À la une En ville

Enseignement
/ Veut-on la peau des lycées pros ?

Le ministère de l’Éducation entend réformer la voie professionnelle, c’est-à-dire favoriser l’apprentissage en entreprise aux dépens de la formation sous statut scolaire. Aux lycées pros Bartholdi et l’Enna, le projet inquiète.
La question de l'enseignement professionnel pourrait bientôt faire des étincelles
La question de l'enseignement professionnel pourrait bientôt faire des étincelles

Le 3 octobre 2017, à l’Assemblée nationale, devant la Commission de l’éducation, Jean-Marie Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, a annoncé une « réforme très importante de la voie professionnelle. » Les détails de cette réforme n’ont pas encore été rendus publics, mais la logique qui y préside est établie : favoriser l’apprentissage en entreprise aux dépens de la formation professionnelle sous statut scolaire. « Ça fait 20 ans qu’ils cherchent à réformer dans le sens de l’apprentissage. Le patronat veut remettre la main sur la formation professionnelle et les diplômes », rappelle Caesar, enseignant au lycée de l’Enna, à Saint-Denis. « Un élément qui inquiète beaucoup, ajoute Charlotte Vanbesien, secrétaire académique de la CGT Éduc’action et enseignante au lycée Bartholdi,c’est l’annonce de campagne de Macron de réévaluer l’attribution de la taxe d’apprentissage aux lycées pros, ce qui représente une bonne part de leur financement. »

L’argument en faveur de l’apprentissage ? L’enseignement professionnel coûterait cher. Mais l’apprentissage aussi coûte cher à l’État, rappellent les enseignants. Une étude de l’Institut Montaigne a établi que la France consacre plus de dépenses publiques par apprenti que l’Allemagne, notamment parce les entreprises françaises bénéficient d’exonération de cotisations sociales. Un autre argument avancé par les promoteurs du « tout-apprentissage », c’est que les lycées pros seraient éloignés du monde de l’entreprise. «C’est faux, parce que les élèves de bac pro, dans leur cursus de trois ans, doivent effectuer 22 semaines de stage en milieu professionnel. Ils sont confrontés au monde du travail », dit le prof de l’Enna.Dans les ateliers, les enseignants sont souvent d’anciens professionnels, l’élite des ouvriers. Et on visite nous-mêmes les élèves en stage, on a un réseau dans les entreprises. »

Le statut des élèves serait remis en cause

Les enseignants craignent que leur statut ne soit bouleversé s’ils doivent s’aligner sur l’emploi du temps des apprentis. C’est aussi le statut des élèves qui serait remis en cause. Les apprentis sont sous le régime du salariat. Les élèves en lycée pro sont sous statut scolaire. « Que les jeunes entrent dans le monde du travail dès 16 ans ou même avant, c’est une question qui va au-delà de la question des lycées pros, analyse Charlotte Vanbesien. C’est un projet de société qui est proposé par un gouvernement d’idéologues qui se font passer pour des pragmatiques. Cette réforme est la suite logique des ordonnances sur le code du travail. »

La mobilisation aura-t-elle lieu ? La profession est déjà fragilisée. La CGT Éduc’action vient de publier une étude auprès de 1 700 profs de lycée pro : « 91% considèrent que la voie pro sous statut scolaire est menacée. 89% considèrent que la voie professionnelle du lycée n’est pas traitée à égalité avec les autres voies (générale et technologique). En conséquence, 55% des collègues ont déjà envisagé de quitter l’enseignement professionnel. » Jean-Marie Blanquer a promis de rendre « attractive » la voie professionnelle. Pour Caesar, il faudrait déjà que les lycées pros soient valorisés : « On prépare à trois diplômes : BP, CAP, bac pro. On y dispense un enseignement de qualité, en enseignement général comme dans les ateliers, avec des profs très qualifiés, plaide-t-il. Quand il y a les résultats du bac, on entend parler de l’épreuve de philo, mais on ne parle jamais du bac pro. C’est pourtant un tiers des lycéens et lycéennes qui sont dans cette voie. »

Sébastien Banse 

Réactions

Depuis des décennies, nous avons une double problématique : le financement de l’enseignement supérieur et professionnel et l’échec à l’université (1 étudiant sur 2 à 2 étudiants sur 3 dans certaines universités, sortent du circuit sans diplôme). Sur le financement c’est simple : on ne veut pas augmenter les frais d’inscription ; l’Etat ne veut pas rajouter au pot pour limiter les déficits … reste les entreprises ! Si les syndicats ont d’autres idées de financement … A titre personnel, je suis pour un financement à 100 % étatique mais des personnalités sérieuses prétendent que ce n’est plus possible …

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur