour cette femme « à 150 % sur le terrain », comme elle aime à se décrire, la retraite aurait pu être un coup d’arrêt violent. Il n’en est rien. « J’étais prête. En 2009, j’avais tout de même 65 ans. Et puis, psychologiquement, je n’avais pas de regrets ». Pas question pour autant de ne plus s’investir, ce ne serait pas son tempérament. Marie-France Santoni-Borne trouve sa place presque naturellement à l’Amicale du Nid du 93 en tant que bénévole pour le comité territorial. « J’étais étudiante à Nanterre en 68, et de tous les combats féministes des années 1970... Aller à l’Amicale était logique car mon investissement est féministe ». Elle y découvre « une réalité sociale hors du commun, des femmes en errance. L’Amicale du Nid m’a apporté la conviction totale et profonde que chaque personne qui vend son corps est une victime, qu’elle le sache ou non. » En 2017, 4 336 personnes ont été accueillies sur le 93, le record de France pour l’Amicale. On sent chez elle la même passion pour le combat de l’Amicale que lorsqu’elle était principale à De Geyter. Et même si elle a connu d’autres établissements, à Stains de 2002 à 2006, puis à Montreuil de 2006 à 2009, De Geyter occupe une place spéciale. Dans son bureau à la maison, elle garde encadrée sur le mur une photo des élèves et des professeurs du collège dionysien, prise depuis le toit de l’établissement. Il y a des passions qui ne s’éteignent jamais.

Arnaud Aubry

(1)  Amical du nid, accueil de jour, 10 rue Fontaine à Saint-Denis. Tel : 01 55 87 02 11

Réactions

Bonjour. A Arnaud AUBRY Elle n'était pas prof d'espagnol à la Courtille???

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.