À la une Portrait

Danielle Dubrac
/ Une femme aux sommets

Présidente depuis peu de la Chambre de commerce et d’industrie du 93, cette Dionysienne occupe plusieurs fonctions de premier ordre et loue le dynamisme du territoire.
Danielle Dubrac à Saint-Ouen, sur l'avenue Michelet où elle a transféré son agence en 2016.
Danielle Dubrac à Saint-Ouen, sur l'avenue Michelet où elle a transféré son agence en 2016.

En novembre dernier, les chambres de commerce et d’industrie (CCI) organisaient les élections de leurs représentants. Ces chefs d’entreprise désignés pour cinq ans par leurs pairs sont au  nombre de 24 à la CCI de Seine-Saint-Denis. Parmi eux, Danielle Dubrac a été élue à l’unanimité de l’assemblée générale présidente de cette chambre consulaire. Elle est à cette fonction la seule femme en Île-de-France. Dans le réseau national des CCI, « on est cinq sur 126 », précise cette Dionysienne, bien connue du monde économique dans ce département. Elle y était déjà depuis 2004 membre de la CCI en charge de l’apprentissage. Elle y a présidé aussi l’École de la deuxième chance et la délégation des Femmes chefs d’entreprise.  Toutes responsabilités à titre bénévole, ajoutées à son activité à la tête de Sabimmo, agence immobilière fondée en 1986 à Saint-Denis.

Ingénieure en électronique

Cette SARL, qui compte aujourd’hui 24 salariés, « je l’ai créée à partir de rien. Je n’avais aucun portefeuille de biens immobiliers à proposer». Ainsi débutait-elle ce métier dont elle n’avait aucune expérience, syndic de copropriété. « Je gérais déjà des budgets techniques. Alors je me suis dit : pourquoi pas ? » Car Danielle Dubrac est d’abord ingénieure en électronique. Formée à l’École polytechnique féminine de Sceaux, la jeune femme travaille à partir de 1979 pour le Centre de programmation de la Marine Nationale. Puis elle est recrutée par Thomson où elle est chef de projet en informatique sur des dispositifs de téléalarmes pour les sites sensibles du CEA et du CEN (Commissariat à l’énergie atomique et Centre d’études nucléaires). Elle en intègre ensuite la Division assistance et services dans le quartier Pleyel. Et fait connaissance avec Saint-Denis qu’elle ne quittera plus. C’est Thomson qu’elle préfèrera quitter après neuf ans de collaboration. À nouveau mal en point, la société se restructure. « Des pans entiers d’activités sont partis. » Elle décline la proposition qui lui est faite de rejoindre le site du Plessis-Robinson. Et s’attèle au développement de Sabimmo, qu’elle a créée cinq ans plus tôt. « J’ai eu un accueil remarquable des élus de Saint-Denis. Ils me signalaient les immeubles dont personne ne voulait», se souvient Danielle Dubrac.

Administrateur de biens et de liens

Aujourd’hui, son agence immobilière est l’une des plus importantes du territoire, avec ses activités de gestion, vente et location. Et surtout de syndic. « Un métier très ingrat. On nous demande de plus en plus de qualifications et d’obligations. » Et pour les clients copropriétaires, « on est un exutoire. On l’assume. Il faut faire comprendre aux gens qu’on n’a pas autorité sur tout ». Elle n’en vante pas moins « l’aspect relationnel, humain. On est administrateur de biens, et de liens aussi ». En 2016, l’agence a été transférée dans un immeuble de locaux d’activités à Saint-Ouen. Elle a laissé son immeuble de la Porte de Paris  à des projets de « logements avec activités en rez-de-chaussée ». « On va réinstaller l’agence à Saint-Denis », assure-t-elle. Car là est aussi son ancrage familial auprès du chef d’entreprise, patron du BTP, dont elle partage la vie. Et l’attachement à ce territoire qu’elle loue pour son dynamisme, ses atouts, ses projets… Originaire du Poitou, Danielle Dubrac avait pourtant trempé ses yeux d’enfant dans des paysages plus séduisants. La Polynésie, la Corse, Carcassonne, Grasse ou Nice, au gré des affectations de ses parents enseignants.

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur