À la une En ville

Au marché central
/ Vendeurs à la criée

Les commerçants du marché rivalisent d’imagination pour attirer les clients. Certains chantent, d’autres misent sur l’humour ou parlent des langues étrangères. Reportage.
"Mangez de la salade, jamais malade". Sur le marché, les vendeurs ont la tchatche
"Mangez de la salade, jamais malade". Sur le marché, les vendeurs ont la tchatche

« Goûtez mamas goûtez, goûtez mamas goûtez, il est où ton papa ? »Cette reprise inédite de Papaoutai de Stromae fait partie du répertoire de Kamel. Non pas, K-mel, l’ex-chanteur du groupe Alliance Ethnik. Mais Kamel, le vendeur de fruits et légumes qui officie sous la halle du marché, à proximité du restaurant Saint-Laurent (1). Orfèvre quand il s’agit de parodier des morceaux connus pour attirer les clients, notre vendeur a aussi ajouté sa touche humoristique aux chansons d’Amadou et Mariam : « Les dimanches à Bamako, c'est le jour de mariage… Le lundi à Bamako, je divorce ! » Objectifs : faire rire, sourire, propager la bonne humeur, lancer des discussions, tisser des liens… Car, comme dit l’adage, un client qui souritest un client conquis. « Un bon vendeur doit avoir la tchatche et plaisanter avec les gens, beaucoup viennent pour rigoler avec les commerçants », confirme Momo, un vendeur de fruits et légumes qui a aussi le sens de la formule : « Mangez de la salade, jamais malade. Mangez de la poire pour garder la mémoire. Mangez de l’orange, les problèmes s’arrangent ». Pour taquiner le fromager du coin, il ajoute parfois « mangez du fromage, vous serez au chômage ! », quand iln’interprète pas Allumez le feu (Johnny Hallyday) ou Chaud cacao (Annie Cordy).

Momo ne se contente pas de chanter ou plaisanter. Il donne également de la voix pour attirer l’attention du chaland. « Ils crient de l’autre côté de la halle, donc on est aussi obligé de crier ! », justifie-t-il avant d’évoquer « la concurrence » qui est féroce dans son secteur, puisque le marché de Saint-Denis compte une grosse quinzaine de commerçants de fruits et légumes. « Il y en a tellement qu’on doit faire du cinéma, appuie Sofiane, le patron de Kamel, qui mise sur le bagout de ses employés. Si le vendeur se contente de vendre, le client ne revient pas. T’as intérêt à avoir des vendeurs qui ont la tchatche pour bien bosser. » Sofiane compte également sur la diversité de ses produits pour séduire une clientèle cosmopolite. « Je fais du mélange : des fruits et légumes exotiques, mais aussi antillais comme le manioc, la banane plantain, l’igname ou le dachine... On retrouve le même mélange chez mes vendeurs ! Un Algérien, un Tunisien, un Brésilien, un Égyptien… »

Le plus important c'est la convivialité

À quelques mètres de là, la poissonnière Delphine parie également sur une large variété de produits. Des maquereaux, des sardines, des chinchards ou des dorades grises pour les petits budgets. Des caisses à 5 euros pour lesquelles « il faut marteler le prix non-stop car certains achètent le prix et non le produit », mais aussi parce que « cela marche à l’oreille pour ceux qui ne savent pas lire ». Des filets sans arête « pour les plus âgés, les enfants ou ceux qui ne sont pas trop fans de poisson ». Mais aussi des produits qui reviennent régulièrement dans les plats typiques de certains pays, à l’image de la dorade au Sénégal. Certaines catégories de clients (Indiens, Pakistanais, Africains…) ont également droit à leurs slogans personnalisés dans leurs propres langues. Mais, selon Delphine, « le plus important, c’est la convivialité ». Ce qui passe par « écouter les petits malheurs des clients, surveiller les pickpockets… ». Une convivialité subtile qui n’exige pas de faire grimper la voix dans l’échelle des décibels puisque ce sont la qualité et la durée des échanges qui priment : « Les marchands de fruits et légumes ont un nombre limité de produits, ce qui réduit la conversation avec les clients, estime Delphine.Les poissonniers et les bouchers sont plus en contact avec les clients car ils prennent plus le temps de discuter avec nous, notamment parce qu’ils demandent des conseils de cuisine. » Difficile en effet de distiller des recettes de cuisine en chantant !

Julien Moschetti

(1) 5, rue Auguste-Blanqui. 

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur