Portrait

Mehdi Hmoudane
/ Le génie de la lampe radio

Non, tous les jeunes ne sont pas indécis. Les vocations précoces ça existe. La preuve avec Mehdi Hmoudane. À 16 ans, le lycéen de Suger peut déjà revendiquer une belle expérience sur les ondes et une incroyable maturité dans le propos.
Mehdi Hmoudane
Mehdi Hmoudane

La radio est une vieille dame plus que centenaire. Et pourtant elle est encore capable de séduire des jeunes gens nés au XXIe siècle. Mehdi Hmoudane n’a pas connu les postes à lampes, les grandes ondes ou l’avènement de la FM. Mehdi est de la génération Internet et réseaux sociaux. Il n’empêche, depuis qu’il a tourné pour la première fois, il y a quatre ans,  le bouton du transistor du salon, il n’a plus jamais décroché. « On n’a pas la télévision à la maison, ça a peut-être aidé, reconnaît Mehdi. J’ai tout de suite aimé cette manière de s’informer. Au début je n’écoutais que Franceinfo. Le matin et le soir, jusqu’au jour où mes parents en ont eu marre d’écouter l’information en boucle. » Le collégien, lui, est resté accro. « La radio est un média simple, accessible à tous sans abonnement, c’est ce qui fait sa force. Et puis ça reste un peu magique. Une personne vous parle mais on peut s’imaginer ce qu’on veut… »

Après ce coup de foudre à la première écoute, c’est le destin qui va donner un petit coup de pouce à Mehdi. Suites aux attentats de novembre 2015, France Inter lance un grand programme d’éducation aux médias destinés aux collégiens et lycéens : interclass’. Des professionnels volontaires de France Inter se rendent dans des établissements pour initier les élèves au reportage. Le collège Pierre-de-Geyter fait partie du programme. « J’avais commencé à écouter Inter et là ma classe est choisie pour le projet, se souvient Mehdi. J’ai découvert les coulisses. On s’est rendu à la Maison de la radio, j’ai trouvé ça énorme. Du coup, j’ai fait mon stage de 3e au service chroniqueurs. Ça m’a définitivement conforté dans ma volonté de devenir journaliste radio. » Pour interclass’, avec trois camarades, Mehdi prépare un reportage de 4’30 sur l’amour en prison, diffusé à l’été 2016, et surtout coprésente avec Hélène Jouan la revue de presse de la matinale d’Inter le 23 mars 2016. Un moment fort. « Je suis arrivé à la rédaction en même temps que les matinaliers à 5h du matin. C’est une incroyable expérience quand on a 15 ans. » Mehdi a gardé le contact avec la grande maison ronde, au point d’y passer une partie de ces vacances scolaires (1) en stage, ou d’être invité en studio, comme en janvier dans l’émission Le téléphone sonne, pour parler service citoyen.

Profession reporter

Des expériences qui lui ont permis d’affiner sa vocation. « Ma véritable passion c’est le reportage. Témoigner de la réalité. » Une passion à laquelle il s’adonne avec Radio Déclic, l’association de Floréal, fondée par Florence Thémia. « Le principe est de donner une voix aux sans voix, résume Mehdi. C’est un espace d’expression pour les habitants de Saint-Denis un vendredi sur deux à 18h sur Fréquence Paris Plurielle (106.3 MHz). » Mehdi qui s’est formé aux techniques radios un peu tout seul n’est pas encore un expert mais se débrouille suffisamment pour monter un studio tout seul. Aussi, il s’est mis en tête de transmettre ses bonnes ondes à ses camarades de lycée (il est en 1re ES à Suger). En mai 2017, il lance Les Colporteurs avec quelques amis et une prof d’anglais du bahut. « Partant du principe que chaque personne est un livre, on veut raconter les histoires de chacun. » La radio itinérante s’est ainsi posée place du 8-Mai-1945 en septembre, a pris part au festival Ville des musiques du monde et sera du lancement de la Maison des projets le 31 mars. « C’est open bar, qui veut venir passer un message peut le faire. Ensuite nous sommes diffusés sur Sound cloud. » Au JSD nous en sommes convaincus : d’ici quelques années quand vous frotterez votre smartphone du bout du doigt, tintera en podcast dans vos oreilles la voix de Mehdi. Un petit génie dionysien qui pourrait rendre à la radio ce qu’elle lui a donné, en lui apportant une nécessaire touche de diversité.

Yann Lalande

(1)   Quand il ne distribue pas des petits-déjeuners aux migrants de l’avenue Wilson. 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur