Portrait

Lucas Godefroy
/ À fond pour les fonds (marins)

Marathonien. Cet étudiant de Paris 8 s’apprête à courir le marathon de Paris pour soutenir Sea Shepherd, organisation environnementale de protection des océans.
Lucas Godefroy (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis
Lucas Godefroy (©) Yann Mambert / Le Journal de Saint-Denis

Il va courir pour la bonne cause. Le 8 avril, au marathon de Paris, Lucas Godefroy parcourra les 42 km du marathon de Paris pour Sea Shepherd – le berger des mers, en français. Comme le dit ce jeune néo-Dionysien, cette organisation environnementale œuvre « pour la protection des océans en général », défend sa « biodiversité » et ses espèces animales. Fondée en 1977 par le Canadien Paul Watson, elle se bat contre la surexploitation des ressources marines et la pêche illégale, afin de faire respecter « les lois internationales de conservation, trop souvent bafouées », argue-t-elle sur son site Internet. Les activistes de Sea Shepherd se sont notamment fait connaître en menant plusieurs opérations coups de poing contre des baleiniers japonais qui, sous couvert de recherches scientifiques, chassent des cétacés dans l’Antarctique.

Ces courses-poursuites ont parfois débouché sur des collisions de navires spectaculaires, largement relayées dans les médias à travers le monde, faisant la marque de fabrique de l’organisation internationale. Pour Lucas Godefroy, ces actes forcent le respect. « Ce sont des gens dans l’action, qui n’hésitent pas à aller sur le terrain. Avec leur flotte, ils s’attaquent à des baleiniers illégaux, quitte à faire couler des navires », admire-t-il. Pendant sa course, il portera le t-shirt de Sea Shepherd avec leur emblème, façon pirate des mers : une tête de mort ornée d’une baleine et d’un dauphin, d’un trident et d’un bâton de berger.

Lucas est étudiant en 3e année d’information communication à Paris 8 depuis la rentrée 2017. Dans le cadre de sa formation, son engagement auprès des défenseurs des mers peut être validé pour sa licence. Il a donc rejoint la « team de coureurs » de Sea Shepherd au marathon de Paris. « Il n’y a pas de contrainte. On doit seulement faire une levée de fonds pour l’organisation qui ne fixe pas de minimum à atteindre », explique le jeune homme qui va courir avec sa petite amie Lucile. Sur leur cagnotte en ligne (1), ouverte jusqu’au jour de la course, ils ont pour le moment réuni 290 euros.  

Une affaire de famille

Les amoureux se sont rencontrés lors d’un séjour Erasmus à Dublin. Elle était étudiante à Paris 8… Alors il l’a suivie dans l’université dionysienne. « Le département info-com a une très bonne réputation », souligne Lucas, qui aimerait faire de la gestion de projet digital à l’avenir. Il habite maintenant à Saint-Denis, près de la gare. « Je trouve que la ville bouge bien. Je m’y sens bien. Seule la ligne 13 du métro me déplaît. » Une bonne capacité d’adaptation pour ce jeune homme de 23 ans, grandi à proximité de Blois dans la région centre. « J’ai passé 18 ans à la campagne », sourit Lucas. Il est ensuite parti étudier à Tours, puis Nancy avant son année en Irlande. C’est d’ailleurs là-bas qu’il a fait son premier marathon dans le Connemara, dans l’ouest du pays. Un parcours bien vallonné contrairement à celui de Paris. « Mon objectif, c’était de le finir. J’ai morflé. Heureusement que mon père était avec moi, sinon je ne l’aurais pas terminé », raconte-t-il. Ses parents, eux, ont l’habitude de ces courses. Ils ont en chacun une dizaine à leur actif à travers le monde, comme en Turquie ou à La Réunion, dont quelques ultra-marathons de plus de 50 km. « Ils voyagent pour courir, ils courent pour voyager », résume Lucas.

Avaler les kilomètres baskets aux pieds est vraiment une affaire de famille : son père, sa mère et au moins deux oncles courront à ses côtés au marathon de Paris. Pour Lucile, ce sera une grande première. « Je suis un peu son coach, confie Lucas.On s’entraîne depuis janvier. On fait généralement trois sessions par semaine, entre 30 et 40 km au total. » Elle a pour objectif de finir le marathon, lui veut descendre sous la barre des 4 heures. « En fait, des fois tu cours pour te vider la tête. Des fois tu cours pour pousser tes limites, tu souffres. » Cette fois-ci, avec le t-shirt de Sea Shepherd, il courra pour la bonne cause.

Aziz Oguz

(1) www.alvarum.com/lucasgodefroy

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.