Cultures

TGP
/ Une Mouette, cinq comédiennes

La comédienne et metteure en scène Isabelle Lafon a choisi d’adapter La Mouette, ce monument du théâtre de Tchekhov.

La Mouette, de Tchekhov. Un classique, comme on dit. Lu et relu, vu et revu. Un véritable chef-d'œuvre de l'histoire du théâtre, qui ne se démode aucunement. C'est ce monument qu'a choisi de présenter Isabelle Lafon du 18 avril au 6 mai au TGP. De la comédienne et metteure en scène, on avait vu en 2014 un très beau spectacle, Deux ampoules sur cinq, tiré du journal des rencontres de Lydia Tchoukovskaïa avec la grande poète russe Anna Akhmatova. Elle revient donc à Saint-Denis, une fois encore attachée à la culture russe. Son spectacle s'intitule non pas La Mouette, mais Une Mouette. « Il faut savoir qu'en russe il n'y a pas d'article défini ou indéfini. On a traduit La, mais on aurait pu tout aussi bien traduire Une. Et puis il s'agit d'une adaptation de la pièce de Tchekhov. C'est donc bien Une mouette... », annonce Isabelle Lafon qui voit d'abord dans cette pièce une représentation au plus près de la nature humaine. « Chaque phrase a des sursauts. Les personnages pensent en direct, se contredisent. Il n'y a pas ici de bons et de méchants, mais des êtres qui se débattent avec leurs vies, leurs amours, leurs passions... »

C'est aussi une pièce où l'auteur pose la question du théâtre dans le théâtre, de l'avant-garde et de la tradition, des formes nouvelles qui émergent en cette fin du XIXe siècle, époque où la pièce fut écrite. « Elle fut créée en 1896, l'année même où les frères Lumière inventèrent le cinéma et révolutionnèrent ainsi l'idée même de la représentation et du choix de ce que l'on représente », remarque Isabelle Lafon. Cette notion est au cœur de son spectacle. Dans Une Mouette, point de décor. Simplement, cinq actrices face au public qui jouent les différents rôles, didascalies comprises. « Tchekhov est un homme de récit. Quasiment toutes les actions spectaculaires de la pièce se déroulent en coulisse. C'est ce récit que nous voulons jouer, dans la délicatesse et le fracas de la langue de Tchekhov, en allant au fond des personnages. »

Isabelle Lafon jouera Irina Arkadina, actrice réputée et aura à ses côtés quatre comédiennes dont Johanna Korthais Altes, qui fut de l'aventure de Deux ampoules sur cinq (elle interprètera Trigorine, écrivain reconnu et Macha, amoureuse de Treplev), et Karyll Elgrichi, que les fidèles du TGP connaissent fort bien. Cette magnifique actrice, fidèle des spectacles de Jean Bellorini (La Bonne âme du Se-Tchouan, Tempête sous un crâne, entre autres, et récemment la superbe et poignante Katarina dans Karamazov) sera Nina, jeune actrice passionnée aimée de Treplev. Judith Périllat (Treplev, jeune auteur d'avant-garde et fils d'Irina) et Marie Piemontese (Sorine, le frère d'Irina) complètent la distribution de cette Mouette que l'on a hâte de voir.

Benoît Lagarrigue

Une Mouette, du 18 avril au 6 mai au TGP (59, boulevard Jules-Guesde, salle Mehmet-Ulusoy), du lundi au samedi à 20 h 30 (sauf le samedi 29 avril à 18 h), le dimanche à 16 h. Relâche les jeudis 20 et 27 avril, vendredi 28 avril, lundi 1er et mardi 2 mai. Durée : 1 h. Tarifs : 6 € à 23 €. Réservations : 01 48 13 70 00 ; www.theatregerardphilipe.com

Réactions

Pour info le tarif "habitant de Saint-Denis et de seine Saint-Denis" est de 12 euros seulement ! A voir pour Tchekhov et l'insoumise Isabelle LAFON

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
ATTENTION : Afin d'éviter les abus, les réactions sont modérées 'a priori'. De ce fait, votre réaction n'apparaîtra que lorsqu'un modérateur l'aura validée. Merci de votre compréhension.
CAPTCHA
Cette question nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.