Sports

Tir adapté
/ Viser plus loin que le handicap

Depuis plus d’un an, Medhi Saci, représentant local de l’association Valentin Haüy – au service des aveugles et malvoyants – organise des sessions de tir adapté aux personnes en situation de handicap. Un bon moyen de créer du lien social tout en aiguisant ses réflexes.
Mehdi Saci, à l'initiative du projet de tir adapté à Saint-Denis, s'initie au tir à l'arbalète. (©) Yann Mambert
Mehdi Saci, à l'initiative du projet de tir adapté à Saint-Denis, s'initie au tir à l'arbalète. (©) Yann Mambert

En pleines fêtes de fin d’année, l’événement n’a pas déplacé les foules. Ce premier vendredi de janvier, ils ne sont qu’une poignée à avoir bravé le vent et la pluie pour se rendre au gymnase Pasteur. Sur le terrain multisports, Charles et Jean, de l’association HTS 94 (pour Handi Tir Sportif) sont pourtant à la manœuvre : les deux hommes préparent les tables de tir sur lesquelles seront disposées différentes sortes de cibles. « En handi tir, il existe plusieurs catégories, selon le handicap. Il en existe par exemple pour les tireurs ne pouvant tenir une arme sans assistance. Et les déficients visuels sont dans une catégorie à part entière », précise Charles. Tout en connectique, le dispositif installé aujourd’hui est adapté à la pratique pour déficients visuels (voir encadré). « Mais les gens peuvent venir, quel que soit leur type de handicap. Nous avons habituellement entre 8 et 20 personnes selon les séances » précise Mehdi Saci, à l’initiative du projet et de la connexion avec les membres de l’association HTS, qui apportent leur savoir-faire technique.

Faciliter les connexions

« Je suis bénévole au sein de deux associations : Valentin Haüy et Rencontres jeunes et handicap. Dans ce cadre, je donne d’ailleurs des cours de braille à Saint-Denis »,précise le sexagénaire, dionysien de longue date et devenu aveugle il y a 13 ans à la suite d’un glaucome. « J’ai rencontré Charles et Jean lors d’une journée de sensibilisation dans un lycée. Quand ils m’ont parlé du tir adapté, je leur ai dit en rigolant : “Mais je suis aveugle moi, je vais tirer sur tout ce qui bouge !” Puis j’ai essayé quelques séances et j’ai été emballé. Au-delà de la pratique, ce qui m’a plu c’est la perspective de faire sortir des personnes handicapées de chez elles, leur faire rencontrer du monde. » Toujours en ce sens, l’association envisage des séances avec les centres de loisirs, pour encourager un lien intergénérationnel et sensibiliser les plus jeunes au handicap.

Organisées pendant les vacances scolaires depuis maintenant plus d’un an, ces séances de tir adapté sont donc avant tout l’occasion de rapprocher les gens et de les sortir de l’isolement que leur handicap peut générer. « C’est l’un des objectifs de l’association Valentin Haüy. Personnellement, je suis devenu aveugle en deux mois. D’un coup, tout s’arrête : votre vie professionnelle, les amis qui vous lâchent… Il faut s’accrocher ! C’est pour cela que ces moments d’activités et de rencontres sont si gratifiants. Les non-voyants ne savent même pas que cette activité existe et qu’elle leur est accessible. Si ça peut encourager quelques-uns à voir du monde, à aller de l’avant, c’est déjà beaucoup. »

Corentin Rocher

Écouter la lumière

Comment pratique-t-on le tir quand on est aveugle ou mal-voyant ? Le principe paraît plus simple que sa mise en œuvre : chaque carabine est équipée d’une lunette permettant de détecter l’intensité lumineuse de la cible. Celle-ci est alors traduite en signaux sonores que le tireur reçoit par un casque. Le signal se fait plus aigu lorsque l’arme est orientée vers le centre. « Les carabines émettent un laser et les cibles sont équipées de diodes qui augmentent leur contraste lumineux et calculent les impacts, précise Charles. C’est une vraie armada de connexions ! » À côté, une cible bien plus grosse attire l’attention. Ses impacts rappellent qu’elle est réservée aux initiés. Comme Mehdi : « C’est pour tirer à l’arbalète. C’est ce que je préfère : il y a un bruit particulier, plus de sensations ! » Et c’est toujours l’oreille qui guide la flèche.

CR

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur