À la une En ville

Marchands de sommeil.
/ Une lutte à dormir debout

La Ville n’a pas attendu l’annonce du gouvernement d’« un plan inédit contre ces propriétaires voyous »dans la future loi logement. Malgré la lourdeur des procédures, elle traque sans relâche ceux qui exploitent la misère.
Image extraite du conte Le Marchand de sommeil, écrit et illustré par Luna Granada auteure et éditrice dionysienne.
Image extraite du conte Le Marchand de sommeil, écrit et illustré par Luna Granada auteure et éditrice dionysienne.

 


Si le sujet préoccupe de longue date à Saint-Denis, les marchands de sommeil ont bénéficié dernièrement d’une attention marquée des pouvoirs publics. « Nous demandons au président de la République d’inscrire la lutte contre les marchands de sommeil parmi ses priorités », déclarait ainsi le 11 décembre la présidente de Région Valérie Pécresse en proposant l’Île-de-France comme « zone d’expérimentation ».

En appelant aussi, de concert avec l’Association des maires de France, à une évolution du cadre législatif et à la mise en place de nouvelles sanctions. Quatre jours plus tard, Julien Denormandie, secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, promettait d’inclure « un plan inédit contre ces propriétaires voyous » dans la future loi logement, en cours d’élaboration. « Nous allons considérer ces marchands de sommeil pour ce qu’ils sont, des criminels », a-t-il prévenu dans une interview au Parisien.

Si le phénomène, pourtant ancien, focalise aujourd’hui autant, c’est sans doute qu’il n’est plus seulement circonscrit aux copropriétés dégradées et autres immeubles anciens des quartiers populaires, mais qu’il sévit désormais en milieu pavillonnaire. Dans un rapport publié en septembre, Geoffroy Didier, président de l’Établissement public foncier d’Île-de-France (EPFIF) a étudié ces nouvelles pratiques qui consistent à racheter des maisons puis à les diviser de la cave au grenier pour démultiplier les revenus locatifs. La petite couronne figure parmi les zones les plus touchées, avec en Seine-Saint-Denis, « une maison sur cent qui aurait fait l’objet d’une division au cours de la période 2003-2013 ». Dans certaines communes, « la division pavillonnaire peut représenter jusqu’à 40 % de l’offre de logements ».

La division pavillonnaire en hausse

À Saint-Denis comme ailleurs, le phénomène est perçu comme « exponentiel », notamment à la Mutualité où plusieurs cas ont été identifiés. Il reste cependant « difficile à appréhender », indique David Proult, maire adjoint à l’urbanisme. Par nature clandestines, les divisions pavillonnaires sont souvent invisibles de l’extérieur. « Les services peuvent être alertés par la présence de plusieurs boîtes aux lettres sur une maison a priori individuelle. »

C’est parfois à l’occasion de travaux ou d’une demande de raccordement au réseau électrique que les situations sont décelées. « On peut aussi être alerté par le voisinage ou sollicité directement par les occupants. » Ces situations conjuguant souvent infraction aux règles d’urbanisme et situation d’habitat indigne, « on essaie de coordonner nos actions, d’en référer aux services fiscaux aussi, pour que nos dossiers soient les plus étayés possible », précise-t-on au service urbanisme.

L’impunité des logeurs voyous

L’un des principaux problèmes rencontrés étant que le droit de la propriété privée « étant ce qu’il est », les procédures sont longues, complexes et il s’écoule souvent plusieurs années entre la découverte d’une situation et sa résolution. « Ce n’est pas tant les dispositions juridiques qui manquent que les moyens opérationnels pour les mettre en œuvre, avec à tous les niveaux des délais d’instruction bien trop longs », déplore Mathilde Caroly, élue en charge du logement. Si la Ville peut se féliciter d’avoir fait condamner plusieurs marchands de sommeil, le sentiment d’impunité reste élevé. « On en a un que l’on traque depuis plusieurs années, témoigne une juriste. On a réussi à le faire condamner deux fois. Dernièrement, il a été exproprié d’un immeuble. Avec l’indemnité qu’il a touchée, il s’est rendu à une vente aux enchères au Tribunal de Bobigny, et il a racheté un immeuble pourri, qui avait précédemment été confisqué à un autre marchand de sommeil. De nouveau, il faut tout recommencer… » C’est peu dire que ces gens font preuve d’un haut niveau de perfectionnement dans l’acte de délinquance. Avec une organisation de type mafieuse, une capacité à s’entourer des meilleurs avocats, à recourir à des SCI, à des prête-noms, à organiser leur insolvabilité aussi. Des gros de cet acabit-là, la municipalité de Saint-Denis en a une vingtaine dans le collimateur.

Les nouvelles mesures envisagées (tel que le nouveau permis de louer, issu de la loi Alur de 2014) permettront-elles de mieux lutter contre ce fléau ? Si elle l’appelle de ses vœux, plutôt que de réagir sur de simples « effets d’annonce », la municipalité préfère renvoyer vers les dix propositions, toujours d’actualité, qu’elle avait formulées en juin 2016 au lendemain de l’incendie du 6 rue Paul-Éluard, qui avait coûté la vie à cinq personnes. Un plan d’action qui s’intéressait tant à l’arsenal législatif, aux moyens d’enquêtes et aux délais d’instructions, qu’aux actions de prévention mais aussi à l’accompagnement et au relogement des victimes.

 

Les marchands de sommeil racontés aux enfants

Il était une fois une petite fille, Line, qui voit les fenêtres des immeubles de son quartier murées les unes après les autres. « Dans la rue, elle a écouté les gens commenter “Encore le marchand de sommeil”. Elle a déjà entendu parler du “marchand de sable”, qui laisse tomber du sable sur les yeux des enfants pour qu’ils s’endorment, mais jamais du “marchand de sommeil”… » Mais qui est ce mystérieux personnage, cette ombre inquiétante aux allures d’ogre ? Va-t-il s’en prendre à son logement ? Entraînant son personnage à travers une fable urbaine et sociale à la frontière du réel et de l’imaginaire, Luna Granada trouve une manière toute poétique d’aborder le sujet du logement insalubre avec les enfants.

Accompagner pour comprendre

S’il fallait oser la thématique en littérature jeunesse, « les enfants aussi ont besoin d’être accompagnés dans la compréhension de ce phénomène », estime cette auteur et éditrice dionysienne qui a eu envie d’explorer ce sujet, après y avoir été sensibilisée en exerçant bénévolement comme écrivain public. « La plupart des personnes venaient pour des problèmes de logements, d’habitat indigne et de marchands de sommeil », se souvient-elle. Habitant le centre-ville, elle s’est aussi inspirée de cet environnement pour donner vie à ce conte, paru cet été aux éditions l’Avant-Courrier. « Quand on habite Saint-Denis, c’est un sujet auquel on est sans cesse confronté. Il y a les immeubles murés, les affichages sur les façades qui disent la lutte de la Ville contre les marchands de sommeil, il y a aussi régulièrement des expulsions, des manifestations de mal-logés, parfois des incendies… Les enfants voient tout, entendent tout, et cela me paraît important de pouvoir en parler avec eux comme de montrer à ceux qui subissent ces situations que l’on s’en préoccupe et qu’il y a des solutions. »

Le Marchand de sommeil, de Luna Granada, aux éditions l’Avant-Courrier, 44 pages, 15 €.

Pour en savoir plus: 

Réactions

Bonjour. @Linda Maziz. Je pense que vous traitez qu'une seule partie du problème des marchands de sommeil à Saint Denis. Vous sous estimez les causes de l'impunité présente depuis des années dans la ville. Certains élus de REVE se sont réveillés dans un message en disant qu'il y avait trop de violence. La ville de Saint Denis est violente ou c'est la loi du plus fort qui prévaut. Cela a tous les niveaux. La pseudo solidarité, on en a la preuve ne fonctionne pas. Saint Denis n'accueille pas dignement les plus faibles. On mets cela dans des slogans qui ne veulent rien dire, et ensuite, on les entasse comme on peut dans des bidonvilles et chez les marchands de sommeil. La gestion "fine" de S. PEU, pour reprendre ses mots, a eu pour conséquence une dégradation forte du parc ancien qui était déjà fragile. Le chantre du tout HLM a abandonné le privé à toutes ses dérives. La gestion du logement, de l'urbanisme, de la politique locale ne sont pas traités correctement à mon sens dans ce article. Je mets encore l'excellente conférence qui explique pourquoi les marchands de sommeil prospèrent dans la ville. https://www.citedelarchitecture.fr/fr/evenement/saint-denis-centralite-nouvelle-une-politique-urbaine-micro-echelle Et en écoutant, Nicolas Laurent, chef de projet Priorité Centre-ville/mobilités, à la ville de Saint-Denis, on comprends que les élus, actuels et anciens, ont leurs part de responsabilités dans cet état de fait. Prends parti contre les marchands de sommeil, c'est facile, faire un travail de remise en cause, nos élus ne sont jamais parvenu à le faire. L'idéologie quand tu nous tiens !!!!!!!!!!!!!!! PS: Pierrefitte tente de mettre en place un permis de louer mais juridiquement (je ne connais pas le texte) c'est à Plaine Commune de le faire. Et la préfecture a attaqué le dit permis de louer. L'état n'est pas motivé car il risque de de se retrouver avec des milliers de mal logés à reloger... Alors Patrick... On attends quoi? d'autres morts??? Ou tu attends tes ordres de MACRON?
La lutte contre les marchands de sommeil se fait à géométrie variable à Saint-Denis. Apparemment, y'a des services municipaux qui ne sont pas encore au courant. http://copros-libres-saint-denis.over-blog.com/2017/12/un-marchand-de-sommeil-fait-la-loi-a-saint-denis-et-les-services-municipaux-lui-obeissent.html
Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'un manque de motivation politique. Peut-être est-ce aussi un manque de contrôleurs qui est en question... Pour mettre en place un permis de louer, l’article L.634-1 du code de la construction et de l’habitation oblige la collectivité en charge à délimiter des zones soumises à déclaration de mise en location. A Saint-Denis, cela doit être relativement simple vu le programme local de l'habitat et vu le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (dans le centre-ville) en vigueur...
Dans le Val d'Oise et en Seine-Saint-Denis la division pavillonnaire a pris une ampleur impressionnante. Des rues entières sont impactées. Les deux départements sont touchés. Pour stopper le phénomène, les établissements publics territoriaux de Seine-Saint-Denis devraient délimiter leur territoire entier en zone soumise à déclaration de mise en location (idem pour les communautés d'agglomération du Vald'Oise).
Les marchands de sommeil possèdent une grande maîtrise du Code de la Construction et de l'Habitation et une bonne connaissance du Code de l'Urbanisme. La division pavillonnaire se détecte parfois par le nombre de boites aux lettres à l'entrée d'une maison. Bon courage aux services chargés de lutter contre les marchands de sommeil. A Saint-Denis l'habitat indigne concerne aussi les résidences neuves, dans une moindre mesure. Des marchands de sommeil investissent dans des immeubles neufs, entassent dans un même appartement cinq ou six locataires adultes sans payer les charges de copropriété.
Quand je lis les articles sur les marchands de sommeil, à Saint-Denis, je vois souvent le discours du type : "On peut rien faire, le droit de la propriété privé protège trop les marchands de sommeil". Mais sur les derniers articles lus sur les communes de la Courneuve, Pierrefitte, Le Blanc-Mesnil, j'ai l'impression que le discours des municipalités, si il rappelle aussi toutes les difficultés et toutes les barrières, le discours est malgré tout plus actif, accompagné de quelques actions coups de poing, et moins fataliste du type "On peut rien faire". http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/la-courneuve-en-guerre-contre-les-marchands-de-sommeil-le-maire-faire-murer-un-appartement-16-01-2018-7504392.php
quand on veut on peut

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur