À la une En ville

Côté petite entreprise
/ Une bière nommée Denise

Fabrice Le Goff (à gauche) et Anthony Baraff, les deux compères fondateurs de la Brasserie du Grand Paris
Fabrice Le Goff (à gauche) et Anthony Baraff, les deux compères fondateurs de la Brasserie du Grand Paris

Il y a la Guatemaltèque aux arômes de café et de chocolat, l’Ipa Citra galactique aux notes de citron et de fruits tropicaux. Ou cette autre blonde aux saveurs d’agrumes qu’est la Levalloise. Première brassée en 2011, elle a été transposée cette année en Denise. Un clin d’œil à cette ville où Fabrice Le Goff et son compère américain Anthony Baraff ont implanté en 2016 leur Brasserie du Grand Paris. Ils occupent dans la zone d’activités de la rue Charles-Michels un bâtiment de 1000m2 où s’alignent un filtreur à eau et une dizaine de cuves, les unes pour le brassage et la cuisson du moût, les autres pour la fermentation. Avec pour finir la ligne de conditionnement en bouteilles et la mise en fûts.

Brune, blonde ou ambrée, huit bières, plus celles en éditions limitées, sont produites ici pour un volume annuel de 1600 hectolitres. C’est plus de vingt fois la production de ses débuts, où elle s’était fait connaître comme « la plus petite brasserie de France ». C’était à Levallois-Perret, « dans mon bureau de 15 m2 », se souvient Fabrice Le Goff. Si l’équipement était celui du brasseur amateur, « on s’est mis tout de suite en conformité avec la loi pour vendre notre production ». Et pour en tirer dès 2013 une première distinction, le Fourquet d’argent, décerné par les professionnels de la bière qui allaient les récompenser en 2014 d’un Fourquet d’or. « Un bel encouragement. On avait déjà un parcours assez long, puisqu’on avait déjà brassé chacun dans nos cuisines, moi à Levallois, et Anthony à New York.»

Pour augmenter sa production, My Beer Company, comme elle s’appelait alors allait être accueillie successivement par trois brasseurs. Et en 2016, ces deux amis encore professionnels de l’informatique lâchaient l’un et l’autre leur emploi pour se consacrer pleinement à leur passion. Pour la mise de fonds d’environ un million d’euros, « on a vendu tout ce qu’on avait ». S’ils ne parviennent pas encore à se rémunérer, ni à s’accorder le moindre congé, les deux brasseurs sont convaincus de leur bon choix, à tous égards. Dont celui du local. « On avait d’abord cherché dans le 92 avant de se rediriger vers le 93. On a eu ici un accueil très cordial, et un super soutien. » Filtreur à eau, équipement informatique et chariot élévateur leur ont été fournis par des entreprises de la zone d’activité. Et une subvention d’équipement leur a été accordée par Plaine Commune. « On est là au moins pour dix ans », estime Fabrice Le Goff.

Les bières de la Brasserie du Grand Paris sont distribuées parmi 150 points de vente à la boutique Green Market, au 7, boulevard Jules-Guesde (et dans les deux Dionycoop).

Réactions

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur