À la une En ville

VELIB’
/ Un vélo nommé désir

Alors que les Autolib’ ont disparu du paysage en juillet, les Velib’ se font désirer à Saint-Denis. Trois stations ont ouvert fin août, mais pour les 12 autres, il va encore falloir patienter.
A Saint-Denis, seulement trois stations de Vélib' ont été mises en service fin août avenue Wilson
A Saint-Denis, seulement trois stations de Vélib' ont été mises en service fin août avenue Wilson

Elles étaient attendues pour le 31 mars au plus tard, puis en mai et enfin juillet. Nous sommes en septembre, et elles se font toujours désirer. Elles, ce sont les 15 stations du « Velib’ 2 » qui devaient desservir Saint-Denis.
Le fiasco du déploiement de la nouvelle offre de vélo en libre-service parisienne, suite au changement de prestataire (Smovengo a remplacé JC Decaux), a défrayé la chronique ces derniers mois. En cause des problèmes techniques en cascade qui ont rendu quasiment inutilisables les vélos pendant les six premiers mois d’exploitation. Mis sous pression financièrement (pénalités pour retard), le nouveau prestataire du Velib’ avait même reçu un ultimatum fin juin de la maire de Paris. En réponse, la société Smovengo a changé de direction et lancé cet été un plan d’urgence qui semble avoir porté ses fruits. « Le taux de disponibilité des vélos est de 70%, assure-t-on chez Smovengo. D’importants correctifs ont été apportés. »

Réunion décisive le 21 septembre

Avec 820 stations et 10 000 vélos disponibles, la situation semble s’être considérablement améliorée. En intra-muros du moins. Car en banlieue, les choses bougent lentement. À Saint-Denis, trois stations ont été mises en service fin août avenue Wilson. Pourquoi seulement ces trois-là ? Parce que situées sur la couverture de l’A1, elles sont autoportantes. Quand seront déployées les 12 autres ? « Un planning de déploiement est en cours d’étude », élude Smovengo.

Lire aussi : Zéro vélo à l'horizon

La société montpelliéraine attend sans doute avec fébrilité la prochaine réunion du conseil du Syndicat Autolib’- Velib’ métropole programmée le 21 septembre qui doit décider de la poursuite du contrat, quelques mois après avoir abandonné Autolib’(1). Cécile Ranguin (EELV), adjointe au maire déléguée aux mobilités douces, représentera la Ville de Saint-Denis à cette réunion. « Pour moi, il ne faut pas laisser tomber le projet. Il faut désormais définir un calendrier de déploiement qui respecte les engagements pris par les collectivités comme Saint-Denis vis-à-vis de leurs administrés. Mais tant qu’on n’a pas de calendrier clair nous ne verserons pas un centime des 150 000 € annuels que nous devons au syndicat [10 000 €/station]. »

Smovengo est-il donc prêt à reproduire son coup de collier estival pour le déploiement des 500 stations fantômes en banlieue? Au vu des épisodes précédents, le doute est permis. 
 

YL

(1) Les bornes Autolib’ dionysiennes doivent revenir à la Ville. Reste à savoir sous quelles conditions et pour quels usages, sachant que le logiciel d’exploitation appartenait au prestataire, la société Bolloré.

Réactions

A Neuilly à Levallois à Clichy à Aubervilliers, SMOVENGO a déjà installé plusieurs stations Vélib Métropole (exemple station n°33018 boulevard Victor Hugo à Aubervilliers). Le raccordement électrique des stations ne doit pas être plus compliqué à Saint-Denis qu'à Aubervilliers. Quels problèmes rencontre SMOVENGO pour créer des stations Vélib à Saint-Denis ? Espérons que vendredi 21 septembre Madame la Maire Adjointe aux mobilités douces réclame au consortium SMOVENGO l'installation des douze stations manquantes.

Réagissez à l'article

(ex. : votre.nom@fournisseur-internet.com) Cette adresse ne sera pas publiée sur le site.
Merci de prendre connaissance de la charte des commentaires ci-dessous.

Principes de modération

Les commentaires postés sur lejsd.com sont modérés avant publication par l’équipe éditoriale.
Les commentaires sont ouverts les quatre semaines suivant la mise en ligne des contenus.
Les messages sont publiés dans leur intégralité ou supprimés s’ils sont jugés non conformes à la charte.
L’internaute est responsable des commentaires qu’il poste. L’équipe du JSD se réserve le droit de retirer tout commentaire si elle l’estime nécessaire pour la bonne tenue des échanges.
La modération dans l’immédiat a lieu du lundi au vendredi, en horaires de jour.
Lorsqu’un internaute poste plusieurs fois le même commentaire, l’équipe du JSD n’en publie qu’une version.

Pseudonymes

Il n'est pas autorisé de choisir comme pseudonyme le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.) ou d'utiliser un nom similaire à celui d'un autre internaute dans le but de créer une confusion.
Les noms contenant des allusions racistes, sexistes ou xénophobes sont proscrits.
Si un internaute utilise plusieurs pseudonymes pour commenter, le JSD se réserve le droit de supprimer ces comptes, sans préavis.

Contenus illicites et prohibés

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Le JSD supprimera tout commentaire contrevenant à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois ou grossier.
Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, sexistes, homophobes, discriminatoires, diffamatoires ou injurieux, incitant à la violence (y compris les appels à la restauration de la peine de mort) ou à la haine raciale, niant les crimes contre l’humanité et les génocides reconnus, faisant l’apologie des crimes de guerre et du terrorisme ; justifiant des actes violents et des attentats.
Sont également proscrits : les propos de nature pornographiques, pédophile ou délibérément choquants ; les atteintes à la présomption d’innocence, l’usurpation d’identité, l’incitation à la commission de crimes ou de délits, l’appel au meurtre et l’incitation au suicide et la promotion d’une organisation reconnue comme sectaire…
Il est également interdit de divulguer des informations sur la vie privée d'une personne, de reproduire des échanges privés et d’utiliser des œuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).
Actuellement la publicité est interdite sur lejsd.com Les liens promotionnels sont proscrits mais la publication d’un lien vers un site commercial en lien direct avec le sujet dont il est question dans le programme ou le fil de commentaires peut être tolérée, si elle apporte un complément d’information utile à l’internaute.
Le JSD se réserve le droit de supprimer tout commentaire contenant des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
La suppression d’un commentaire entraîne celle des réponses qui lui ont été faites.
Pour contester une modération, merci d’écrire à info@lejsd.com.

CAPTCHA
Ce champ nous permet de vérifier que vous n'êtes pas un robot spammeur