@ vous

science pop
/ Visite culturelle de PARIS VIII en révolte le mercredi 9 mai.

Nom ou initiales: 
michel domsd

Le mercredi 9 mai, vers 12h30 en sortant du métro « st Denis Université », j’avais décidé de visiter l’université PARIS VIII en lutte par curiosité, nostalgique de ma période d’étudiant post soixante-huitard.
Première surprise : je peux accéder à l’intérieur de la fac sans contrôle de sécurité et visiter ce que bon me semble en tant que personne extérieure à cette fac. D’ailleurs je me suis promené autour de plusieurs bâtiments et je suis entré dans 2 sans être interpelé.
J’aurai pu créer d’ailleurs des actes de vandalisme sans être inquiété.
Deuxième surprise : à l’entrée de la fac, des filles africaines et musulmanes distribuaient des tracts à des personnes ciblées uniquement non blanches. Je leur demande un tract par curiosité, elles me le refusent en disant que je n’étais pas concerné en tant que blanc.
J’en récupère un en finalité et je constate qu’il s’agit d’une promo pour une conférence racisée qui aura lieu à 13 H à l’amphi B2 ayant pour thème « Paris, New-York, Le Cap, Kingston, Dakar, Alger 1968, année panafricaine » appuyé par une photo des black- panthères et Angela Devis datant des années 60.
Troisième surprise : sur un mur d’un bâtiment, à 200 m de l’entrée principale, je vois visible en grand le tag suivant : « PARIS VIII, bienvenue au 1° congrès de l’internationale islamo- situationiste pour un califat autogéré » avec des barbus et des femmes avec foulards assis à proximité me regardant sévèrement quand je le lisais, à cause de ma couleur de peau je présume .
Quatrième surprise : Taggage sur plusieurs bâtiments, intérieur et extérieur et désordre matériel généralisés.
Un tag « nous sommes la ZAD » me confirme bien la nouvelle orientation contestataire de cette fac. J’ai relevé les tags les plus visibles en visitant certaines allées de la fac :
- « Machistes et oppresseurs ce n’est que lorsque vous aurez le sang de nos règles dans la bouche que vous comprendrez que la riposte féministe sera violente, révolutionnaire et autonome » signé PEFRA
- « La vie est trop courte pour s’épiler la chatte »
- « La lutte des classes passe par la lutte des races »
- « celleux qui parlent de révolution et de lutte de classe/race/genre sans se référer explicitement à la vie quotidienne, sans comprendre ce qu’il y a de subversif de
l’intersectionnalité et de positif dans le refus des contraintes celleux la ont dans la bouche un cadavre » signé comité radicalisé de P8
Je n’ai trouvé aucun tag faisant allusion à la lutte prolétarienne et bolchevique dans ma visite aux abords de l’entrée principale. J’en déduis que l’on est passé de la lutte des classes (mai 68) à la lutte des races et des genres (mai 18). Anecdote : J’ai vu 3 personnes urinant à trois endroits différents sur une pelouse au coin d’un mur ou d’un arbre, je présume que les toilettes étaient trop éloignées et qu’ils souhaitaient optimisés leur énergie physique pour la lutte finale.
Question suprême: y a-t-il toujours un pilote dans l’avion « paris 8 »?

D’autre part, J’ai rencontré par hasard une habitante de mon quartier, cadre dans l’administration de la fac. Ci-joint la synthèse de la discussion que j’ai eue avec elle:
- Elle me disait franchement que les étudiants radicalisés étaient la plupart des fils à papa qui n’avaient rien à perdre dans leur action contestataire du jusqu’au boutisme pour la simple raison qu’ils étaient là à vivre ente 2 eaux, l’une étant de passer une année cool sans finalité d’études sérieuses et l’autre étant le refus d’entrer dans la vie active pour ne pas être à la solde d’un patron. Leur solution sociale est de vivre dans structure type ZAD.Certains meneurs étaient extérieurs à la fac, des professionnels du désordre rémunérés.Ils faisaient le tour de toutes les facs en lutte.
- Les grands perdants de cette contestation sont les étudiants de condition modeste performants dans leurs études.
- Le niveau de culture générale des étudiants baisse à vue d’œil d’année en année et elle doit dorénavant composer administrativement de plus en plus avec des illettrés bacheliers, conséquence de la dévalorisation du bac et de l’ancienne orientation APB via le tirage au sort.
- Toutefois il ne faut pas se fier aux apparences car cette université possède de très bons profs du supérieur dont certains travaillent au CNRS et des filières d’études d’excellence qui exigent toutefois des étudiants un bon bagage scolaire, une grande motivation et une capacité d’assimiler les cours correctement d’où l’importance actuelle de l’outil « PARCOURS SUP » pour enfin avoir ce genre d’étudiants.
Fin de la discussion
Bon pour ma part, il y aura toujours nécessité d’avoir des filières cools à l’université pour des étudiants cools. Etre cool c’est bien aussi, ça nous permet de prendre du recul sur cette société humaine pleine de confusions et de complexités.
Lutter contre la sélection en général, la réponse est : qu’actuellement des entreprises publiques ou privées ne faisant plus confiance aux diplômes imposent aux futurs embauchés des tests en anglais (TOEIC), en français (voltaire), sur le basic des mathématiques et une mise à l’essai de 6 mois pour tester la personnalité.
Coté nostalgie mai 68, il faut savoir que les révoltes étudiantes entre mai 68 et 1978 auxquelles j’ai participé à une, ont été des révoltes d’excellence avec des étudiants d’excellence, dans des facs d’excellence situées dans des villes d’excellence et où l’on souhaitait la démocratisation de l’excellence dans les milieux modestes. On ne prônait pas la démocratisation de la médiocrité intellectuelle imposée actuellement par une extrême gauche, en quête d’un nouveau business politique basé sur un nouveau prolétariat si possible racisé.

science pop

Réactions

Merci Michel Domsd pour cet éclairage... Ce que vs décrivez là est consternant, révoltant. Quelle violence ! A qui profite ce démantèlement, cette anarchie, cette destruction et pour clore le tout cette "lutte de race"... ? Qui sont les soutiens (à part ceux connus, élus de la majorité municipale de Saint-Denis ) ? Les manipulateurs ? Comment cette faculté a pu en arriver là ? Apparemment la Direction a déserté... Où est-elle passée ? Si l'objectif est la disparition de P8, alors ils peuvent se féliciter, ils auront atteint leur objectif mais n'auront pas fait progresser d'un pouce la cause sur la sélection dans les universités, ni sur l'accueil des migrants en Europe (sujet externe en tant que tel, à l'université)... Bien au contraire... Mais quel désastre !

Réagissez à l'article

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur